Mine de rien, nous sommes déjà à mi-chemin du drôle de camp d’entraînement du Canadien, version COVID-19. Un camp entouré de mystère, étant donné la politique de confidentialité de la LNH à l’égard des absences. Que reste-t-il à régler concernant cette dernière semaine ?

Guillaume Lefrançois Guillaume Lefrançois
La Presse

1. Que fera Max Domi ?

Le 12 juillet, le Canadien a annoncé qu’il accordait à Domi une période de 7 à 10 jours afin de déterminer s’il participerait à la reprise des activités. Tenons pour acquis, même si ça n’a pas été précisé, que le calendrier grégorien est utilisé pour le calcul. L’échéance de 7 à 10 jours a commencé dimanche et prendra fin mercredi. Selon ce qu’on raconte, Domi souhaitait s’assurer que les risques reliés à la COVID-19 étaient maîtrisés. Jusqu’ici, en se basant sur le rapport des présences à l’entraînement, la situation semble relativement maîtrisée dans cette partie-là du Quartier DIX30.

2. L’équipe restera-t-elle en santé ?

Impossible de savoir s’il y a eu des joueurs infectés par le virus jusqu’ici chez le Tricolore. Le confrère Arpon Basu, d’Athlétique, a fait état de trois cas positifs en début de semaine dernière, dont deux qui étaient finalement de faux positifs. Seul Xavier Ouellet est « disparu » mystérieusement ; il s’est entraîné les 8 et 9 juillet lors de la deuxième phase et n’a pas été vu sur la glace depuis. L’autre absent, Brett Kulak, n’a tout simplement jamais été vu sur la patinoire à Brossard. Du reste, deux joueurs (Paul Byron et Josh Brook) ont raté une séance complète, mais sont revenus, tandis que Shea Weber a raté un entraînement d’équipe mardi, mais s’est pointé sur la patinoire à la toute fin.

PHOTO BERNARD BRAULT, ARCHIVES LA PRESSE

Brett Kulak

3. Le flanc gauche aura-t-il de l’aide ?

En attendant d’en savoir plus sur Kulak et Ouellet, le flanc gauche de la défense est plutôt dégarni. Les deux absents sont deux des six défenseurs gauchers invités au camp. Un autre, Alexander Romanov, n’aura pas le droit de jouer. Victor Mete s’entraîne avec quatre coéquipiers à l’écart du groupe, en compagnie du préparateur physique, depuis vendredi. Ça laisse donc Ben Chiarot et… Gustav Olofsson, qui n’a joué que 24 minutes dans la LNH cette saison (et qui a eu le temps d’afficher un rendement de - 4).

4. Quel effet domino ?

En attendant la décision de Domi, l’entraîneur-chef Claude Julien a continuellement employé les mêmes attaquants dans ses quatre trios principaux, quand il a eu tout son personnel à sa disposition. Dale Weise, Jake Evans et Jordan Weal semblent donc avoir une longueur d’avance pour le quatrième trio. En raison de son âge et de son contrat qui expire, Weise est le plus susceptible d’être exclu du top 12 à l’arrivée de Domi. Mais la vraie décision intéressante sera de découvrir qui de Jesperi Kotkaniemi ou Jake Evans sera muté à l’aile, à moins que le manque d’entraînement de Domi avec ses coéquipiers serve de prétexte pour le placer à l’aile d’entrée de jeu.

5. Qui jouera derrière Shea Weber et Jeff Petry ?

C’est peut-être la lutte la plus simple à suivre, puisque les effectifs sont stables du côté droit de la défense. Weber et Petry sont employés au sein des deux premiers duos, tandis que Christian Folin, Noah Juulsen et Cale Fleury se battent pour le troisième poste. Julien demeure prudent dans ses commentaires sur Juulsen, mais l’ancien choix de premier tour ne ressemble pas à un joueur qui a manqué de millage depuis deux ans.

6. Comment se préparer pour les Penguins ?

Julien a expliqué que, pour la première semaine du camp, son équipe se concentrerait sur son propre jeu, tandis que la deuxième semaine servirait à une préparation sur mesure pour les Penguins de Pittsburgh, adversaires du Canadien en ronde de qualification. La démarche sera toutefois particulière, puisque les Penguins ont un attaquant acquis peu avant la date limite des transactions au sein de chacun des trois premiers trios. Jason Zucker n’a donc disputé que 15 matchs avec sa nouvelle équipe, tandis que Conor Sheary et Patrick Marleau n’ont eu le temps d’en jouer que 8. Du lot, seul Zucker était du plus récent duel Montréal-Pittsburgh, le 14 février. Et il avait inscrit deux buts.

PHOTO CHARLES LECLAIRE, ARCHIVES USA TODAY SPORTS

Jason Zucker et Sidney Crosby

7. Que se passe-t-il avec Sidney Crosby ?

Pour ce dernier enjeu, il faudra tendre l’œil (c’est plus difficile que de tendre l’oreille, on en convient) vers Cranberry Township, où s’entraînent les Penguins. C’est que Sidney Crosby a quitté l’entraînement de samedi avant la fin et a raté la séance de dimanche. Selon le journaliste Rob Rossi, Crosby aurait senti un inconfort. Bref, tout laisse croire que c’est une blessure sportive, et non une crainte d’infection à la COVID-19. En son absence, c’est Evan Rodrigues (autre acquisition de février) qui a pris sa place au centre.