En cette Journée internationale de la Francophonie, La Presse se penche sur le phénomène des joueurs québécois de la LNH qui ont élevé leurs enfants aux États-Unis afin de documenter les défis auxquels ils ont été confrontés.

Guillaume Lefrançois Guillaume Lefrançois
La Presse

Plus tôt cette saison, à l’époque où il se jouait encore du hockey, la mêlée de presse prend fin. Les caméras s’éteignent, et la conversation prend une tournure informelle.

Le Québécois interviewé est dans la LNH depuis plusieurs années. Il parle de sa vie de famille, en tant que couple francophone qui élève ses enfants aux États-Unis. « Pour le français, il faut tout le temps qu’on se batte avec eux ! »

La conversation n’était pas sans rappeler celle que l’auteur de ces lignes avait eue avec un autre Québécois il y a quelques années, lui aussi en couple avec une Québécoise, lui aussi aux États-Unis. « T’es dans l’auto, les enfants sont assis en arrière et ils se parlent seulement en anglais. Tu leur dis : “en français.” Une fois, deux fois, trois fois. Ça continue en anglais. Tu finis par abandonner. »

On raconte ces anecdotes à Daniel Brière au bout du fil et il comprend très bien la situation. Depuis 1997, il a passé l’essentiel de sa vie aux États-Unis. Au cours de cette période, il a eu trois enfants, dont la mère est franco-ontarienne.

PHOTO GUILLAUME LEFRANÇOIS, ARCHIVES LA PRESSE

Carson Brière, fils de l’ancien joueur Daniel Brière

Aujourd’hui, ses trois fils « comprennent le français ». « Ils sont capables de le parler. C’est sûr qu’ils sont gênés, car ils savent qu’ils ont l’accent. Mais à la maison, on leur a toujours parlé français. » En octobre dernier, La Presse avait interviewé un de ses fils, Carson, qui étudie en Arizona. L’entrevue s’était déroulée entièrement en anglais, mais le jeune homme de 20 ans avait tout de même tenu de courtes conversations en français avant et après l’entretien.

C’est tellement plus facile pour eux de parler anglais. T’as la télé, l’école, les amis. L’avantage, c’est que leur mère parle français. Moi et elle, on se parlait en français à la maison. Les gars nous entendaient, ils l’ont appris. Mais entre eux, ils se parlaient anglais, c’était plus facile.

Daniel Brière

Des expériences différentes

Au cours des derniers mois, La Presse a croisé plusieurs de ces fils d’anciens joueurs québécois, qui ont vécu en partie ou en totalité aux États-Unis, et qui maîtrisent à des degrés bien différents cette langue belle aux couleurs de Provence.

Pour Carson Brière, l’expérience ressemblait à ceci. « Avec mes parents, ça parlait beaucoup français, confirme-t-il. Sean Couturier a habité chez nous, et avec lui, on parlait anglais. Mais sa blonde était 100 % francophone, donc quand elle venait, ça se passait en français. Lui et mon père se parlaient toujours en français. Ensuite, mon père s’est remarié avec une Américaine, donc on ne parlait plus français, sinon on l’aurait exclue des conversations. »

Toujours à l’Université Arizona State, Austin Lemieux n’a de français que le nom. L’entrevue avec le fils de Mario s’est aussi déroulée entièrement en anglais, mais même les formules de politesse en français étaient retournées en anglais. Pourtant, à la maison à Pittsburgh, ses parents parlaient français.

PHOTO FOURNIE PAR LES SUN DEVILS ATHLETICS D'ARIZONA STATE

Austin Lemieux, fils de Mario Lemieux, joue pour les Sun Devils Athletics de l'Université Arizona State.

« Quand on allait à Montréal, se remémore Austin Lemieux, on devait parler à nos grands-parents en français. Encore maintenant, on essaie de parler à nos oncles et cousins. Mais ils savent qu’on n’est pas très bons en français, et eux sont assez bons en anglais. Donc maintenant, je parle anglais avec eux. »

Brendan Lemieux (aucun lien avec Austin) ne parle pas français lui non plus. L’attaquant des Rangers de New York, fils de Claude Lemieux, ne l’a en fait jamais parlé, mais il n’a pas non plus grandi dans les conditions idéales pour l’apprendre, avec une mère américaine.

PHOTO ARCHIVES ASSOCIATED PRESS

Brendan Lemieux, fils de Claude Lemieux, des Rangers de New York

« Quand j’étais petit, mon père travaillait beaucoup, il a gagné deux années de suite la Coupe Stanley, donc il était longtemps parti et je passais la majorité de mon temps avec ma mère, a rappelé Brendan Lemieux. Elle m’a donc montré l’anglais, et mon père ne parlait pas français à la maison, car il travaillait sur son anglais. Ensuite, on a vécu dans le sud des États-Unis, et à l’école, je suivais des cours d’espagnol. À 13 ou 14 ans, j’ai voulu apprendre le français, mais il était trop tard, je jouais au hockey en Ontario, avec très peu de francophones autour de moi. »

Contextes plus favorables

Comme les Brière, les Perreault ont vécu dans un environnement plus favorable à la conservation de leur langue maternelle. D’abord, parce que Yanic Perreault a joué trois ans à Montréal (2001 à 2004) et est revenu vivre au Québec quand il a accroché ses patins en 2008.

La famille habite toutefois Chicago depuis six ans, puisque Yanic travaille pour les Blackhawks. Mais son fils Jacob nous a accordé une longue entrevue en français lors du passage de La Presse à Sarnia, où il joue son hockey junior. « Je sens que je le casse un peu, dit-il humblement, mais je ne suis pas en train de le perdre. On a toujours parlé français à la maison, on le fait encore et ça nous aide à le garder. »

« J’avais 10 ou 11 ans quand on a déménagé à Chicago, mais on revenait toujours à Magog l’été, poursuit Jacob Perreault. Au début, je ne parlais pas beaucoup anglais, donc ça m’a permis de l’apprendre. Quand j’ai été invité à des camps de Hockey Canada, ça m’a permis de me mêler autant avec les joueurs de la LHJMQ que ceux de l’OHL [la Ligue junior de l’Ontario] et de la Dub [la WHL, Ligue junior de l’Ouest]. »

PHOTO FOURNIE PAR LE STING DE SARNIA

Jacob Perreault

Pour Yanic Perreault, les étés dans les Cantons-de-l’Est ont encouragé ses enfants à conserver leur français. « Les amis au Québec, ça aide, reconnaît l’ancien centre du Canadien. À l’école, ils avaient le choix d’un cours de langue, et on les inscrivait en français plutôt qu’en espagnol. C’était surtout important pour nos plus jeunes, car ils ont habité moins longtemps au Québec. »

En fait, comme le souligne Philip Comeau, professeur au département de linguistique de l’UQAM, un enfant doit utiliser une langue dans plusieurs contextes différents afin de la conserver.

« Une fois à l’école, les enfants vont beaucoup plus s’appuyer sur leurs pairs pour leur réseau linguistique, explique le professeur Comeau. Si leur seule source de français est les parents, ils le parleront seulement au foyer et n’auront pas beaucoup de contextes différents. »

Prenez donc les plus fervents défenseurs de la langue – disons Gilles Vigneault et Guylaine Tremblay. Et s’ils élevaient un enfant aux États-Unis, rencontreraient-ils les mêmes difficultés à transmettre leur langue ?

« Oui. C’est tout à fait naturel », affirme le professeur Comeau. 

Les enfants veulent s’intégrer dans une communauté, faire partie d’un réseau. On ne peut pas blâmer les parents. Le modèle des enfants, ce sont les amis, pas les parents.

Philip Comeau, professeur au département de linguistique de l’UQAM

« Les parents, poursuit-il, peuvent bien tenter d’aider leurs enfants en les inscrivant dans des activités où le français sera utilisé, mais le fait de grandir dans un réseau anglophone pèsera le plus lourd. »

« On voit la même chose au Québec avec les populations immigrantes. Imaginez une famille qui part de Chine et s’installe à Montréal. Les enfants de la troisième génération ne parleront plus mandarin ou cantonais. »

D’ailleurs, une étude de 2013 du Pew Research Center, portant sur les fils d’immigrants hispaniques et asiatiques aux États-Unis, démontrait que 90 % d’entre eux maîtrisaient parfaitement l’anglais. Quatre-vingts pour cent du premier groupe disait pouvoir parler de façon convenable l’espagnol, la deuxième langue en importance aux États-Unis. Par contre, seulement 40 % des enfants d’origine asiatique disaient maîtriser leur langue ancestrale.

Carson Brière ne baisse pas les bras. Au moment de notre passage, il disait avoir l’intention de commencer une mineure en français à l’université. « Mon français n’est vraiment pas à un niveau souhaitable. Je peux le lire, mais c’est difficile. Je ne connais pas les règles de grammaire. J’aimerais vraiment apprendre ça. Quand je chercherai un emploi, je sais que ça va m’aider si je maîtrise les deux langues. »