Blake Coleman et le Lightning de Tampa Bay savent très bien qu’ils ne peuvent se permettre un autre début de match lent s’ils souhaitent éviter de se retrouver en mauvaise posture en finale de la Coupe Stanley face aux Stars de Dallas.

John Wawrow
Associated Press

Le Lightning a représenté la meilleure attaque de la LNH pour la troisième saison de suite l'hiver dernier, mais il semble maintenant avoir des ennuis à générer une étincelle en début de match. Le Lightning n’a pas mené en temps réglementaire à ses trois dernières rencontres et a accordé le premier but lors de ses six derniers matchs.

« Vous ne voulez pas vous retrouver aussi souvent en retard au pointage », a dit Coleman, dimanche, au lendemain d’un revers de 4-1 face aux Stars dans le premier match.

« Vous ne pouvez pas dormir comme ça en première période. Je pense que nous étions un peu tendus et notre exécution n’était pas à point, a-t-il ajouté. Nous voulons bien sûr connaître de meilleurs débuts de match. »

Le Lightning devra vite apporter les ajustements nécessaires. Le deuxième match sera présenté lundi, et le troisième match suivra mercredi.

La fatigue pourrait être un facteur dans la finale. Le Lightning, qui disputait un septième match en 13 jours samedi, était de retour en action après avoir achevé les Islanders de New York en finale de l’Est, jeudi.

Le Lightning ne semblait pas prêt pour le jeu physique et l’échec avant des Stars, qui avaient bénéficié de quatre jours de repos. Les Stars en ont profité pour prendre les devants 3-1 lors des deux premières périodes, avant de préserver l’avance lors du dernier tiers malgré un barrage de 22 tirs du Lightning, contre deux pour les Stars.

Anton Khudobin a repoussé 35 lancers au cours du match pour les Stars, continuant sur sa lancée après avoir pris la relève de Ben Bishop, blessé.

« Nous savions ce qui nous attendait. Nous nous sommes simplement tirés dans le pied, a dit le défenseur du Lightning Ryan McDonagh. Il faut leur donner crédit. Ils ont su imposer leur jeu. »

Steven Stamkos ?

Le Lightning espère voir son capitaine Steven Stamkos faire ses débuts en séries d’ici la fin de la finale, plus de six mois après une opération pour réparer un muscle du tronc. Stamkos s’entraîne avec ses coéquipiers.

L’entraîneur-chef du Lightning, Jon Cooper, s’est contenté de dire que Stamkos « se rapproche d’un retour », sans préciser s’il serait disponible pour le deuxième match.

PHOTO OLIVIER JEAN, ARCHIVES LA PRESSE

Le Lightning espère le retour de son capitaine Steven Stamkos lors de la finale.

Du côté des Stars, l’entraîneur-chef par intérim Rick Bowness a reconnu l’importance de Stamkos pour le Lightning.

« Il est un excellent joueur qui changerait immédiatement leur avantage numérique, a noté Bowness. Nous nous attendons à ce qu’il joue éventuellement dans la série. »

Le Lightning pourrait bénéficier d’un coup de main en avantage numérique, qui est 0 en 14 à ses quatre derniers matchs.

Les Stars, qui ont bloqué 26 tirs et effectué 50 mises en échec lors du premier match, sont reconnus pour leur habileté à déranger l’adversaire.

« Vous pouviez voir la frustration dans leur camp, a dit l’attaquant des Stars Jason Dickinson. Ils baissaient les épaules, donnaient des coups de bâton, fermaient la porte violemment.

Est-ce que c’est notre objectif de les frustrer ? Non. Notre objectif est de les empêcher de créer des chances de marquer, et les frustrer est une conséquence de nos efforts sur ce plan.

Jason Dickinson, des Stars de Dallas

Le Lightning espère continuer à trouver le moyen de vite rebondir après une défaite. Il n’a toujours pas perdu deux matchs suite depuis le début des séries.

« Nous avons souvent été notre pire ennemi lors de nos défaites, a souligné Cooper. Nous avons commis des erreurs et l’adversaire en a profité. C’est ce qui arrive quand vous jouez dans la meilleure ligue au monde. Nous analysons ce qui s’est produit, puis nous tournons la page. Le groupe est concentré. Je m’attends à une meilleure performance [lundi]. »