Wayne Gretzky limite ses sorties publiques. Quand il en fait, c’est généralement pour des occasions spéciales.

Guillaume Lefrançois Guillaume Lefrançois
La Presse

Mercredi, il y avait une occasion spéciale : rendre hommage à son ami Joey Moss, le préposé au vestiaire des Oilers, atteint de trisomie 21, qui s’est éteint lundi, à l’âge de 57 ans.

C’est Gretzky lui-même qui a ouvert la porte à Joey Moss dans l’organisation des Oilers. La Merveille fréquentait alors la sœur de Joey Moss.

« La sœur de mon père avait ce qu’on appelait alors le syndrome de Down. Quand j’ai rencontré Joey, j’étais à l’aise avec sa condition, car c’était une réalité que je connaissais », a raconté Gretzky, dans une visioconférence organisée par les Oilers.

Il a donc suggéré au directeur général de l’époque, Glen Sather, d’embaucher Joey Moss.

« Il travaillait dans un Bottle Depot [un centre de recyclage]. Je trouvais que ça n’avait pas d’allure qu’un jeune homme handicapé de 18 ans prenne l’autobus à -40˚C pour aller travailler. Je me disais : il doit y avoir quelque chose que je peux faire, qu’on peut faire comme société pour rendre sa vie plus facile, plus simple. C’est là que j’ai été voir Glen et il était d’accord dès le début. Il l’a accueilli à bras ouverts.

« Ça n’aurait pas fonctionné s’il n’avait pas cadré avec le groupe. Mais dès le jour 1, il a compris que Lyle [Kulchisky, préposé à l’équipement] était le patron. Et Lyle le disait souvent : Joey a fait de lui une meilleure personne. »

Il nous rendait tous meilleurs. Il était à son aise, connaissait ses responsabilités et était profondément heureux de venir travailler tous les jours. Il a été bon pour nous et on a été bons pour lui.

Wayne Gretzky

Ce fut le début d’une aventure qui a duré jusqu’à la mort. Même quand Gretzky a été échangé à Los Angeles, en 1988, il ne s’est jamais inquiété pour Joey Moss.

« Ils m’ont échangé, mais pas Joey. Joey était un Oiler pour la vie !, a lancé le 99. Paul Coffey, Kevin Lowe, Mark Messier et moi, on riait souvent, on se disait : on va être à la retraite, on ne sera plus là depuis longtemps, et Joey va encore travailler dans le vestiaire des Oilers.

« Comme tout parent, l’inquiétude de sa mère était de savoir qui allait s’occuper de Joey après sa mort. Je savais que les Oilers s’occuperaient de lui, parce que c’est ce que les Oilers font et c’est ce que la ville d’Edmonton fait : prendre soin des autres. »

Gretzky s’est notamment fait demander comment l’équipe ou la ville pourraient rendre hommage à Joey Moss.

« Peut-être en demandant aux gens d’Edmonton. Veulent-ils une statue, une bannière ? Peu importe ce qui sera choisi, on se souviendra longtemps de lui. Nous, on a rendu les gens heureux en gagnant des championnats. Joey, lui donnait de l’espoir à des parents pour les enfants, même à des gens qui n’étaient pas des amateurs de hockey. Joey a montré qu’une personne avec un handicap peut faire partie de la société. »