Le Canada a fait du bon travail pour terminer au premier rang du Groupe A, au Championnat mondial de hockey junior, et obtenir un affrontement avantageux en quarts de finale.

Donna Spencer
La Presse Canadienne

La République tchèque, qui a conclu la ronde éliminatoire au quatrième échelon du Groupe B, ne sera pas la même qui se mesurera au Canada samedi, selon l’entraîneur-chef André Tourigny.

« Nous devons rester humbles », a indiqué Tourigny, vendredi.

Les demi-finales du tournoi se tiendront lundi alors que la finale aura lieu mardi.

Les autres matchs de quarts de finale mettent en vedette la Russie et l’Allemagne, la Suède et la Finlande ainsi que les États-Unis et la Slovaquie.

Le Canada a été éliminé du tournoi en quarts de finale, il y a deux ans à Vancouver, quand il s’est incliné par la marque de 2-1 en prolongation contre la Finlande, éventuelle championne.

Le Canada (4-0) est largement favori contre la République tchèque (2-2), mais Tourigny note que les Tchèques ont blanchi la Russie 2-0 en ronde préliminaire et qu’ils jouent bien à forces égales.

« Ils nous ont fait une faveur en battant les Russes et en nous montrant à quel point ils peuvent être bons, a dit Tourigny. Nous n’allons pas les prendre à la légère. »

Le Canada pourrait se retrouver avec 12 attaquants, samedi.

Alex Newhook a semblé se blesser à l’épaule en première période d’une victoire de 4-1 contre la Finlande, jeudi soir, et il n’a pas patiné vendredi. Tourigny estime à « 50-50 » ses chances de jouer contre les Tchèques.

« Si le match avait eu lieu aujourd’hui, il n’aurait pas joué », a-t-il souligné.

Connor Zary, qui a commencé le tournoi en tant que 13e attaquant du Canada, devrait avoir plus de temps de glace si Newhook n’est pas en uniforme.

La vitesse du Canada en attaque – les 14 attaquants choisis ont été sélectionnés en première ronde du repêchage de la LNH – et son échec-avant tenace constituent les forces de l’équipe.

Comme le Groupe A était plus facile que le B, le Canada n’avait pas bien pris la mesure de son jeu avant de se mesurer à la Finlande.

Les Finlandais sont capables de rivaliser avec le Canada dans les trois zones, mais les hommes de Tourigny ne les ont pas laissé faire, dominant la possession de rondelle.

Les adversaires du Canada n’ont pas encore réussi à tirer au moins 20 fois sur le gardien partant Devon Levi.

« Ça peut être une situation difficile quand tu n’affrontes pas beaucoup de tirs pendant une longue période de temps et que tu fais ensuite face à une occasion de marquer. Quand tu dois faire la différence. Il a fait un très bon travail pour nous jusqu’à présent », a observé Tourigny.

La République tchèque n’a remporté aucune médaille à ce tournoi depuis celle de bronze obtenue en 2005. Elle n’a pas remporté les grands honneurs depuis 2001, à Moscou.

Neuf joueurs tchèques sont de retour cette année après avoir perdu 5-0 contre la Suède en quarts de finale, l’an dernier.

PHOTO JASON FRANSON, ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE

Le gardien tchèque Lukas Parik (1)

Le défenseur Michael Krutil reviendra dans la formation, samedi, après avoir purgé un match de suspension.

La République tchèque a partagé les tâches devant le filet lors de la ronde préliminaire, entre l’espoir des Kings de Los Angeles Lukas Parik et le gardien de deuxième année Nick Malik.

Parik a d’ailleurs stoppé 30 rondelles lors de la victoire par jeu blanc contre la Russie.

Note aux lecteurs : Version corrigée. Les équipes gagnantes des demi-finales seront reclassées en ordre de points.