La pénitence de Carey Price n’aura pas duré longtemps. C’est lui qui affrontera les Sénateurs d’Ottawa mardi soir au Centre Bell.

Simon-Olivier Lorange Simon-Olivier Lorange
La Presse

Après la déconfiture de Price (et du CH) à Winnipeg, jeudi dernier, l’entraîneur-chef Dominique Ducharme avait dit qu’il accorderait du temps à son gardien numéro 1 pour s’entraîner et travailler. Lire ici : se ressaisir. Jake Allen a ainsi disputé le match de samedi, ce qui signifie que Price a passé quatre journées complètes sans jouer.

Dans une saison écourtée, on se doutait que le temps de ressourcement qui lui serait dévolu ne ressemblerait pas à deux semaines de retraite fermée dans une abbaye. Le voilà donc déjà de retour, alors qu’il tentera de stopper à cinq la série de défaites du Canadien et qu’il essaiera lui-même de signer une deuxième victoire en un mois.

Price « a eu de bonnes journées de préparation » avec Stéphane Waite, entraîneur des gardiens, a indiqué Ducharme. « Autant physiquement que dans sa game, on sent qu’il est prêt. On n’est pas inquiets, on sait qu’il va revenir. »

Le terme « revenir » est important. Car à ses trois derniers matchs, Price a accordé un total de 14 buts. La semaine dernière, notre collègue Guillaume Lefrançois, de La Presse, rappelait qu’avant le dernier changement d’entraîneur chez le Canadien, en 2017, le gardien avait présenté une fiche 7-10-3, une moyenne de 3,09 et une efficacité de ,897. Après que Michel Therrien eut été congédié et que Claude Julien eut pris la relève, Price avait conclu la saison avec un rendement de 13-6-0, une moyenne de 1,72 et une efficacité de ,937.

Est-ce que le nouveau changement derrière le banc contribuera à le relancer une fois de plus ? Seul le principal concerné saura fournir la réponse.

Interrogé à savoir si le temps n’était pas venu de confier le filet au gardien le plus méritant du moment, alors que le Tricolore approche la mi-saison et que Jake Allen présente de bien meilleures statistiques que son partenaire masqué, Dominique Ducharme a fait valoir qu’il croyait « fermement » que le classement final de la saison serait celui que son équipe « mérite ». À l’heure actuelle, le Canadien est quatrième dans la division nord, dernier rang disponible pour une place en séries éliminatoires.

Sur la question des gardiens de but, il s’en remet à une gestion « au jour le jour, pour l’instant ». « C’est beaucoup plus important de contrôler les choses qu’on peut contrôler : j’ai confiance en ça et en la manière dont on se comportera », a encore dit l’entraîneur-chef.

Paul Byron a tout de même indiqué que ses coéquipiers et lui devraient aider leur gardien davantage qu’ils l’ont fait au cours des derniers matchs, notamment en limitant les chances de marquer de haute qualité dans leur territoire. « Si on joue intelligemment et qu’on évite les erreurs coûteuses, ça donnera confiance à l’équipe et ça va nous aider à nous sortir de ça », a-t-il dit mardi matin en point de presse virtuel.

Un réveil collectif, amorcé samedi dernier contre les Jets il est vrai, arriverait à point nommé contre les Sénateurs, qui ont remporté quatre de leurs cinq dernières rencontres. Après avoir battu le CH deux fois, ils ont notamment infligé deux corrections (6-1 et 5-1) aux Flames de Calgary au cours d’une série de trois matchs. De quoi faire partiellement oublier leur début de saison catastrophique, qui les place encore au dernier rang de leur division.

« Ils sont jeunes, rapides, doués, et ils travaillent fort », a rappelé Byron. On doit rester loin du banc des pénalités, car ils sont bons en avantage numérique. On ne veut pas leur donner confiance tôt dans le match. »

L’ajout de Price sera le seul changement apporté à la formation du Tricolore. Josh Anderson ratera un deuxième match de suite en raison d’une blessure au bas du corps. Il a patiné en solitaire avant l’entraînement des siens. Victor Mete sera de nouveau laissé de côté.

La rencontre s’amorce à 19 h.