C’était un 28 février 2007. Ce jour-là marquait le début d’un long processus menant à l’acquisition, onze ans plus tard, du meilleur jeune joueur de centre du Canadien depuis Saku Koivu, Nick Suzuki.

Mathias Brunet Mathias Brunet
La Presse

Ce jour-là, Bob Gainey échangeait à la date limite des échanges son défenseur Craig Rivet aux Sharks de San Jose en retour de Josh Gorges et d’un choix de première ronde.

Le Canadien était pourtant encore en position de participer aux séries éliminatoires au moment de conclure l’échange, mais Rivet, s’il demeurait un leader important, avait ralenti. On pouvait compter sur Andrei Markov, Sheldon Souray, Mike Komisarek, Francis Bouillon, Mark Streit, et désormais Josh Gorges, pour faire le travail.

Montréal a finalement raté les séries éliminatoires quelques semaines plus tard, mais avait en banque deux choix de première ronde, au 12e et au 22e rang, lors du repêchage de juin 2007 à Columbus.

Ce repêchage sera hautement controversé. Les fans du Canadien rêvent au Montréalais Angelo Esposito. Mais au 12e rang, Trevor Timmins et son équipe jettent leur dévolu sur un jeune défenseur d’une école secondaire du Minnesota, Ryan McDonagh.

PHOTO JOHN SOMMERS II, ARCHIVES REUTERS

Ryan McDonagh et Trevor Timmins au repêchage de 2007

Plusieurs espéraient encore Angelo Esposito avec le second choix de première ronde, mais les Penguins l’ont repêché au 20e rang. Le CH a finalement opté pour Max Pacioretty, de New Canaan, au Connecticut, au 22e rang. David Perron et Keven Veilleux étaient encore disponible. Un certain P.K. Subban, un défenseur droitier ontarien, a aussi été préféré à Veilleux en deuxième ronde.

Des journalistes avaient rebaptisé le Canadien : les « Americans de Montréal ». Dans sa chronique, Bertrand Raymond avait cité un homme d’affaires furieux prêt à annuler son abonnement de saison au Centre Molson.

Ryan McDonagh a été échangé aux Rangers de New York pour Scott Gomez quelques jours après son 20e anniversaire. Son développement avait « stagné » aux yeux de certains membres de la direction du Canadien. Trevor Timmins en a presque perdu connaissance. McDonagh est devenu le capitaine des Rangers de New York par la suite. On cherche encore aujourd’hui un défenseur gaucher de sa trempe.

L’échange de Rivet a payé. Pacioretty a connu cinq saisons de plus de 30 buts à Montréal. Il est devenu le capitaine de l’équipe. Sa valeur était toujours très haute lorsque Marc Bergevin l’a échangé aux Golden Knights de Vegas en septembre 2018.

Arrive Nick Suzuki au camp d’entraînement l’an dernier à 19 ans. Encore un peu frêle, encore timide malgré quelques flashs. Renvoyé dans les rangs juniors.

Cette année, la grande éclosion. Nick Suzuki vient de s’implanter au centre du deuxième trio et il a repoussé Max Domi au sein du troisième. Suzuki a 35 points en 57 matchs, dont 20 points à ses 23 derniers matchs.

PHOTO DAVID BOILY, LA PRESSE, LA PRESSE

Nick Suzuki

Plus on vante Suzuki, plus certains en profitent pour planter Timmins : « Leur meilleur jeune joueur n’a même pas été repêché par lui », entend-on à droite et à gauche depuis quelques semaines.

Or, l’arrivée de Suzuki est liée au travail de Timmins. C’est grâce à l’un de ses choix, celui de Pacioretty, si le Canadien peut désormais compter sur un tel joyau.

Suzuki a été repêché au 13e rang en 2017, ne l’oublions pas. Le Canadien détenait le 25e choix et a repêché Ryan Poehling. Le CH a d’ailleurs bénéficié de seulement deux choix parmi les 14 premiers depuis 2013.

Montréal a repêché Mikhail Sergachev au neuvième rang en 2016. Celui-ci a été échangé pour Jonathan Drouin. Sergachev, 21 ans, a 27 points en 55 matchs à Tampa, en route vers une deuxième saison de 40 points en trois ans.

Jesperi Kotkaniemi est le deuxième haut choix, au troisième rang en 2018. Les lecteurs réguliers de cette chronique connaissaient dès avril 2018 mon choix sentimental pour ce repêchage, Quinn Hughes. Mais qualifier Kotkaniemi de choix raté parce qu’on vient de le renvoyer dans la Ligue américaine relève d’un excès d’émotivité.

PHOTO BERNARD BRAULT, LA PRESSE

Jesperi Kotkaniemi

Kotkaniemi a mille choses à polir. Il a coûté le premier but du Rocket dimanche après-midi en prenant une mauvaise décision sur une couverture défensive. Mais à un âge où Suzuki évoluait encore dans les rangs juniors, Kotkaniemi amassait dimanche un septième point en seulement quatre matchs avec le Rocket. Une telle production dans la Ligue américaine à seulement 19 ans est digne de mention.

L’un des meilleurs espoirs des Kings de Los Angeles, Rasmus Kupari, 19 ans, repêché 20e au total en 2018, a amassé 8 points en 27 matchs à sa première année dans la Ligue américaine. Oliver Wahlstrom, 11e choix au total cette même année, a 14 points en 32 matchs. Filip Zadina a obtenu 35 points en 59 matchs presque au même âge l’an dernier dans la Ligue américaine. Neuvième choix au total, Vitali Kravtsov a obtenu 10 points à ses 26 premiers matchs à Hartford.

Mais revenons à notre sujet du jour. Le Canadien est dans une position semblable à celle de l’équipe de 2007, peut-être même en meilleure position de vendre. Par contre, Jeff Petry, contrairement à Craig Rivet, n’a pas de joueur apte à le remplacer et sa carrière n’est pas sur la pente descendante comme c’était le cas pour Rivet (dont il restait aussi un an de contrat) à l’époque. Tomas Tatar pourrait être encore très utile au Canadien l’an prochain.

Il y a aussi moins urgence de remplir la banque d’espoirs. Nous y reviendrons d’ailleurs mardi…

À lire

Pour la première fois de sa carrière, Ben Chiarot est employé en supériorité numérique en l’absence de Shea Weber, nous rappelle Guillaume Lefrançois. Chiarot constitue une agréable surprise cette saison avec 17 points en 55 matchs, une temps d’utilisation de plus de 23 minutes et une fiche de +8. Mais l’utiliser en pareilles circonstances montre aussi les failles de cette équipe : on ne regorge pas de défenseurs offensifs. Il faudra y remédier plus tôt que tard…