En 1971, le Canadien de Montréal a pu réclamer Guy Lafleur au premier rang du repêchage de la LNH grâce à une machination de Sam Pollock.

Le Droit

Voyant bien que le jeune québécois était en train de brûler la LHJMQ, le rusé directeur général du «CH» avait profité de la naïveté de son homologue des Golden Seals de la Californie pour lui soutirer son premier choix dans une transaction à première vue alléchante, mais nettement à l’avantage du Canadien.

> Lisez l'article complet sur le site internet du Droit