Sidney Crosby et Alexander Ovechkin ont croisé le fer plusieurs fois durant leurs carrières respectives.

Joshua Clipperton
La Presse canadienne

D’inoubliables duels lors des séries éliminatoires, des batailles pour les honneurs individuels, et des contrastes dans leur style de jeu et leur personnalité à l’extérieur de la patinoire ont fait d’eux la version yin et yang de la LNH depuis leur arrivée dans la ligue, en 2005.

Mais il y a un sujet, en ces temps d’incertitude, sur lequel les deux super-vedettes partagent la même opinion.

Lors de vidéoconférences distinctes jeudi, Crosby et Ovechkin ont tous deux déclaré qu’ils seraient d’accord avec la tenue immédiate des séries éliminatoires si la LNH est en mesure de relancer la saison 2019-2020, dans la foulée de la pandémie de la COVID-19.

« Vous voulez jouer le plus de matchs possible », a déclaré Crosby, le capitaine des Penguins de Pittsburgh. « Mais ça ne me dérangerait pas de recommencer directement avec les séries. »

Ovechkin et les Capitals trônaient au premier rang de la section Métropolitaine avec 90 points lorsque la saison a été placée en mode pause, le 12 mars, à cause du coronavirus. Les Penguins occupaient le troisième échelon, avec 86 points.

« C’est difficile, a répondu Ovechkin. Nous ne savons pas quand ce coronavirus va finir. Pour nous, c’est préférable si les éliminatoires commencent immédiatement, n’est-ce pas ? Nous ne voulons pas jouer des matchs additionnels. »

La LNH, comme la grande majorité des autres organisations sportives professionnelles, a suspendu sa saison il y a deux semaines en raison d’une éclosion dévastatrice qui a tué des milliers de personnes partout dans le monde, paralysé des économies et créé une ère de distanciation sociale et d’isolement volontaire.

En raison de recommandations des Centres pour le contrôle et la prévention des maladies des États-Unis (CDC) interdisant les rassemblements de plus de 50 personnes et plus, les activités de la LNH ne pourront pas reprendre avant la mi-mai.

Dans les faits, c’est impossible de savoir quand la ligue obtiendra le feu vert pour relancer sa saison — la situation devra avoir beaucoup changé dans la société à comparer à ce qui se passe actuellement —, mais une fois qu’elle pourra le faire, la reprise du calendrier risque de provoquer d’importantes discussions.

« Certains joueurs veulent (ces) matchs additionnels, a renchéri Ovechkin, le capitaine des Capitals. Plus nous jouons de matchs, mieux ce sera pour les amateurs et pour les équipes qui bataillent pour les séries (….) mais j’aimerais mieux commencer les séries éliminatoires immédiatement. Désolé, les gars. »

Saison valable

Chaque formation de la LNH avait joué au moins 68 parties lorsque la pause a été décrétée. Dans une entrevue accordée à La Presse canadienne la semaine dernière, le commissaire adjoint Bill Daly a fait savoir que ce nombre de matchs constitue, aux yeux de la ligue, « une saison valable ».

Il reste encore 189 rencontres à compléter, mais chaque équipe est dans une position légèrement différente.

« Pour une question d’intégrité, plus vous jouez de matchs, mieux c’est », a déclaré Crosby.

« C’est un élément très important. Je crois qu’il faut essayer d’inclure le plus grand nombre de matchs possible, selon le moment de l’année et ce à quoi ça ressemblerait. »

Sans surprise, Marc Staal, des Rangers de New York, qui se trouvaient à l’extérieur du portrait des séries éliminatoires, voyait les choses d’une autre façon.

« Il faut maintenir l’intégrité de ce que nous faisons », a mentionné le défenseur, qui participait à la même vidéoconférence que Crosby.

« Vous voulez inclure le plus grand nombre de matchs possible pour arriver à votre vrai tournoi, que ce soit en ajoutant quelques équipes de plus ou un match suicide. »

Claude Giroux, des Flyers de Philadelphie, pense qu’il serait bon de tenir quelques matchs avant les séries, surtout pour les formations qui bataillent pour leur position au classement.

Les Flyers se trouvent actuellement en deuxième place dans la section Métropolitaine, entre les Capitals et les Penguins.

« Vous voulez que ce soit équitable pour tout le monde. Je pense que tout le monde acceptera la solution la plus juste. »

Par ailleurs, une fin hâtive à la saison régulière aurait des répercussions peut-être un peu décevantes pour Ovechkin, qui occupe le premier rang au chapitre des buts marqués avec 48, à égalité avec David Pastrnak, des Bruins de Boston.

Auteur de huit saisons de 50 buts et autant de fois vainqueur du trophée Maurice-Richard, Ovechkin a encore besoin de 188 buts pour égaler les 894 filets de Wayne Gretzky en carrière.

Le fait de perdre 13 matchs pourrait faire toute la différence pour Ovechkin, lui qui a déjà raté une saison complète à cause d’un lock-out, en 2004-2005, et environ la moitié d’une autre en 2012-2013 pour les mêmes raisons.

« Bien sûr, vous voulez marquer 50 buts. Mais la chose la plus importante, c’est d’être en sécurité et d’en finir avec cette situation. C’est décevant de ne pas marquer 50 buts et de ne pas atteindre nos jalons, mais vous devez penser à votre famille, aux gens, aux amateurs. »