Selon Sean Burke, Carey Price se porte très bien et il n’a surtout pas besoin de ses conseils.

Richard Labbé Richard Labbé
La Presse

« Je n’ai pas besoin de replacer Carey Price… parce que Carey Price n’a pas besoin d’être replacé ! a expliqué celui qui a récemment été nommé directeur des gardiens chez le Canadien de Montréal. Tout ce qui importe pour un gardien dans cette ligue, c’est la constance. »

Burke, qui est lui-même un ancien gardien dans la LNH, a été nommé à ce poste le 2 mars, à la suite du congédiement surprise de l’entraîneur des gardiens Stéphane Waite. Son arrivée dans ce fauteuil a coïncidé avec un retour en force de Price, qui avait connu des matchs plutôt difficiles juste avant.

« L’objectif pour chaque joueur est la constance, a-t-il ajouté. Ça exige de petits ajustements, mais dans le cas de Carey, le gros du travail est déjà fait. Il a beaucoup d’expérience, que ce soit dans la LNH ou sur la scène internationale. »

Je ne suis pas ici pour tout chambouler ou lui montrer des choses auxquelles il n’aurait pas pensé. Je ne vais pas lui imposer quoi que ce soit.

Sean Burke, à propos de Carey Price

Reste à savoir de quelle manière Price et son second, le réserviste Jake Allen, vont se partager le travail devant le filet montréalais d’ici à la fin de la saison.

Déjà que l’année 2021 ne s’annonçait pas comme les précédentes, avec un calendrier de 56 matchs plutôt compact, voici que la pause actuelle imprévue du Canadien vient un peu compliquer les choses. Avec, entre autres, des tranches de quatre matchs en cinq soirs qui seront à prévoir, on peut présumer que les deux gardiens devront se partager le travail de manière égale, ou à peu près.

« Ces décisions vont revenir à l’entraîneur, a dit Burke. Si on me le demande, je vais donner mon opinion, mais c’est l’entraîneur qui va trancher. Je ne sais pas s’il y a un nombre précis de matchs dans le cas des deux gardiens, mais peu importe. On a le luxe de pouvoir miser sur deux bons gardiens devant notre filet de toute façon. »