Alex Galchenyuk n’aime pas regarder derrière lui. Et il est facile de comprendre.

Joshua Clipperton
La Presse Canadienne

Après avoir été échangé trois fois en 20 mois, le troisième choix au total du repêchage de la LNH en 2012 a signé plus tôt cette semaine un contrat d’une saison et 1,05 million US avec les Sénateurs d’Ottawa en tant que joueur autonome sans compensation. Il en sera à sa cinquième équipe depuis juin 2018.

« J’ai beaucoup de choses à prouver — à moi-même et à beaucoup de personnes, a dit Galchenyuk en visioconférence vendredi. Je suis plus affamé que jamais. »

L’odyssée de l’attaquant américain âgé de 26 ans a commencé quand le Canadien de Montréal l’a échangé aux Coyotes de l’Arizona en retour de Max Domi après la saison 2017-18. Galchenyuk, qui avait établi des sommets personnels avec 30 buts et 56 points en 2015-16, a connu une campagne honnête dans le désert de l’Arizona, avant d’être échangé aux Penguins de Pittsburgh contre Phil Kessel seulement 379 jours après son arrivée.

Son séjour avec les Penguins a été encore plus court. Il a disputé 45 matchs, puis a été expédié au Wild du Minnesota en février dans une transaction impliquant Jason Zucker.

« La dernière année a été très difficile, a admis Galchenyuk, qui a récolté un total de huit buts et 24 points en 59 rencontres, avant d’être blanchi en quatre sorties en séries. Vous avez parfois besoin d’une année comme celle-là pour vous regarder un peu dans le miroir et vraiment comprendre ce que vous voulez devenir et accomplir.

« Je pense que c’était le moment pour moi de comprendre ça. »

Il a affirmé qu’il ne lui servait à rien de songer à ce qui a fonctionné ou non lors de ses huit premières saisons dans la LNH. Il se concentre plutôt sur son avenir.

« Je n’ai pas la tête à ça, a dit Galchenyuk. Je me concentre sur ce que je peux faire pour avoir du succès avec les Sénateurs. »

Chez les Sénateurs, il croit avoir l’occasion de relancer sa carrière au sein d’une équipe en reconstruction vouée à un bel avenir.

« J’ai connu un certain succès tôt dans ma carrière, puis les choses ont commencé à aller dans l’autre direction, a noté Galchenyuk. Je ne veux pas retrouver mon niveau d’antan, je veux jouer encore mieux. Je sais que j’en suis capable. »

Galchenyuk s’entraîne dans la région de Phoenix depuis l’élimination du Wild en ronde de qualification cet été.

« Je recherche la vérité, a dit Galchenyuk, qui a affirmé qu’il voulait améliorer son coup de patin et sa constance. Je sais quel genre de joueur je suis et le genre de joueur que je veux devenir. »

Malgré son relativement jeune âge, Galchenyuk sera l’un des nouveaux vétérans chez les Sénateurs cette saison, en compagnie du gardien Matt Murray, des attaquants Evgenii Dadonov et Austin Watson, ainsi que les défenseurs Erik Gudbrandson et Josh Brown.

« J’ai de l’expérience, j’ai joué dans des matchs importants, a souligné Galchenyuk, qui compte 135 buts et 320 points en 549 matchs de saison régulière dans la LNH. Je comprends l’importance des vétérans dans une équipe et du leadership, surtout après avoir vu comment ça fonctionne chez les Penguins.

« C’était inspirant, encourageant et c’est quelque chose que je veux amener avec moi. »

Comme plusieurs joueurs de la classe moyenne de la LNH, Galchenyuk a dû accepter une réduction importante de salaire en vertu des conséquences économiques de la pandémie de la COVID-19. Il a touché 4,9 millions lors de chacune des trois dernières saisons, mais il a insisté pour dire que l’argent était un facteur moins important cette fois-ci. Il voulait simplement obtenir une occasion de relancer sa carrière.

« Vous patinez, vous vous entraînez… vous voulez seulement savoir pour quelle équipe vous allez jouer, a dit Galchenyuk. C’était ce qui était le plus important pour moi — de régler ce dossier et d’enlever un poids sur mes épaules.

« Je suis maintenant de retour au travail. »