L’arrivée de Joel Edmundson ne signifie pas la fin pour Brett Kulak ou Victor Mete à Montréal. Le directeur général du Canadien Marc Bergevin l’a confirmé au bout du fil à La Presse mardi après-midi. Bergevin a fait le calcul au téléphone.

Mathias Brunet Mathias Brunet
La Presse

« Si on signe [Joel] Edmundson et on ajoute [Alexander] Romanov, ça nous fait cinq défenseurs, il nous en faut sept et on a Kulak et Mete. Je ne sais pas qui peut me dire qu’on a trop de défenseurs. Tu ne passes jamais une saison avec tous tes défenseurs en santé. »

Parmi les jeunes, seul Noah Juulsen a besoin d’être soumis au ballottage s’il est renvoyé dans la Ligue américaine. « Juulsen a besoin de jouer au hockey. Il n’a pas joué depuis un an et demi. Il y a tellement d’incertitude dans son cas. Il pourrait recommencer à jouer et avoir mal à la tête. On ne peut pas vraiment le compter. Et on peut envoyer Fleury à Laval facilement. On n’est pas dans une situation où on doit échanger un défenseur. »

Le magasinage pour un défenseur supplémentaire semble aussi terminé, à moins que Joel Edmundson ne surprenne en refusant l’offre du Canadien. « On n’a pas besoin d’en ajouter un non plus », confirme Bergevin.

PHOTO NATHAN DENETTE, ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE

Joel Edmundson (6) renverse David Pastrnak (88).

Le directeur général ne dirait pas non à un attaquant costaud capable de marquer des buts, mais il ne se fait pas d’illusions. « Ça ne pousse pas aux arbres et les équipes qui les ont les gardent. »

Ceux qui sont sur le marché des transactions ne l’enchantent pas nécessairement. Et les conversations se terminent toujours abruptement lorsque ses homologues s’enquièrent de la disponibilité de Nick Suzuki, Jesperi Kotkaniemi ou Alexander Romanov.

NCAA

Dans un autre ordre d’idées, Bergevin a suivi de près le dossier de la NCAA, qui a repoussé sa saison. Plusieurs espoirs du Canadien s’y trouvent, parmi lesquels Cole Caufield, Jordan Harris et Jayden Struble. Caufield a même déclaré récemment dans une entrevue d’Arpon Basu, du site theathletic.com, qu'il espérait signer un contrat avec le Canadien dans les prochains mois. Ça n’arrivera pas.

« S’il y a du hockey en décembre ou en janvier, lui faire signer un contrat maintenant et le faire attendre à rien faire, ça ne nous avance à rien, répond Bergevin. L’important, pour nous, c’est qu’il puisse jouer entre septembre et novembre. L’idéal serait qu’il passe l’année en Europe. C’est celui dont le profil pourrait intéresser le plus les clubs européens. »

Harris et Struble devront probablement être patients.

« Il n’y a pas beaucoup d’options. Jordan Harris n’est pas un pro. Les équipes européennes ne sont pas intéressées à ce type de joueur. L’autre option, c’est les rangs juniors. Mais ces petits gars-là veulent rester à l’école. On est à la merci de leurs décisions.

« La majorité va rester dans la NCAA. C’est important que nos jeunes jouent au hockey cette année. Ils ne peuvent pas passer quatre ou cinq mois sans jouer. »

Bergevin a aussi confié avoir prêté l’espoir Jesse Ylonen à un club finlandais, les Pelicans de Lahti. « Ça n’a pas été annoncé. Ylonen et Otto Leskinen pourront cependant revenir à temps pour notre camp d’entraînement, car ils ont une clause échappatoire, contrairement aux Suédois. »