(Chicago) Les Blackhawks de Chicago ont refusé mercredi de changer de nom comme d’autres équipes de sport montrées du doigt par des Amérindiens. Mais ils ont interdit à leurs partisans de porter des coiffes traditionnelles lors des matchs.

Agence France-Presse

« Les coiffes seront interdites pour les partisans […] lorsque les matchs des Blackhawks reprendront », écrit le club dans un communiqué.

Ces symboles sont sacrés, traditionnellement réservés aux chefs qui ont gagné un grand respect au sein de leurs tribus et ne devraient pas être généralisés ou utilisés comme un déguisement ou un habit du quotidien.

Communiqué des Blackhawks

Les Blackhawks, trois fois champions de la Coupe Stanley lors de la dernière décennie (2010, 2013, 2015) ont pour emblème un chef amérindien du XIXe siècle né dans la région de Chicago, dont le nom est également utilisé comme surnom depuis la fondation du club en 1926.

En pleine vague antiraciste aux États-Unis, plusieurs équipes sportives au nom évoquant les peuples autochtones (Indians, Chiefs, Redskins…) ont été mises sous pression pour changer leur nom, parfois jugé raciste par des organisations amérindiennes.

Au Canada, les Eskimos d’Edmonton, de la LCF, ont annoncé récemment qu’ils changeaient de nom. L’équipe s’identifiera simplement comme « Équipe de football d’Edmonton » en attendant le choix d’un nouveau nom.

L’équipe canadienne a emboîté le pas aux Redskins de Washington qui, à la mi-juillet, sous forte pression de ses commanditaires, a changé de nom, critiqué depuis de nombreuses années en raison de sa connotation raciste, se renommant provisoirement « Washington Football Team ».

Les Blackhawks ont également précisé qu’ils comptaient mettre en place et soutenir différentes initiatives pour mettre en valeur la culture amérindienne et souligner sa contribution à la société.