L’entraîneur-chef des Penguins de Pittsburgh, Mike Sullivan, a indiqué qu’il attendra à mardi avant de prendre une décision quant à la participation de son joueur étoile Sidney Crosby au match préparatoire contre les Flyers de Philadelphie.

Alexandre Geoffrion-McInnis
La Presse canadienne

Le cas de Crosby a suscité sa part de questionnements ces dernières semaines, après qu’il se soit absenté du camp des Penguins pendant six jours. Les médias de Pittsburgh ont cru à une blessure, et non pas la COVID-19, mais le capitaine des Penguins était de retour à l’entraînement vendredi.

Le no 87 des Penguins a ensuite pris part à une partie du match simulé de samedi, avant de s’entraîner avec ses coéquipiers pour la première fois à Toronto lundi. C’est du moins ce qu’ont avancé les Penguins, puisqu’aucun membre des médias n’avait accès à leur séance d’entraînement.

PHOTO D’ARCHIVES CHARLES LECLAIRE, USA TODAY SPORTS

L’ailier gauche du Canadien Tomas Tatar (90) et le centre Phillip Danault (24) disputent la rondelle au défenseur des Penguins Kris Letang (58) aet à Sidney Crosby (87) durant un match à Pittsburgh le 14 février 2020. Les Penguins ont gagné 4-1.

« Il (Crosby) a participé à la séance d’entraînement sans aucune restriction, et ça s’est très bien déroulé, a assuré Sullivan en visioconférence lundi. L’intensité était là, et l’attention aux détails également. Je crois que les gars ont hâte de jouer un match, de franchir une autre étape. Ils savent que nous approchons d’un véritable retour à la compétition. »

Il était temps que les Penguins passent à une autre étape, puisqu’il y a eu des frictions entre eux ces derniers jours sur la patinoire. L’attaquant Brandon Tanev s’est notamment retrouvé dans une petite escarmouche avec son coéquipier Jared McCann lors du dernier match intraéquipe des siens.

« Nous sommes des joueurs de hockey, simplement. Nous sommes des amis et des coéquipiers. Nous nous sommes fait l’accolade et avons discuté dès que le jeu s’est arrêté », s’est-il défendu.

Tanev et ses coéquipiers pourront évacuer leur agressivité sur leurs adversaires dès mardi, 16 h, avant d’affronter le Canadien de Montréal dans une série de qualification au meilleur des cinq matchs.

« Ce sera notre première occasion d’affronter un véritable adversaire. Nos joueurs ont hâte, ils ne veulent plus s’affronter entre eux. Nous tentons de nous améliorer, d’améliorer notre jeu collectif, chaque jour, afin de connaître du succès lorsque ça comptera », a fait remarquer Sullivan.

« Ça va faire du bien d’enfin jouer un match !, a renchéri Tanev. Nous avons disputé plusieurs matchs intraéquipe pendant le camp, mais ce n’est pas la même chose quand tu affrontes des adversaires. Nous en avions besoin, et nous avons hâte de jouer un match. De plus, nous ne disposerons pas de beaucoup de temps pour peaufiner notre jeu avant d’affronter le Canadien, donc il faudra le faire rapidement. »

Tanev fait partie d’un trio complété par Zach Aston-Reese et Teddy Blueger qui a habituellement le mandat de museler le meilleur trio adverse. Lorsqu’un membre des médias leur a demandé s’ils étaient prêts à relever ce défi face au Tricolore, Aston-Reese n’a pu s’empêcher de lancer une boutade.

« Je ne suis pas certain de qui est sur leur premier trio », a-t-il dit, en référence aux commentaires de l’entraîneur-chef du Canadien Claude Julien qui avait déclaré samedi qu’il n’étiquetait pas ses trios.

« Mais nous travaillons avec les gars dans notre vestiaire afin de retrouver le niveau de jeu que nous avions avant la pandémie. Je crois que les entraîneurs et notre capitaine (Crosby) ont fait du bon travail pour nous permettre de retrouver notre style de jeu », a-t-il ajouté.

Et s’il faut se fier aux commentaires de Sullivan, leur travail semble très apprécié des Penguins.

« Ils forment un rouage important pour notre équipe. Ils sont constamment placés dans des situations difficiles, et répondent bien au défi (d’être confrontés aux meilleurs trios adverses). Ils comprennent leur rôle, et le jouent bien. Ils ont vraiment créé une belle chimie ensemble – je crois que c’est le seul trio qui n’a pas été démantelé au cours de la dernière saison – et ils contribuent grandement à nos succès », a résumé Sullivan.

Il reste maintenant à déterminer si les attaquants du Tricolore seront en mesure de résoudre l’énigme des Penguins. Une partie de la réponse viendra dès samedi.