Au moment de répondre à l’appel, Daniel Jacob était en train de faire ce que nous sommes plusieurs à faire depuis quelques jours : attendre. « Je peux te parler sans problème parce que j’ai tout mon temps ! », lance-t-il d’emblée en riant un peu.

Richard Labbé Richard Labbé
La Presse

Daniel Jacob a tout son temps parce qu’il travaille dans le milieu du hockey, et plus précisément dans celui de la Ligue américaine, à titre d’adjoint de l’entraîneur-chef Joël Bouchard chez le Rocket de Laval. Puisque les dirigeants de ce circuit ont annoncé lundi la suspension des activités jusqu’au mois de mai, au minimum, ça lui donne amplement le temps de songer à faire autre chose ces jours-ci.

Comme penser à aider les gens qui en ont bien besoin.

« Je parlais avec ma femme Danica, lundi matin, et on se demandait quoi faire pour mettre l’épaule à la roue pendant la présente crise, et on a eu l’idée de penser à aller livrer des paniers d’épicerie pour les personnes âgées », explique-t-il au bout du fil.

Ce n’est pas grand-chose, mais si on peut aider les gens en allant leur porter des provisions à leur porte sans qu’ils aient à sortir, ce sera déjà ça de fait.

Daniel Jacob

Jacob a lancé cette proposition lundi sur sa page Facebook, dans l’espoir de pouvoir faire une différence. « Et depuis, les gens se sont mis à partager ça, et là, on va attendre les réponses. Nous allons être prêts pour aider », ajoute-t-il.

« Chaque geste compte »

En attendant de se lancer dans le milieu de la livraison, Daniel Jacob, comme un peu tout le monde du hockey, croise les doigts.

À la suite du récent avis émis par les Centres de contrôle et de prévention des maladies, qui recommandent l’interdiction des rassemblements de plus de 50 personnes aux États-Unis pour les huit prochaines semaines, il est très difficile de croire que des matchs de hockey pourront être disputés dans un avenir rapproché par des clubs de la LNH ou de la LAH. Dans un scénario très optimiste, on peut peut-être s’attendre à des matchs de hockey dans ces deux ligues à la mi-mai et pas avant.

Ensuite, il faudra prévoir une période de remise en forme pour tous les joueurs. Certains observateurs parlent déjà d’un genre de mini-camp d’entraînement sur une semaine.

Les différentes ligues ont annoncé qu’elles permettaient aux joueurs de rentrer chez eux, mais on me dit que peu de joueurs choisissent de rentrer parce qu’ils ne savent pas s’ils pourront revenir ensuite… alors tout le monde attend à la maison.

Daniel Jacob

« Nous, avec le Rocket, on peut tous rester en constante communication ; nous avons créé des textos de groupe où nos dirigeants, joueurs et employés peuvent communiquer en tout temps. Aussi, les joueurs ont tous un programme de conditionnement physique qu’ils doivent suivre à la maison. La saison est arrêtée, mais il y a quand même des devoirs à faire ! », ajoute-t-il.

Enfin, selon Daniel Jacob, le monde du hockey n’est pas différent du reste du monde par les temps qui courent. Ni indifférent non plus.

« Toute l’organisation du Rocket, les joueurs, les coachs, les dirigeants, on comprend tous la présente situation… Je sais que tous les gars de l’équipe savent que chaque geste compte. Alors j’essaie moi aussi de faire en sorte que chaque geste puisse compter. »