(Vancouver) Le retour au jeu des Canucks de Vancouver, qui ont été frappés par une éclosion de COVID-19, a été repoussé.

La Presse Canadienne

La LNH a annoncé que leur match prévu vendredi soir contre les Oilers d’Edmonton n’aura pas lieu.

« La décision de repousser le retour au jeu de l’équipe a été prise pour offrir au personnel et aux joueurs plus de temps pour se rétablir et se préparer à la suite de la récente éclosion de COVID-19 », a indiqué la LNH dans un communiqué.

« La LNH a pris cette décision avec l’avis des experts médicaux de la ligue, de l’association des joueurs et de l’équipe. »

Un calendrier modifié devrait être publié vendredi.

La rencontre de vendredi devait marquer le retour au jeu des Canucks, qui n’ont pu disputer de match depuis le 24 mars.

Il s’agit du neuvième match de l’équipe à être repoussé.

Le directeur général des Canucks, Jim Benning, a fait savoir par communiqué que certains joueurs avaient reçu l’autorisation des médecins pour revenir au jeu, mais que « plusieurs » autres avaient besoin de plus de temps pour retrouver la forme.

« Notre équipe médicale est confiante que ces joueurs tireront profit de ces quelques jours de préparation supplémentaires. »

Le match des Canucks prévu samedi soir contre les Maple Leafs de Toronto est toujours à l’horaire, mais il pourrait aussi être reporté.

Les Canucks devaient tenir une première séance d’entraînement complète jeudi, mais les membres des médias n’ont pu y assister comme prévu.

L’entraînement devait être accessible aux membres des médias, mais les Canucks ont publié un gazouillis environ deux heures avant celui-ci pour dire que ce serait plutôt un entraînement « à huis clos ». Aucune raison n’a été offerte pour justifier cette décision.

Au moins 21 joueurs et quatre membres du personnel d’entraîneurs des Canucks ont reçu un diagnostic positif à la COVID-19 depuis le 30 mars.

Les noms de trois joueurs des Canucks étaient toujours inscrits sur la liste du protocole de COVID-19 de la LNH jeudi, soit ceux des attaquants Nils Hoglander et Jake Virtanen, en plus du défenseur Nate Schmidt.

Un joueur qui se trouve sur cette liste n’a pas nécessairement reçu un diagnostic positif à la COVID-19. Les joueurs qui se placent en quarantaine par mesure préventive après avoir voyagé, ou encore qui sont entrés en contact avec quelqu’un qui a été infecté, se retrouvent aussi sur cette liste.

Elle n’inclut pas les membres du personnel de soutien des équipes, ni les joueurs inactifs ou ceux qui font partie de l’escouade de réserve.

L’attaquant J. T. Miller avait émis des réserves mercredi quant au retour au jeu rapide de son équipe, soulignant qu’il ne serait « pas très sécuritaire » de disputer le match de vendredi.

Miller n’a pas contracté la COVID-19 durant l’éclosion, mais il estimait que sa forme physique et cette de plusieurs de ses coéquipiers n’était pas suffisante pour jouer vendredi.

« On nous fait croire que la priorité est la santé des joueurs et que leurs familles soient en sécurité, mais c’est presque impossible pour nous de revenir au jeu aussi vite qu’on nous le demande », a affirmé Miller.

Les Canucks doivent toujours disputer 19 matchs d’ici la fin de la saison s’ils veulent compléter leur calendrier avec 56 duels comme les autres formations.