Puisque les Devils du New Jersey ont été écartés du plan de relance impliquant 24 équipes qui a été élaboré par la LNH, le joueur de centre Nico Hischier a choisi de se rendre utile cet été.

Tom Canavan
Associated Press

Le premier choix du repêchage de la LNH en 2017 a choisi de faire son service militaire obligatoire en Suisse — un séjour de 18 semaines dans les forces armées, suivi d’un autre séjour de trois semaines au cours des six ou sept années suivantes.

Hischier songeait à le faire pendant la saison, mais puisque les Devils ignoraient à quel moment ils pourraient effectuer leur retour au jeu à la suite de la pause imposée par la pandémie de coronavirus, c’était une occasion en or de le faire immédiatement.

« L’une des raisons pour lesquelles j’ai choisi de le faire, c’est pour rester en forme, a confié Hischier samedi lors d’une vidéoconférence Zoom. J’ignorais où aller parce que les salles d’entraînement étaient fermées et que je ne pouvais tout simplement pas m’entraîner à la maison. Je n’avais pas les bons outils à la maison pour y parvenir. Ç’a fonctionné pendant quelques semaines, mais j’avais l’impression que je devais bouger en attendant que nos activités reprennent. Puis, l’armée s’est présentée et elle s’est révélé une belle option, parce qu’à l’endroit où je travaille présentement, c’est un édifice formidable. Ils ont tout ce dont nous avons besoin. »

Hischier, qui est âgé de 21 ans, suit un programme spécial réservé aux athlètes, bien que les quatre premières semaines d’enseignement se sont déroulées à distance à cause du coronavirus. Il assiste maintenant à des cours en matinée afin d’apprendre les techniques médicales d’urgence, entre autres choses, et passe ses après-midis à s’entraîner avec d’autres athlètes — dont certains font partie de l’équipe suisse de hockey.

PHOTO ALESSANDRO DELLA VALLE, KEYSTONE VIA AP

Il ignore comment parader ou encore conduire un char d’assaut, et il ne se rend pas au champ de tir afin de peaufiner sa technique avec un fusil d’assaut. Ce sont des choses qui sont réservées aux soldats professionnels de l’armée suisse.

Hischier a évidemment obtenu son uniforme, et il doit respecter des règlements. Il travaille cinq jours par semaine, rentre à la maison, et revient la semaine suivante. Il n’a toujours pas de rang.

PHOTO ALESSANDRO DELLA VALLE, KEYSTONE VIA AP

« Nous n’avons pas encore touché aux choses relatives à l’armée », a évoqué Hischier, qui s’attend toutefois à ce que ça change d’ici la fin de son séjour vers la mi-août.

Hischier vient de connaître une saison décevante avec les Devils. Comme la plupart de ses coéquipiers, il a bien joué après un mauvais début de saison qui a mené au congédiement de l’entraîneur-chef John Hynes et du directeur général Ray Shero. Il a complété la campagne avec 14 buts et 22 mentions d’assistance en 58 matchs.

Les Devils ont présenté un dossier de 28-29-12, mais ont connu une séquence de 12-5-4 à leurs 21 derniers matchs sous l’égide de l’entraîneur-chef par intérim Alain Nasreddine.