Le séjour de Jesperi Kotkaniemi dans la Liiga est terminé. L’Assat de Pori a annoncé lundi la fin du prêt de l’attaquant du Canadien.

Guillaume Lefrançois Guillaume Lefrançois
La Presse

Au-delà de la nouvelle en soi, ce sont surtout les circonstances qui sont intéressantes pour la suite des choses.

Selon ce qu’il a été permis d’apprendre, le prêt de Kotkaniemi à Pori était « ouvert ». Kotkaniemi a disputé 10 matchs pour l’équipe de sa ville natale, mais cette durée n’était pas prédéterminée.

On nous a aussi confirmé que la décision de mettre fin au prêt ne venait pas du club de Pori, ce qui n’est pas exactement une surprise. Après avoir été blanchi lors des quatre premières sorties, Kotkaniemi a obtenu huit points à ses six derniers matchs (deux buts, six aides). Le centre de 20 ans a par ailleurs eu un temps de jeu moyen de 19 min 27 s. Dans quatre matchs, il a joué plus de 20 minutes.

Bref, même si Pori a montré une fiche de 4-5-1 avec Kotkaniemi dans sa formation, même s’il a fini son dernier match avec un différentiel de - 3, on en déduit qu’il était bien utile à son équipe.

« C’était une excellente occasion pour Jesperi de disputer des matchs en guise de préparation pour la saison 2020-2021 de la LNH », a commenté l’agent de Kotkaniemi, Markus Lehto, dans un courriel à La Presse.

« Jesperi a 20 ans, et c’était une belle occasion pour lui permettre de se concentrer sur son développement physique (force, vitesse, agilité, patinage, etc.) avec les entraîneurs et préparateurs physiques avec qui il a travaillé avant les séries 2020. »

Lehto n’a toutefois pas voulu se prononcer sur ce qui explique la décision de mettre fin au prêt.

Le silence est assourdissant

Impossible d’affirmer qu’il y a un lien direct entre la fin du prêt de Kotkaniemi et une reprise possible des activités dans la LNH. Marc Bergevin n’a pas commenté la nouvelle, et en fait, le Tricolore ne l’a même pas annoncée sur son compte Twitter.

Mais il y a là une drôle de coïncidence entre le moment choisi pour mettre fin au prêt et les négociations entre les joueurs et la LNH. Les derniers pourparlers ont visiblement été acrimonieux. À Radio-Canada, le défenseur des Sharks de San Jose Marc-Édouard Vlasic a parlé d’un « manque de respect » de la part de la LNH.

Ça n’empêche toutefois pas le monde du hockey de se préparer pour une reprise du jeu. Une source du milieu nous a parlé lundi d’une annonce de la LNH d’ici 72 heures.

Gary Bettman et Bill Daly maintiennent qu’ils visent le 1er janvier comme date de début de la prochaine saison. Si tel est le cas, l’entente devra être conclue rapidement, afin que les camps d’entraînement s’ouvrent à temps.

On note par ailleurs une accalmie dans la circulation des nouvelles sur les négociations, depuis les échos peu encourageants de la semaine dernière. Or, les dernières années nous ont enseigné qu’en général, le principe de « pas de nouvelles, bonnes nouvelles » s’applique aux pourparlers entre les parties patronale et syndicale de la LNH.

Cela dit, tant qu’il n’y a pas d’annonce officielle, il est impossible d’établir quelque lien que ce soit entre la fin du prêt de Kotkaniemi et une reprise imminente des activités. Peut-être agit-on simplement pour gérer les risques, que ce soit de blessure ou de COVID-19, en forte hausse en Finlande. Dans les 14 derniers jours, on y a répertorié 3886 cas dans ce pays de 5,5 millions d’habitants.

En chiffres absolus, le nombre est peut-être bas en comparaison avec l’Amérique du Nord, mais c’est 1000 de plus que pendant la période précédente de deux semaines, selon l’Institut finlandais de la santé et du bien-être.

Quoi qu’il en soit, il est à souhaiter, pour le Tricolore, qu’il y ait bel et bien un déblocage en vue de la saison 2020-2021. Kotkaniemi a eu la chance de jouer cet automne, chance que n’a pas eue un autre jeune de son âge au sein de l’organisation, Alexander Romanov.

Ces 10 matchs joués donneront à Kotkaniemi une longueur d’avance en vue de la prochaine saison, puisque peu de joueurs établis de la LNH ont eu la chance de disputer des matchs cet automne. Cette longueur d’avance n’est pas négligeable, dans la mesure où les attentes à son endroit sont rehaussées en raison de sa bonne tenue en séries.

En bref : Les Panthers pigent dans la cour du CH

Les Panthers de la Floride ont annoncé lundi matin l’embauche de Shane Churla comme directeur du recrutement amateur. Churla détenait le même titre avec le Canadien, mais il était sous Trevor Timmins, adjoint au directeur général et grand responsable du repêchage. Le poste que Churla occupera en Floride est donc « l’équivalent du poste de Trevor au CH », a expliqué Paul Wilson, vice-président principal, affaires publiques et communications du Groupe CH. « Nous sommes déçus de le perdre, mais heureux pour lui, a ajouté M. Wilson. Marc [Bergevin] a toujours dit qu’il n’empêcherait jamais un de ses employés d’améliorer son sort au sein d’une autre organisation si l’occasion se présentait. » Churla, ancien homme fort qui a joué 488 matchs dans la LNH, travaillait pour le Tricolore depuis 2013. En Floride, il retrouvera un autre ancien de l’administration Bergevin, Rick Dudley, qui est conseiller sénior du nouveau directeur général Bill Zito.