Avec 80 buts en 449 matchs, le Slovaque Richard Panik n’est pas reconnu comme une terreur au sein de la confrérie des gardiens de but de la LNH.

Simon-Olivier Lorange Simon-Olivier Lorange
La Presse

C’est pourtant lui qui aura la tâche de remplacer Alexander Ovechkin, ce lundi soir contre le Canadien, sur le premier trio des Capitals de Washington à la gauche de Nicklas Backstrom et de Tom Wilson.

Le casting peut sembler surprenant au premier coup d’œil – même au deuxième. Panik est un attaquant de soutien généralement confiné au trio défensif. Disons qu’on n’aurait pas instinctivement pensé à lui pour remplacer le 9e meilleur buteur de l’histoire de la LNH.

L’entraîneur des Capitals, Todd Reirden, s’est toutefois montré prudent en rappelant que « de toute évidence, il ne sera pas Ovechkin ».

Reirden a fait valoir que Panik, à l’aise sur les deux ailes, avait joué avec des joueurs dominants par le passé et qu’il « trouvait toujours des moyens de contribuer ». Il n’exclut pas, par contre, d’apporter des ajustements à ses combinaisons en cours de rencontre si l’expérience n’est pas fructueuse.

La principale motivation derrière cette décision, c’est toutefois celle de garder intacte l’unité constituée d’Evgeny Kuznetsov, T. J. Oshie et Jakub Vrana.

Avant la semaine de congé, Vrana était en feu, avec 9 points à ses 8 derniers matchs. À sa troisième saison complète dans la LNH, le joueur tchèque de 23 ans continue de grimper les échelons au sein d’une organisation qui regorge de talent offensif.

PHOTO AL DRAGO, ARCHIVES ASSOCIATED PRESS

Alex Ovechkin (8) et Jakub Vrana (13).

Avec déjà 22 buts et 40 points, il n’aura aucun mal à battre ses records personnels dans ces deux départements (24 buts et 47 points) d’ici la fin du calendrier. Comme si cette équipe avait besoin d’un autre marqueur de 30 buts !

Il est en outre le meilleur pointeur parmi les attaquants des Capitals à 5 contre 5, et voilà qu’on l’emploie également sur la première vague de supériorité numérique.

« Jakub s’améliore chaque année, a souligné Reirden. Il utilise bien sa vitesse et son tir, qui appartiennent à l’élite. À mesure qu’il va augmenter son niveau de confiance et son jeu dans les deux sens de la patinoire, il va avoir de plus en plus de chances de se démarquer. C’est un de nos plus brillants espoirs pour encore plusieurs années. »

Sans surprise, Reirden enverra Braden Holtby devant le filet de son équipe. Le gardien présente une fiche de 13 victoires en 18 affrontements contre le Canadien en carrière.

À noter, en raison d’un malentendu avec l’équipe, il n’a pas été possible pour les journalistes montréalais de rencontrer les joueurs des Capitals lundi matin afin de recueillir leurs commentaires à l’approche du match contre le Tricolore.