L’étiquette du meilleur hockeyeur de 15 ans dans l’Est du Canada a ouvert une panoplie d’options pour Tristan Luneau.

JEAN-FRANÇOIS PLANTE
Le Droit

Avant de signer un contrat en bonne et due forme avec les Olympiques de Gatineau afin de devenir le premier joueur réclamé à la séance de sélection de la LHJMQ vendredi dernier, le défenseur de Victoriaville envisageait aussi une carrière avec les Badgers de l’Université du Wisconsin.

Pour son conseiller familial, Dominic Deblois, l’élément déclencheur dans la décision du défenseur des Estacades de Trois-Rivières aura été l’embauche de Louis Robitaille à titre d’entraîneur-chef et directeur général des Olympiques.

« L’arrivée de Louis a porté la réflexion à un autre niveau. Je le connais bien. Nous avons à peu près le même âge. Nous avons joué l’un contre l’autre. Je connais son niveau de passion et je savais qu’il allait apporter une structure chez les Olympiques. Pas juste dans le volet hockey, mais aussi dans le volet académique, si cher aux yeux de la famille Luneau. Martin Raymond s’occupe de ce volet. Il a longtemps été associé aux Redmen de McGill au niveau universitaire. C’est un homme que je respecte beaucoup », a expliqué Dominic Deblois.

Pour poursuivre la lecture de cet article, cliquez ici.