Josh Anderson tient à rassurer les partisans montréalais : non, sa blessure à l’épaule n’est plus un problème et, oui, il est en parfaite santé.

Richard Labbé Richard Labbé
La Presse

Le nouvel attaquant du Canadien a voulu apporter cette précision lors d’une conférence téléphonique vendredi après-midi, trois jours après avoir été acquis des Blue Jackets de Columbus en retour d’un autre attaquant, Max Domi.

En gros, jure-t-il, tout va très bien.

Je vais être parfaitement limpide : je suis remis à 100 % de ma blessure à l’épaule. Je me sens très bien et je suis déjà prêt à reprendre le collier.

Josh Anderson

Les inquiétudes par rapport à l’état de santé du joueur de 26 ans surviennent alors qu’il revient d’une modeste saison d’un but et trois passes en 26 rencontres, et qu’il a été opéré à l’épaule gauche cet hiver. Il avait été blessé lors d’un match en décembre contre les Sénateurs d’Ottawa et n’a pas été en mesure de revenir par la suite.

« J’ai été blessé à deux reprises la saison dernière, a-t-il expliqué. La première fois, en début de saison, j’ai décidé de revenir au jeu malgré tout, et avec le recul, je vois que ça n’a pas été la meilleure des décisions. Je suis revenu trop vite et ce n’était pas une bonne idée à long terme.

« Mais je suis maintenant en pleine santé, ce qui est bien parce que c’est le but. Je sais très bien ce que je suis capable d’apporter à ma nouvelle équipe. Je ne vais pas être un joueur moins robuste parce que je reviens d’une blessure à l’épaule. »

Anderson aurait accepté un contrat moins long

C’est probablement en raison de cette blessure que l’offre du Canadien, évidemment acceptée par Anderson, a jeté quelques observateurs en bas de leur chaise : un tout nouveau contrat de sept ans, pour une moyenne de 5,5 millions de dollars américains par saison.

Ce qui est encore plus étonnant, c’est qu’Anderson lui-même a admis qu’il était prêt à se contenter de moins. De beaucoup moins.

J’aurais été prêt à accepter un contrat d’une seule saison et à miser sur moi-même. Mais la direction du Canadien a cru en moi.

Josh Anderson

Et pourquoi, exactement, la direction a-t-elle eu l’idée de proposer un tel contrat ? Selon Marc Bergevin, les joueurs comme Josh Anderson ne poussent pas dans les arbres, et il fallait essayer de le mettre sous contrat à long terme, et aussi au plus vite.

On aime le joueur, on aime ce qu’il nous apporte. On a beaucoup donné parce qu’on voulait s’assurer de le garder avec nous. Je suis convaincu que plusieurs équipes étaient intéressées à lui.

Marc Bergevin, en conférence vidéo vendredi après-midi

Pour l’heure, le jeune homme n’a discuté que très brièvement avec ses nouveaux patrons, et on aura tous compris qu’il est encore bien tôt pour ce genre de choses, mais Marc Bergevin a tenu à dire qu’il allait être employé de toutes les manières possibles. « Il ne jouera pas sur un quatrième trio ! a dit le DG. Il peut jouer avec l’avantage numérique, il peut jouer en désavantage numérique. Il est gros, et même s’il ne marque pas, sa seule présence va lui permettre de participer aux succès de l’équipe. »

Car c’est bien de ce dont il s’agit ici : le succès, potentiel, mais très possible, entre ce nouveau joueur et sa nouvelle équipe.

Ainsi, la direction du Canadien voit en lui le joueur de naguère, celui qui a déjà réussi une saison de 27 buts et 20 passes en 2018-2019, celui qui est très bien capable de refaire tout ça, et même plus. Anderson, lui, voit en ce Canadien un nouveau Canadien, qui est capable de retrouver le chemin du succès d’antan. « Cette équipe s’en va dans la bonne direction, et je voulais en faire partie », a-t-il ajouté.

Le mariage, pour le moment en tout cas, ressemble à quelque chose de très harmonieux.