Jason Spezza n’aurait pas hésité à soutenir le hockey féminin même s’il n’était pas père de quatre filles à la maison.

John Wawrow
Associated Press

L’attaquant des Maple Leafs de Toronto était un grand partisan du hockey féminin bien avant qu’il soit marié, quand il a assisté il y a plusieurs années à un match d’appoint entre le Canada et les États-Unis, dans un aréna en banlieue de Toronto.

« C’était un des meilleurs matchs de hockey que j’ai vus, s’est-il remémoré, cette semaine. Il y avait 6000 personnes dans l’aréna. Ça n’avait pas d’importance que ce soit des hommes ou des femmes. C’était simplement une très bonne partie de hockey. »

Ce souvenir, combiné aux intérêts personnels qu’il a pour ses enfants, a fait en sorte que Spezza est un des nombreux joueurs de la LNH participant à la campagne de promotion de l’Association des joueuses professionnelles de hockey féminin (PWHPA), qui vise à établir une ligue de hockey féminin en Amérique du Nord.

« Que je sois père de filles ou non, je crois que c’est une cause très importante, a indiqué Spezza. Ça me touche assurément un peu plus parce que j’ai quatre filles et une épouse. Il est question des droits des femmes et d’égalité et nous discutons souvent de ça à la maison. »

La semaine dernière, une vidéo d’une minute mettant en vedette des joueuses de hockey du Canada et des États-Unis, des joueurs de la LNH – dont les joueurs du Canadien de Montréal Nick Suzuki, Brendan Gallagher et Jeff Petry – et même la légende du tennis féminin Billie Jean King a été publiée pour souligner l’importance du hockey féminin et de son avenir.

Jayna Hefford, une consultante des opérations de la PWHPA et membre du Temple de la renommée du hockey, a dit dans la vidéo que « chaque jeune fille mérite que ses idoles de hockey reçoivent la même visibilité que ceux de chaque jeune garçon ».

Fondée en mai 2019, après la déchéance économique de la Ligue canadienne de hockey féminin (CWHL), la PWHPA est constituée des meilleures joueuses au monde, qui souhaitent établir une seule ligue professionnelle en Amérique du Nord – idéalement soutenue par la LNH – avec un modèle économique viable à long terme.

Les membres de l’association ont refusé l’idée de se joindre à la Ligue nationale de hockey féminin (NWHL), située aux États-Unis, et ont plutôt décidé de créer une tournée intitulée « Dream Gap ».

Cette année, la tournée s’est notamment amorcée avec un match au Madison Square Garden qui a été télévisé partout au Canada et aux États-Unis. Ce week-end, deux équipes établies aux États-Unis s’affronteront à Chicago, dont une partie aura lieu au United Center, samedi.

La joueuse américaine Brianna Decker, qui a grandi en tant que partisane des Blackhawks de Chicago, s’est dite impressionnée par le soutien des joueurs de la LNH et des équipes de la ligue.

PHOTO FRANK GUNN, ARCHIVES AP

Brianna Decker

« Quand j’entends (l’attaquant des Oilers d’Edmonton) Kyle Turris dire qu’il veut que sa fille ait les mêmes opportunités que lui, c’est ce que nous tentons d’accomplir, a exprimé Decker.

En ce moment, il y a le hockey universitaire. Si tu fais partie de l’élite, tu peux jouer avec l’équipe nationale. Mais après l’université, tu ne peux plus vraiment jouer. C’est triste.

La joueuse américaine Brianna Decker

Decker a joué pour les Badgers de l’Université Wisconsin, où elle estime avoir eu plus d’accès aux infrastructures d’entraînement que quand elle jouait dans la CWHL ou la NWHL.

« Il devrait y avoir quelque chose de plus gros et de meilleur pour nous après l’université », a expliqué Decker.

Selon les membres de la PWHPA, c’est à ce moment que la LNH doit s’impliquer. La ligue a fourni un soutien monétaire par le passé, augmentant également la visibilité des meilleures joueuses en leur faisant une place lors des deux dernières festivités du match des étoiles.

La LNH ne s’est cependant pas engagée à soutenir une ligue professionnelle féminine.

Le commissaire de la LNH, Gary Bettman, a déjà affirmé que la ligue était ouverte à l’idée d’établir une ligue, mais pas au détriment d’une ligue déjà existante comme la NWHL. L’adjoint à Bettman, Bill Daly, a réitéré la position de la LNH.

« Je crois que la ligue et notre conseil d’administration soutiennent le hockey féminin, a écrit Daly dans un courriel transmis à The Associated Press, vendredi. Nous comprenons son importance pour le sport en général et pour la croissance du sport. Mais comme vous le voyez, ce soutien prend et peut prendre plusieurs formes. »

L’Association des joueurs de la LNH a également approuvé une assistance financière et organisationnelle à la PWHPA, en attirant notamment des partenaires corporatifs.