(Edmonton) Peter DeBoer n’avait pas préparé de discours à l’intention de ses joueurs des Golden Knights de Vegas en cas de défaite lors du cinquième match de la finale de l’Association Ouest. La raison en est simple : il n’envisageait pas la défaite.

Stephen Whyno
Associated Press

Après une déconfiture amère, où ils ont gaspillé une avance de deux buts et accordé un but en avantage numérique en prolongation, DeBoer et les Golden Knights ont dû se poser la question suivante : comment cela a-t-il pu arriver ?

PHOTO HUGO-SÉBASTIEN AUBERT, ARCHIVES LA PRESSE

L’entraîneur des Golden Knights Peter DeBoer.

Les Knights ont contrôlé le jeu pendant la majeure partie de la série, ont dominé les Stars de Dallas 166-118 dans les tirs au but et ont semblé la meilleure équipe. Mais ils ont perdu en cinq matchs pour plier bagage des séries éliminatoires.

« Même les matchs que nous avons perdus ici dans la bulle, j’ai le sentiment que nous pouvions les gagner. Nous aurions pu les gagner, a dit DeBoer. La marge est très mince. Nous n’avons tout simplement pas pu marquer le but opportun pour être les vainqueurs. »

Les Golden Knights ont marqué un but de moins que Dallas, mais ce sont les Stars qui accèdent à la finale de la coupe Stanley. De l’avis général, les Golden Knights devraient probablement mener la série en cours, mais c’est ça le hockey.

« C’était une série serrée, a reconnu l’attaquant Reilly Smith. Je pense que nous les avons probablement surclassés 90 % du temps, mais ils ont marqué des buts aux moments opportuns. »

Pas de coupable

Il est même difficile de trouver un bouc émissaire, ce qui n’est généralement pas le cas lorsqu’une équipe perd une série 4-1. Zach Whitecloud a expédié la rondelle par-dessus la baie vitrée et écopé d’une pénalité pour avoir retardé le match, ce qui a pavé la voie au but de Denis Gurianov en prolongation. Mais ses coéquipiers sont d’avis que le jeune défenseur n’est pas responsable de l’issue du cinquième match. Il a plutôt aidé l’équipe à se rendre aussi loin.

Le gardien Robin Lehner n’a pas non plus été le problème, bien qu’il ait avoué : « On veut réussir l’arrêt » sur les buts égalisateur et victorieux des Stars. Et comme DeBoer a fait de lui son gardien partant aux dépens de Marc-André Fleury, les Golden Knights sont confrontés à une grande question pour la suite : décideront-ils de faire confiance à Lehner en lui offrant un nouveau contrat ?

Ce sont des questions qui trouveront réponse lors des semaines à venir. Les deux derniers mois ont été ponctués de victoires pour les Golden Knights avant ce malheureux dénouement.

L’équipe de Vegas a remporté 10 de ses 12 premiers matchs éliminatoires. Smith en a parlé comme de « probablement la meilleure équipe, la plus talentueuse » avec laquelle j’ai joué, et pendant près de la moitié des séries éliminatoires, c’était vraiment le cas.

Puis, le gardien des Canucks de Vancouver Jacob Markstrom s’est blessé, et la recrue Thatcher Demko a été envoyé dans la mêlée, repoussant 123 des 125 tirs. Les Golden Knights se sont tirés d’affaire en remportant le 7e match, mais les doutes se sont installés.

« Il ne fait aucun doute que les deux derniers matchs de la série contre Vancouver et Demko ont probablement ébranlé un peu notre confiance », a reconnu DeBoer.

Ensuite, le gardien Anton Khudobin des Stars a fait encore meilleure impression que Demko et ses coéquipiers ont obligé les Golden Knights à prendre des tirs — beaucoup de tirs — de la périphérie. L’entraîneur de Stars, Rick Bowess, a déclaré : « Nous leur donnerons ça », tout en concédant que ce n’était pas vraiment une série explosive.

« Vegas a fait de l’excellent boulot, a noté Bowness. Cette équipe a connu une très bonne saison, et c’est une excellente concession. Ils ont bataillé davantage que l’indique le résultat de la série (4-1). Alors félicitations à eux. »

Des leçons à tirer

C’est une bien faible consolation pour Vegas, un prétendant légitime au titre pour la troisième saison consécutive. L’organisation n’existe que depuis trois saisons, mais elle est déjà passée rapidement d’équipe coqueluche de l’expansion à puissance de la LNH.

DeBoer, qui a pris la relève lorsque Gerard Gallant a été congédié en janvier, n’a pas réussi à mener une troisième équipe différente en finale. Il soutient que les Golden Knights sont « dans cette fenêtre » pour gagner dans les années à venir, s’ils peuvent apprendre ce qu’une défaite crève-cœur comme celle-ci enseigne aux joueurs et aux entraîneurs.

« Nous devons tirer des leçons sur ce qui fonctionne et comment marquer des buts en séries éliminatoires, a dit DeBoer. Une autre leçon pour nos gars à cette période de l’année : il faut savoir surmonter l’adversité, persévérer, trouver une façon de se sortir d’une léthargie, retrouver sa confiance plus rapidement.

« Et il en va de même pour un entraîneur. Que puis-je faire différemment ? Il y a des choses que je suis sûr que j’aurais pu faire différemment et que je dois examiner. »