Au cours des prochaines semaines, nous vous offrirons une analyse de chacun des repêchages du Canadien depuis 2003. Cette cuvée coïncide avec l’entrée en poste de Trevor Timmins à titre de directeur du recrutement amateur chez le CH. Nous replongerons dans le contexte de l’équipe à a veille de chaque cuvée, rappellerons les déclarations enthousiastes de l’époque, avant de terminer avec le bilan.

Mathias Brunet Mathias Brunet
La Presse

LE CONTEXTE

La première saison de Marc Bergevin, marquée par un lockout de plusieurs mois, a été couronnée de succès. Au retour de la longue interruption, Bergevin et Michel Therrien ont fait une place aux jeunes Alex Galchenyuk et Brendan Gallagher.

Gallagher a marqué 15 buts en 44 matchs, l’équivalent de 28 buts sur une saison complète. À seulement 19 ans, Galchenyuk a amassé l’équivalent de 46 points sur une pleine saison. P. K. Subban, 22 ans, a obtenu 38 points en 42 matchs, soit 74 points au pro rata d’une saison de 82 rencontres. Il a mérité un premier trophée Norris en carrière.

Malgré une brillante saison régulière et le deuxième rang dans l’Association de l’Est avec une fiche de 29-14-5, le printemps a été décevant. Le Canadien, largement favori, a pourtant été écrasé en première ronde par les Sénateurs d’Ottawa.

Dès le premier match de la série, Lars Eller est assommé par une violente mise en échec d’Eric Gryba au centre de la patinoire. Il baigne dans son sang sur la glace. Une scène affreuse. Galchenyuk est le seul à riposter, timidement. Le robuste Chris Neil s’amusera à chercher noise aux meilleurs joueurs du Canadien.

Montréal est éliminé en cinq matchs après une défaite de 6-1 à Ottawa, la deuxième par un tel score dans cette série. Les joueurs les plus robustes de l’équipe, Brandon Prust et Ryan White, et le capitaine Brian Gionta, ont terminé la série à l’infirmerie.

Avant le repêchage, Trevor Timmins évoque désormais le caractère et la compétitivité parmi les critères importants sur sa liste. En raison de ses succès en saison régulière, le CH repêche au 25e rang seulement. Mais il possède trois choix de deuxième ronde, laissés en héritage par le prédécesseur de Marc Bergevin, Pierre Gauthier.

L’ancien DG du Canadien a obtenu le 34e choix, au début de la deuxième ronde, dans l’échange d’Andrei Kostitsyn en février 2012 et le 36e choix des Flames un mois plus tôt dans transaction de Mike Cammalleri pour Rene Bourque.

Les spécialistes parlent d’une faible cuvée. Les meilleurs espoirs demeurent fort prometteurs, mais il n’y a pas beaucoup de profondeur par la suite. L’avenir leur donnera raison…

LES CHOIX

L’Avalanche du Colorado a remporté la loterie deux mois plus tôt et coiffe les Panthers de la Floride, derniers au classement général. Le défenseur Seth Jones, originaire de Denver, semble le candidat logique, mais Joe Sakic et Patrick Roy causent une certaine surprise en optant pour le centre Nathan MacKinnon.

Les Panthers optent pour un centre eux aussi, le Finlandais Aleksander Barkov. Le Lightning boude Seth Jones à son tour et lui préfère l’attaquant québécois Jonathan Drouin, 105 points, dont 41 buts, en 46 matchs à Halifax.

Jones est finalement repêché au quatrième rang par Nashville. Suivent dans l’ordre Elias Lindholm en Caroline, Sean Monahan à Calgary, Darnell Nurse à Edmonton, Rasmus Ristolainen à Buffalo et Bo Horvat à Vancouver.

Plusieurs fans du Canadien espèrent Anthony Mantha, mais il est choisi au 20e rang par Detroit. Deux autres Québécois, Frederik Gauthier et Émile Poirier, sont repêchés aux 21e et 22e rangs par Toronto et Calgary respectivement.

Au 25e rang, le Canadien opte pour un attaquant format géant : Michael McCarron, du programme de développement américain, 6 pieds et 6 pouces, 235 livres de muscles.

McCarron est classé au 79e rang par la firme indépendante Red Line, qui qualifie son intelligence au jeu de douteuse et qui note son manque d’intensité en protection de rondelle. McCarron a obtenu seulement 10 points en 19 matchs dans l’USHL, au 17e rang des compteurs du programme de développement américain dans cette Ligue.

Au début de la deuxième ronde, le CH opte pour un autre joueur au gabarit imposant, le centre Jacob de la Rose, capitaine de la Suède au Championnat mondial des moins de 18 ans et classé en première ronde par plusieurs experts.

Comme il l’avait laissé entendre la veille, Trevor Timmins repêche un gardien au 38e rang, le Québécois Zachary Fucale. Le jeune homme est auréolé de gloire après avoir remporté la Coupe Memorial avec les Mooseheads d’Halifax. Il a été nommé au sein de l’équipe d’étoiles du tournoi et aussi remporté l’or au tournoi Ivan-Hlinka.

En fin de troisième ronde, le CH se tourne vers un finlandais, un certain Artturi Lehkonen, 30 points en 45 matchs dans la SM-Liiga en Finlande.

Avec le choix de troisième ronde obtenu par Marc Bergevin pour Erik Cole (en retour de Michael Ryder), le Canadien opte pour un autre dur à cuire au 71e rang, Connor Crisp, 6 pieds 2 pouces, 220 livres, le protecteur de Connor McDavid à Erie, mais un faible producteur de points comme en font foi ses 36 points en 62 matchs dans la Ligue junior de l’Ontario.

Le Canadien se permet quand même de repêcher de petits joueurs par la suite, Sven Andrighetto, des Huskies de Rouyn-Noranda, et Martin Reway, des Olympiques de Gatineau. Jeremy Grégoire, un vif compétiteur des Drakkars de Baie-Comeau, est choisi en sixième ronde malgré 32 points en 62 matchs.

QUELQUES CITATIONS

Certains diront qu’on en est arrivé à cette conclusion lors des dernières séries, mais j’ai toujours cru qu’il y avait des joueurs qui vous aidaient à vous rendre en séries, et d’autres qui vous aidaient à traverser les séries ».

Marc Baergevin

Marc Bergevin, au sujet des quelques colosses repêchés dans les trois premières rondes.

On me pose souvent la question pour savoir à quel joueur je ressemble et je réponds Milan Lucic. Je peux autant jouer au sein du quatrième trio que dans le premier. Ça ne me dérange pas de me retrouver dans le rôle du gars qui frappe tout ce qui bouge et je n’ai pas peur de jeter les gants. J’ai aussi un bon instinct offensif. Ce n’était pas une surprise d’être choisi par Montréal, mais je ne m’attendais pas nécessairement à sortir au premier tour. Je suis tellement content, ça démontre que le Canadien croit en moi. J’ai des frissons simplement à l’idée de me joindre à l’une des équipes originales.

Michael McCarron

Nous avons essayé de faire un bond dans le top 10 au premier tour. Nous étions prêts à payer le prix, mais l’équipe en question a refusé notre proposition. McCarron est un joueur avec un bon gabarit et il a beaucoup de caractère. C’est une chose qu’on voulait améliorer. On a rempli notre mandat avec lui en première ronde. On ne croit pas qu’il aurait été encore disponible au deuxième tour.

Marc Bergevin

Lehkonen mesure 5’11, mais c’est un joueur de classe mondiale. Il était le meilleur attaquant de la Finlande au Championnat du monde U-18. C’est un marqueur, un gars de caractère et un joueur doté d’un bon sens du hockey.

Trevor Timmins

LA SUITE

La stratégie de 2013 n’a pas été payante. Dès sa première saison dans les rangs juniors à London, quelques mois après le repêchage, McCarron a montré des failles importantes dans son jeu. Il a obtenu un maigre 34 points, dont 14 buts, en 66 matchs dans la Ligue junior de l’Ontario. Lors d’une visite de La Presse à London à des fins de reportage le 19 novembre 2013, McCarron a eu la franchise d’avouer qu’il peinait à suivre le rythme élevé imposé par l’entraîneur Dale Hunter lors des pratiques.

Il s’est amélioré par la suite, amassé 38 points en 58 matchs à sa première saison dans la Ligue américaine, mais pas assez pour s’établir dans la LNH. En 69 matchs à Montréal, McCarron a obtenu huit points, dont deux buts, avant d’être échangé cet hiver pour Laurent Dauphin, repêché quelques rangs après lui en 2013.

L’autre colosse, Connor Crisp, a pris sa retraite en 2018, à 24 ans. Il n’a même pas été en mesure de s’établir dans la Ligue américaine. Il jouait dans l’ECHL lorsqu’il a mis fin à sa carrière.

Jacob de la Rose montrait certaines promesses. On le croyait à un certain moment capable de devenir un centre de troisième trio. Il a obtenu 12 points en 55 matchs en 2017-2018, montré beaucoup d’efficacité en infériorité numérique, mais des problèmes cardiaques ont incité le Canadien à le renvoyer dans la Ligue américaine à son retour au jeu et il a été réclamé au ballottage par Detroit. Il joue désormais pour les Blues de St. Louis dans un rôle de soutien.

Sven Andrighetto a connu de bons moments au Colorado après avoir été échangé pour le colosse Andreas Martinsen en mars 2017. Il a obtenu 16 points en 19 matchs avec l’Avalanche, mais ça n’a pas duré. Après 216 matchs en carrière dans la LNH, il s’est exilé en Russie.

Artturi Lehkonen, l’un des plus petits joueurs parmi les cinq premiers choix du Canadien en 2013, est devenu le meilleur du groupe. Les fans souhaiteraient une meilleure production offensive de sa part, mais il s’agit d’un attaquant fougueux, rapide, efficace défensivement, capable d’obtenir une trentaine de points par année, et un ailier apprécié de ses entraîneurs.

La cuvée 2013 est d’une telle faiblesse que Lehkonen vient au 25e rang au chapitre des points. Andrighetto est 31e et de la Rose 44e. Au chapitre des matchs disputés, les trois sont dans le top 30. Et au sein de ce top 30, 14 joueurs ont été repêchés parmi les 15 premiers.

On peut reprocher à la direction du Canadien d’avoir choisi un joueur au talent douteux, dans une volonté presque maladive de dénicher des durs à cuire pour protéger ses meilleurs joueurs. Mais contrairement au repêchage de 2012, le CH repêchait tard en première ronde dans un repêchage maigre en talent.

À compter du 25e rang, très peu de joueurs ont percé. Seulement quatre ont disputé au moins 300 matchs dans la LNH : Andrew Copp, Anthony Duclair, Brett Pesce et Ryan Hartman. Copp et Hartman sont des joueurs de soutien et Duclair a changé d’équipe quatre fois. Seul Pesce est un joueur de premier plan. Duclair le deviendra s’il maintient son rythme de cet hiver.

Parmi les joueurs ayant disputé 100 matchs, quelques candidats intéressants : Shea Theodore, Miles Wood, Jake Guentzel, Oliver Bjorkstrand, Pavel Buchnevich, Will Butcher et Andreas Johansson. Mais on parle, au total, d’environ six ou sept joueurs de premier plan à compter du 25e rang sur un total de presque 200 joueurs !

Ainsi n’accorderons-nous pas la note de passage au Canadien à nouveau, mais en rappelant la faiblesse de la cuvée.

NOTE FINALE : 5/10

Les choix du Canadien en 2013

-Michael McCarron, centre, 1re ronde, 25e total.

A vite regretté d’avoir défié Milan Lucic en début de carrière.

-Jacob de la Rose, centre, 2e ronde, 34e total.

Il fait carrière dans la LNH, mais dans un rôle modeste.

-Zachary Fucale, gardien, 2e ronde, 36e total.

On voyait en lui le dauphin de Price. N’a jamais pu s’établir même dans la Ligue américaine.

-Artturi Lehkonen, ailier, 2e ronde, 55e total.

107 points en 291 matchs en carrière, mais ne deviendra jamais un attaquant offensif.

-Connor Crisp, ailier, 3e ronde, 71e total.

Un dur à cuire repêché à la mauvaise époque. Et surtout pas de calibre pour la Ligue américaine.

-Sven Andrighetto, ailier, 3e ronde, 86e total.

Potentiel intéressant, 83 points en 2016 matchs, mais incapable de maintenir une constance.

-Martin Reway, ailier, 4e ronde, 116e total.

Brillant au Championnat mondial junior en 2014 avec 10 points en 5 matchs. Incapable de s’établir chez les pros.

-Jeremy Grégoire, ailier, 6e ronde, 176e total.

Bon joueur de soutien pour la Ligue américaine.

À LIRE

Ceux qui n’y sont pas pris d’avance pourraient avoir de la difficulté à jouer au golf ou au tennis aujourd’hui et demain, raconte Simon Drouin.