Il s’agit évidemment d’un match préparatoire du Championnat mondial junior.

Mathias Brunet Mathias Brunet
La Presse

Mais l’espoir du Canadien Cole Caufield a encore une fois démontré, mardi soir, sa qualité principale : marquer.

Caufield a réussi deux des trois buts des Américains, dans une victoire de 3-2 aux dépens de la Finlande. Le jeune homme a réussi ses deux buts de façon complètement différente en deuxième période.

Il a d’abord compté à l’aide d’un tir sur réception de son côté opposé à l’orée de l’enclave. Comme Ovechkin et Stamkos le font si bien (attention ici, on ne compare pas les joueurs).

Puis, à sa présence suivante, il a compté après avoir récupéré une rondelle derrière le filet adverse, avant de déjouer le gardien d’un tir du revers parfait dans le coin supérieur gauche du filet.

Sans surprise, Caufield a été nommé le joueur du match. Ironiquement, le choix de premier tour du CH en 2019 a été blanchi lors des deux matchs des Badgers du Wisconsin, dans la NCAA, présentés sur RDS il y a quelques semaines.

Il n’en fallait pas plus pour semer la panique chez certains fans du Canadien. Mais il a obtenu 12 points, dont 6 buts, en 8 matchs lors des autres rencontres des Badgers cet automne.

À un certain moment, il faudra cesser de douter. Caufield a obtenu 14 buts et 18 points en 7 matchs contre les meilleurs joueurs de son âge au Championnat mondial des moins de 18 ans il y a un an et demi.

Il a marqué 72 buts et amassé 100 points en 64 matchs avec le programme de développement américain. Dans chacun des cas, il pouvait bénéficier des passes de Jack Hughes, premier choix au total en 2019.

Mais depuis son arrivée au Wisconsin, il a marqué 25 buts et obtenu 48 points en 46 matchs à moins de 20 ans, et ce, sans Hughes.

Après un Championnat mondial tiède l’an dernier, un but et une aide en cinq matchs, mal utilisé par un entraîneur qu’on n’a pas rappelé cette année, on le sent nettement plus affamé.

Caufield ne sera pas employé dans les derniers instants d’un match pour protéger une avance. Il ne joue pas au centre, donc on ne comptera pas sur lui pour gagner les mises en jeu importantes. Mais il réussit à faire ce que peu de joueurs peuvent accomplir : faire secouer les cordages avec la rondelle.

Son tir est redoutable. Il parvient à trouver les espaces libres en territoire ennemi. Ses facultés oculomanuelles exceptionnelles lui permettent aussi de récupérer des rondelles mieux que la plupart des joueurs.

Défensivement, Caufield montre des signes d’amélioration évidents. Il n’a pas la responsabilité d’un joueur de centre, mais on le sent nettement plus impliqué dans sa zone, et très fort dans ses batailles pour la rondelle. Il n’a pas commis d’erreur mardi soir.

Ses talents de passeur s’améliorent aussi. Il s’agit d’un effet positif du manque de talent qui l’entoure au Wisconsin. Il aurait pu réussir un tour du chapeau contre la Finlande, mais sur une séquence dans l’enclave, il a préféré la passe à un coéquipier. Avec un peu de chance, il aurait obtenu un troisième point.

Ce match ne veut rien dire. Le tournoi n’est pas commencé. Mais la suite s’annonce intéressante…