Profitons de la pause dans la LNH pour revisiter l’histoire du Canadien. Cette semaine, nous vous présentons un top 5 des meilleurs repêchages des 40 dernières années chez le CH. Aujourd’hui, en première position, la cuvée 1984.

Mathias Brunet Mathias Brunet
La Presse

Deux jeunes hockeyeurs ont volé la vedette au Forum de Montréal ce 9 juin 1984. Et ce ne sont ni Patrick Roy, ni Stéphane Richer.

Il y a d’abord eu Mario Lemieux, le premier choix au total, sélectionné par les Penguins de Pittsburgh. Mais Lemieux, sur place au Forum, n’avait pas daigné endosser son nouveau chandail pour des fins de négociations de contrat.

L’autre, Petr Svoboda, frêle défenseur de la Tchécoslovaquie, était caché dans les coulisses de l’amphithéâtre jusqu’au moment où le Canadien a prononcé son nom au cinquième rang.

Pour certains observateurs, Svoboda était le meilleur espoir après Mario Lemieux. Mais on était encore en pleine guerre froide et la Tchécoslovaquie était sous le joug communiste.

Mais Svoboda avait réussi à fuir lors d’un tournoi en Allemagne de l’Ouest et il était caché chez une tante à Munich. Serge Savard détenait cette précieuse information et a organisé son arrivée à Montréal à temps pour le repêchage, à la stupéfaction des autres clubs de la LNH.

Trois rangs plus tard, Serge Savard et son directeur du recrutement André Boudrias repêchaient le robuste attaquant Shayne Corson, grâce à un choix acquis en retour de Rick Wamsley et de choix de deuxième et troisième ronde. Corson avait amassé 71 points en 66 matchs à sa première saison à Brantford dans la Ligue junior majeure de l’Ontario.

Il restait un choix de deuxième ronde en banque. Boudrias s’est tourné vers un prolifique marqueur des Bisons de Granby, Stéphane Richer, 39 buts et 76 points à sa première saison dans la Ligue de hockey junior majeur du Québec.

Le choix de troisième ronde avait de quoi surprendre. Patrick Roy, un gringalet un peu dégingandé, présentait une moyenne de buts alloués de 4,44 chez les Bisons.

Sur la photo publiée dans La Presse pour annoncer la cuvée de 1984, Serge Savard est entouré de Corson, Svoboda et Richer dans leur bel uniforme tricolore, mais on n’a pas daigné inviter Roy…

Svoboda a atteint la LNH à 18 ans. Il a même amassé 31 points à sa première saison, sous la tutelle de Larry Robinson et Rick Green. Svoboda habitait chez son directeur général pour l’aider à s’acclimater à l’Amérique du Nord. Corson est demeuré deux années supplémentaires dans les rangs juniors.

Roy et Richer ont rejoint les Canadiens de Sherbrooke à 19 ans et, contre toute attente, ont permis au club-école du CH dans la Ligue américaine de remporter la Coupe Calder.

Un an plus tard, en 1986, le Canadien, avec huit recrues en uniforme dont Roy et Richer, remportait la 23e Coupe Stanley de son histoire. Roy mettait la main sur le Conn-Smythe remis au joueur par excellence en séries éliminatoires à seulement 20 ans.

Svoboda n’avait pas eu un grand impact ce printemps-là. Blessé en fin de saison, il avait perdu son poste aux mains de l’étonnant vétéran Gaston Gingras, dont la carrière semblait pourtant dans un cul-de-sac. Le cinquième choix au total en 1984 a disputé seulement huit des 20 matchs du CH en séries, dans un rôle limité. Shayne Corson n’avait pas encore entamé sa carrière professionnelle.

Patrick Roy allait remporter trois autres Coupes Stanley, une avec le Canadien et deux avec l’Avalanche du Colorado. Il a remporté trois trophées Vézina remis au gardien par excellence et trois trophées Conn-Smythe. Selon plusieurs, il constitue le plus grand gardien de l’histoire.

En 1988, Stéphane Richer est devenu le premier joueur du Canadien depuis Guy Lafleur à marquer au moins 50 buts. Il a répété l’exploit deux ans plus tard. Personne à Montréal n’a pu le faire depuis. Il a marqué 421 buts en 1054 matchs, au cinquième rang de cette cuvée 1984 derrière Brett Hull, Mario Lemieux, Luc Robitaille et Gary Roberts.

Corson a joué six ans avec le Canadien. Il n’a malheureusement pas eu la chance de remporter la Coupe. Il a néanmoins connu une très belle carrière. En 1156 matchs, il a obtenu 693 points.

Svoboda n’est pas devenu la vedette annoncée, mais il a disputé 1028 matchs en carrière et amassé 399 points. Il est devenu le premier joueur tchécoslovaque à atteindre la marque des 1000 matchs.

Il a connu sa meilleure saison en 1988-1989 avec 45 points en 71 matchs et cette fois, il a joué un rôle prépondérant en séries éliminatoires, en route vers la finale de la Coupe Stanley contre les Flames de Calgary en compagnie de Roy, évidemment, Richer et Corson.

Ce brillant repêchage mené par André Boudrias a eu un impact certain sur la plus récente Coupe Stanley en 1993. Patrick Roy y était toujours à l’avant-scène. Les trois autres joueurs ont permis à Savard d’acquérir trois acteurs clés de cette conquête : Stéphane Richer a été échangé en 1991 pour Kirk Muller, 17 points, dont 10 buts, en 20 matchs dans ces séries ; Shayne Corson quittait un an plus tard, pour Edmonton, en août 1992, en retour de Vincent Damphousse, 23 points en 20 matchs éliminatoires, 97 points en saison régulière, et Svoboda avait rapporté le robuste défenseur Kevin Haller en mars 1992.

Cette cuvée fut très riche avec Mario Lemieux, Brett Hull, Luc Robitaille, Kirk Muller, Gary Roberts, Scott Mellanby, Ed Olczyk, Kevin Hatcher, Gary Suter et Al Iafrate. D’ailleurs 18 joueurs repêchés cette année-là ont disputé au moins 1000 matchs, dont quatre du Canadien. Savard et Boudrias ont aussi repêché Gerry Johansson en cinquième ronde le gardien Troy Crosby en 12e ronde. Il fallait être visionnaire pour repêcher le père de l’un des plus grands joueurs de l’histoire du hockey et l’éventuel agent de son gardien numéro un Carey Price…

Les choix du Canadien en 1984

(1) 5 - Petr Svoboda
(1) 8 - Shayne Corson
(2) 29 - Stéphane Richer
(3) 51 - Patrick Roy
(3) 54 - Graeme Bonar
(4) 65 - Lee Brodeur
(5) 95 - Gerry Johansson
(6) 116 - Jim Nesich
(7) 137 - Scott MacTavish
(8) 158 - Brad McCaughey
(9) 179 - Eric Demers
(10) 199 - Ron Annear
(11) 220 - David Tanner
(12) 240 - Troy Crosby

* En caractères gras, ont disputé au moins 100 matchs dans la LNH.

À LIRE

Dans l’ombre, deux espoirs du Canadien, tous deux défenseurs gauchers, Gianni Fairbrother et Jacob LeGuerrier, espèrent obtenir un contrat de l’organisation. Sans cette abondance de jeunes défenseurs dans la banque d’espoirs, on parlerait d’eux plus souvent. Les détails de Simon-Olivier Lorange.