(Ottawa) Corey Crawford avait la mine basse dans le vestiaire des visiteurs du Centre Canadian Tire, mardi matin. Le gardien québécois venait de participer à l’entraînement optionnel des Blackhawks de Chicago, en vue du duel de la soirée contre les Sénateurs d’Ottawa.

Guillaume Lefrançois Guillaume Lefrançois
La Presse

Pour la 25e fois cette saison, Crawford amorçait un match assis au banc pendant que Robin Lehner obtenait le départ.

On a déjà vu pire comme situation, remarquez. Crawford compte tout de même 22 départs, cette saison, et pourrait en obtenir un 23e ce mercredi puisque les Blackhawks débarqueront alors au Centre Bell pour y affronter le Canadien. Un régime moitié-moitié parfaitement normal entre deux gardiens qui touchent des salaires comparables (5 millions de dollars pour Lehner, 6 millions pour Crawford). Et les contrats des deux expirent au terme de la saison.

Le problème, c’est qu’après deux saisons gâchées par des commotions, Crawford espérait revenir à ce qu’il était : un gardien numéro 1. Entre 2010-2011 et 2016-2017, il a connu 6 saisons de 55 départs ou plus (et 28 lors de la campagne 2013 écourtée).

« Je n’ai jamais vraiment joué avec un gars au top de la ligue comme lui. Je dois continuer à travailler pour avoir plus de matchs », a admis Crawford, dans un entretien avec trois journalistes francophones.

Crawford a connu tous les types d’adjoint, des vétérans en fin de carrière (Marty Turco, Cam Ward) à des gardiens qui tentent de faire leur place (Antti Raanta, Scott Darling).

Voici qu’il se retrouve avec Lehner, qui a accepté un contrat d’un an à titre de joueur autonome, l’été dernier. Le Suédois a 28 ans et a remporté, la saison dernière, le trophée Jennings – remis aux gardiens de l’équipe qui accorde le moins de buts – en compagnie de son adjoint Thomas Greiss chez les Islanders de New York.

Stimulant d’avoir un adjoint avec un tel profil ? « C’est sûr. Ça te pousse à être au top de ta game », a répondu l’athlète de Châteauguay.

« J’aimerais jouer plus de matchs. Mais ce n’est pas le plan. C’est dur. Mais je ne peux rien faire, je peux juste travailler fort à l’entraînement et attendre qu’ils disent que c’est à moi de jouer. »

Lehner détient l’avantage jusqu’ici.

Fiche des deux gardiens

Lehner : 14-7-4, moyenne de 2,85, efficacité de ,923
Crawford :  7-13-2, moyenne de 3,09, efficacité de ,906

« Quand tu joues plus, les petits détails viennent plus facilement, tu as moins besoin de t’ajuster. Tu sens plus la game, ce que les joueurs vont faire, c’est plus facile de lire le jeu », explique Crawford.

La suite ?

Les contrats des deux gardiens seront à renégocier au terme de la saison. Le directeur général des Blackhawks, Stan Bowman, aura une décision déchirante à prendre.

D’un côté, Lehner est dans la force de l’âge et présente des statistiques fort honorables, considérant les difficultés de l’équipe devant lui.

De l’autre côté, Crawford vient d’avoir 35 ans et ses statistiques empirent au gré du rendement des Blackhawks, en pleine reconstruction après une décennie faste. Mais il a été un choix de deuxième tour des Hawks en 2003, n’a connu aucune autre organisation dans la LNH et compte deux bagues de la Coupe Stanley.

On n’en a pas parlé encore. On va voir ce que M. Bowman veut faire avec moi à la fin de la saison.

Corey Crawford

Mais justement, la reconstruction pèse lourd sur lui. Lors des sept saisons susmentionnées, les Blackhawks ont participé aux séries éliminatoires. Deux fois, ils ont soulevé la Coupe Stanley, en plus d’atteindre la finale de l’Association de l’Ouest en 2014.

Avec une fiche de 21-20-6, les Chicagolais sont maintenant en voie de rater les séries éliminatoires pour un troisième printemps de suite. C’est évidemment difficile à digérer pour tout joueur, encore plus pour un qui a jadis connu tant de succès.

« C’est dur d’avoir du fun quand tu perds. Les deux dernières années, ce n’était pas vraiment le fun. Gagner la Coupe, c’est ça, le fun. Si tu joues dans la ligue juste pour jouer dans la ligue, tu ne gagneras jamais.

« J’aimerais rester ici et avoir la chance de gagner une autre Coupe. Ça serait idéal. Mais tu ne sais jamais. »

Une chose est sûre : ce serait surprenant que les Blackhawks dépensent encore 11 millions pour leurs deux gardiens. Selon CapFriendly, le Canadien (11,25 millions) est la seule équipe de la LNH à dépenser davantage à cette position.