Bien que les dirigeants de la Ligue de hockey junior majeur du Québec (LHJMQ) aient fait un geste pour sanctionner davantage les bagarres avant le début de la saison 2020-2021, ce n’est pas suffisant, juge Enrico Ciccone. Et l’ex-hockeyeur l’a manifesté sans détour mercredi.

Michel Lamarche
La Presse Canadienne

Aujourd’hui député libéral de la circonscription de Marquette, Ciccone a déposé un projet de loi visant à interdire les bagarres dans les activités sportives auxquelles participent des personnes de moins de 18 ans.

Le projet de loi 692, qui vise à modifier la Loi sur la sécurité dans les sports, ne compte que trois articles. S’il a été rédigé pour couvrir les activités sportives en général, il cible tout particulièrement la LHJMQ et exclut les sports de combat.

« Quand on dépose un projet de loi, on veut qu’il vive dans le temps. On ne veut pas être obligé de toujours en redéposer un et de se rendre compte qu’on avait oublié quelque chose, qu’on avait oublié un détail. On ne sait pas ce qui peut arriver dans cinq ans, dix ans, dans n’importe quel sport qui peut être développé. Mais si vous me demandez ça vise qui en ce moment, ça vise le hockey junior majeur du Québec. C’est clair, et je ne m’en cacherai pas », a reconnu Ciccone en entrevue avec La Presse Canadienne.

Si le projet de loi est adopté, il mènerait à l’expulsion d’un participant qui enfreindrait l’interdiction de se battre pendant une activité sportive à laquelle participe un athlète d’âge mineur.

En d’autres termes, pour garder ses joueurs d’âge mineur, une ligue sportive au Québec devrait faire en sorte d’éliminer les bagarres.

Tu as une ligue au Québec, si tu veux avoir la présence des joueurs mineurs, en bas de 18 ans, tu dois abolir les bagarres.

Enrico Ciccone

Les règlements de sécurité d’une fédération d’organismes sportifs ou d’un organisme sportif non affilié à une fédération doivent prévoir les sanctions applicables en cas de récidive, précise le projet de loi.

À la veille du lancement de son calendrier, la LHJMQ avait adopté un amendement à son règlement sur les bagarres en imposant une pénalité additionnelle de 10 minutes à la sanction habituelle de 5 minutes.

La LHJMQ l’a rappelé dans un courriel acheminé à La Presse Canadienne mercredi après-midi, en guise de réaction à l’initiative de Ciccone.

« Nous avons pris connaissance du projet de loi déposé par le député Enrico Ciccone. De notre côté, nous venons de faire un pas dans la bonne direction, il y a quelques semaines, avec le resserrement de nos sanctions. Comme nous l’avons annoncé, nous allons continuer de travailler de concert avec les équipes et le cabinet de la ministre [Isabelle] Charest pour offrir un milieu encore plus sécuritaire pour nos joueurs-étudiants. »

« Absolument inacceptable »

Ancien dur à cuire qui mène maintenant un combat contre la violence dans les sports, et particulièrement le hockey, Ciccone considère que les propriétaires de la LHJMQ ne vont pas assez loin dans leurs décisions sur les bagarres dans la ligue.

« L’augmentation du temps de pénalité à la suite d’une bagarre, ce n’est plus assez. Ça prend un geste concret, une position ferme, c’est-à-dire l’interdiction complète », a souligné Ciccone dans le communiqué visant à annoncer le projet de loi.

« On continue de laisser nos jeunes de 15, 16 et 17 ans se tapocher quand on connaît l’impact des commotions cérébrales sur la santé. C’est absolument inacceptable. Si les organisations sportives n’ont pas la volonté nécessaire pour protéger nos jeunes afin d’envoyer un message clair et sans équivoque en interdisant complètement les bagarres, c’est à nous, comme législateurs, de nous assurer d’aller le plus loin possible pour les protéger », a ajouté Ciccone.

Insistant sur le fait que le projet de loi ne se limite pas à la sphère sportive, mais touche aussi à la santé et à la jeunesse du Québec, Ciccone considère qu’il devrait être déposé le plus rapidement possible, malgré le contexte entourant la pandémie de COVID-19.

« Il n’y a pas un timing pour la sécurité de nos enfants », a lancé Ciccone lors d’un point de presse tenu en fin de matinée.

« C’est important de commencer, déjà, le travail pour abolir les fameuses bagarres à poings nus. Au Québec, la Régie des alcools, des courses et des jeux ne donnerait jamais, jamais un permis à un évènement où des adultes se battent à poings nus, et on le laisse encore faire aujourd’hui en 2020 dans nos ligues avec des mineurs de 15, 16 et 17 ans. C’est inacceptable. Il n’y a pas de temps parfait pour déposer un projet de loi. Il fallait le déposer le plus rapidement possible pour laisser justement le temps à la ministre [Isabelle Charest, ministre déléguée à l’Éducation] et au gouvernement d’en prendre note. »

Ciccone a évolué au hockey junior et professionnel pendant une douzaine d’années à compter de 1987 avec les Cataractes de Shawinigan, dans la LHJMQ, où il a fait ses débuts à l’âge de 17 ans.

Reconnu pour ses talents pugilistiques davantage que pour sa capacité à marquer des buts, Ciccone a joué pendant trois saisons dans la LHJMQ, où il a accumulé 840 minutes de pénalité en 159 matchs. De 1992 à 2000, il a porté l’uniforme de sept équipes dans la LNH, dont le Canadien de Montréal, et amassé 1469 minutes de pénalité en 374 parties.