La saison de la Ligue nationale de hockey est peut-être menacée, mais on voit mal le repêchage subir un sort semblable. On pourra le repousser, le présenter sans public ou même sans lieu commun, par vidéoconférence. Si les mauvaises nouvelles continuent de s’accumuler, il pourrait même s’agir du prochain événement d’importance dans le monde du hockey !

Mathias Brunet Mathias Brunet
La Presse

Si on annulait la saison aujourd’hui, et sans tenir compte de la loterie, le Canadien repêcherait au huitième rang. Il y a toujours lieu de trouver des joueurs de grande qualité parmi les dix premiers. Mais on peut aussi frapper dans le vide. Revisitons quinze repêchages, entre 2002 et 2016. Pour les fins de notre analyse, nous inclurons non seulement les joueurs choisis au huitième rang, mais aussi le neuvième, de façon à se donner un plus large éventail. Nous avons exclu les années 2019, 2018 et 2017, car les joueurs de cette cuvée sont encore en plein développement.

Les résultats ? Sur trente joueurs repêchés, quinze sont devenus des joueurs de premier plan, c’est à dire parmi les quatre premiers défenseurs d’un club ou les deux premiers trios sur au moins cinq ans. Mais attention, neuf ont aussi constitué des flops monumentaux. Six ont connu des carrières respectables sans pour autant être dominants.

À ce rang, le Canadien a donc 50 % de chances de dénicher un joueur de premier plan, 30 % de chances de se retrouver les mains vides et 33 % de chances de mettre la main sur une éventuelle vedette.

Trevor Timmins a repêché cinq fois dans le top dix depuis son entrée en poste en 2003 : Andrei Kostitsyn (10e, 2003), Carey Price (5e, 2005), Alex Galchenyuk (3e, 2012), Mikhail Sergachev (9e, 2016) et Jesperi Kotkaniemi (3e, 2018). Kostitsyn a tout de même connu une première année complète de 53 points (deux points de moins que Corey Perry et un de moins que Jeff Carter en 2007-2008), trois saisons de 20 buts ou plus, avant de sombrer dans les vices de la vie nocturne montréalaise. Price est devenu l’un des meilleurs gardiens de l’histoire. Galchenyuk a connu lui aussi un début de carrière prometteur, et même une saison de 30 buts à 21 ans, mais comme Kostitsyn, il a ses torts. Il demeure néanmoins toujours à ce jour le deuxième pointeur de la cuvée 2012 derrière Filip Forsberg. Sergachev est devenu un défenseur indispensable au Lightning de Tampa Bay. Il n’a jamais amassé moins de 30 points par année à ses trois premières saisons et était en voie d’en réussir une deuxième de 40 points ou plus. On verra pour Kotkaniemi.

2002

8- Pierre-Marc Bouchard, centre, Wild du Minnesota

Sans devenir une grande vedette, Bouchard a été un joueur important pour le Wild. Il n’a jamais connu de saisons de plus de 65 points, mais a terminé parmi les meilleurs compteurs de son club pendant plusieurs saisons au sein d’une formation axée sur la défense avec Jacques Lemaire. Sa carrière a malheureusement été écourtée par les commotions cérébrales.

9- Petr Taticek, centre, Panthers de la Floride

Flop total. Il a passé trois saisons dans la Ligue américaine, mais disputé seulement trois matchs avec les Panthers, avant de rentrer en Europe. Ce Tchèque poursuit sa carrière en Suisse et en Allemagne depuis 15 ans. Il y jouait toujours avant de voir la première ligue allemande (DEL) interrompre ses activités en raison du COVID-19.

2003

8- Braydon Coburn, défenseur, Thrashers d’Atlanta

Coburn a connu une carrière discrète, mais efficace. Il approche la marque des 1000 matchs en carrière, mais dans un rôle résolument défensif. Le problème, c’est de l’avoir repêché avant Dion Phaneuf, Jeff Carter, Zach Parise, Ryan Getzlaf et compagnie.

9- Dion Phaneuf, défenseur, Flames de Calgary

À ses premières années, à Calgary, Phaneuf était considéré comme l’un des meilleurs défenseurs de la LNH, une superstar. Dans une affirmation qui a bien mal vieilli, Brian Burke avait même osé affirmer au Hockey News qu’il opterait pour Phaneuf avant Sidney Crosby ou Alexander Ovechkin s’il avait à rebâtir un club. L’échange aux Maple Leafs de Toronto a semblé l’étouffer. Il avait déjà 206 points après quatre ans de carrière, il en a amassé 288 lors des dix saisons suivantes…

2004

8- Alexandre Picard, attaquant, Blue Jackets de Columbus

Picard venait de connaître une saison de 80 points en 69 matchs à Lewiston, dans la LHJMQ, à son année de repêchage. Il était gros, grand et fort. Malgré une production dans la Ligue américaine, il n’a jamais percé. En 67 matchs dans la LNH, il a obtenu deux points. Il joue toujours aujourd’hui, avec le Marquis de Jonquière, dans la Ligue nord-américaine de hockey.

9- Ladislav Smid, défenseur, Ducks d’Anaheim

Smid a tout de même joué dix ans dans la LNH, après être passé aux Oilers d’Edmonton dans l’échange de Chris Pronger moins de deux ans après avoir été repêché, mais toujours dans un rôle de soutien. Il n’a jamais obtenu plus de 15 points dans une saison.

2005

8- Devin Setoguchi, ailier, Sharks de San Jose

Setoguchi a connu un début de carrière spectaculaire, avec une saison de 31 buts et 65 points à sa deuxième année complète, mais il n’a jamais pu répéter son exploit. Il a été échangé deux ans plus tard au Wild dans l’immense transaction pour Brent Burns. Le DG des Sharks, Doug Wilson, s’en est départi au bon moment. Il n’a jamais atteint la marque des 20 buts par la suite.

9- Brian Lee, défenseur, Sénateurs d’Ottawa

Un club prend toujours un certain risque à repêcher un joueur d’une école secondaire. Les Sénateurs se sont brûlés avec Lee. Ce gros défenseur droitier a joué à peine plus de 200 matchs dans la LNH, dans un rôle limité. Il a été choisi deux rangs avant un certain Anze Kopitar.

2006

8- Peter Mueller, centre, Coyotes de Phoenix

Mueller aurait peut-être connu une belle carrière, n’eût été ses sévères commotions cérébrales. Il a obtenu 54 points à sa première année complète, après tout. Mais tout a vite déraillé après deux ans. Il a pu revenir au jeu finalement, et disputait une deuxième saison en République tchèque cette année.

9- James Sheppard, ailier, Wild du Minnesota

Avec une saison de 84 points en 66 matchs à son année de repêchage avec les Screaming Eagles du Cap-Breton, Sheppard semblait voué à un bel avenir. Malheureusement pour le Wild, le jeune homme n’a jamais débloqué. Une saison de 24 points, dont cinq buts, en 82 matchs à sa deuxième année complète a constitué sa meilleure. Il joue en Allemagne depuis quatre ans.

2007

8- Zach Hamill, centre, Bruins de Boston

Hamill, un centre droitier de Vancouver, dominait pourtant outrageusement à son année de repêchage dans la Ligue junior de l’Ouest avec une saison de 93 points à Everett. Il n’a jamais pu corriger les failles dans son jeu et disputé à peine 20 matchs dans la LNH. Il joue aujourd’hui en deuxième division en Allemagne. Un coup dur pour les Bruins, puisqu’il a été repêché avant Logan Couture, Ryan McDonagh, Max Pacioretty et plusieurs autres éventuelles vedettes.

9- Logan Couture

Les Sharks n’avaient pourtant pas de choix de première ronde cette année-là, mais ils ont échangé le gardien Vesa Toskala et l’ailier Mark Bell aux Maple Leafs pour obtenir le 13e choix au total, puis offert des choix de deuxième et troisième rondes en plus de ce choix aux Blues de St.Louis pour avancer de quatre ans et choisir Couture. Celui-ci est devenu l’un des meilleurs de cette cuvée avec Patrick Kane, Max Pacioretty, Jamie Benn, P. K. Subban, Ryan McDonagh et Jakub Voracek.

2008

8- Mikkel Boedker, ailier, Coyotes de Phoenix

Boedker est devenu un joueur régulier de la LNH et il y est toujours, mais il n’a jamais rempli les promesses qu’il démontrait. Il a connu une saison de 51 points à sa sixième saison, mais cet attaquant hyper rapide a atteint cette marque une seule fois par la suite. Il a 327 points en 709 matchs en carrière.

9- Josh Bailey, attaquant, Islanders de New York

Bailey a tardé à débloquer. Il a connu une première année de 40 points ou plus à sa sixième saison seulement, mais depuis, il produit de façon régulière et il est désormais un attaquant indispensable aux Islanders. Il a obtenu au moins 56 points à ses trois années précédentes et s’en approchait cette année.

2009

8- Scott Glennie, centre, Stars de Dallas

Une erreur grandiose des Stars. Gleenie a disputé un match en carrière dans la Ligue nationale. Il cassait pourtant tout dans les rangs juniors, mais n’a jamais pu s’adapter. Des blessures n’ont pas aidé, mais il n’a pas été très bon non plus.

9- Jared Cowen, défenseur, Sénateurs d’Ottawa

Les Sénateurs rêvaient à ce gros défenseur format géant, malgré une production offensive très limitée dans les rangs juniors. Une grave blessure à la hanche en début de carrière lui a beaucoup nui. Il a joué 249 matchs, sans jamais s’imposer. Deux rangs plus tard, les Predators de Nashville prenaient le risque de repêcher un petit défenseur, mais dominant offensivement dans les rangs juniors, Ryan Ellis…

2010

8- Alexander Burmistrov, centre, Thrashers d’Atlanta

Le DG des Thrashers à l’époque, Rick Dudley, ancien bras droit de Marc Bergevin, en rêvait. Burmistrov jouait déjà dans la Ligue junior de l’Ontario, mais sa production dépassait à peine le point par match. Il n’a jamais atteint les 30 points en carrière. Cam Fowler, Jaden Schwartz et Vladimir Tarasenko ont été repêchés quelques rangs après lui.

9- Mikael Granlund, attaquant, Wild du Minnesota

Ce petit attaquant a connu une baisse de régime étonnante l’an dernier, mais auparavant, il venait de connaître deux saisons de plus de 65 points et animait l’attaque du Wild. Il semblait retrouver ses repères à Nashville en deuxième moitié de saison, après l’échange qui l’a envoyé aux Predators en retour de Kevin Fiala l’an dernier. Il faut le classer parmi les attaquants d’impact.

2011

8- Sean Couturier, centre, Flyers de Philadelphie

Considéré comme un potentiel premier choix au total au début de son année de repêchage, Couturier a vu sa cote baisser légèrement en 2011, mais plusieurs clubs s’en mordent désormais les doigts. En plus d’amasser 75 points ou plus par année, Couturier est l’un des meilleurs centres défensifs de la Ligue. Un brillant choix à ce rang.

9- Dougie Hamilton, défenseur, Bruins de Boston

Hamilton a toujours été réputé pour son offensive, mais son jeu défensif laissait souvent à désirer, et aussi sa rigueur. Les Bruins de Boston l’ont vite largué, et les Flames de Calgary l’ont aussi échangé rapidement. Mais il demeure un défenseur de premier plan et il connaissait sa meilleure saison en carrière en Caroline cet hiver, à 26 ans, avant de se blesser.

2012

8- Jacob Trouba, défenseur, Jets de Winnipeg

Les Jets ratent rarement leur coup en première ronde. Trouba est vite devenu un défenseur droitier d’impact à Winnipeg, même si le mariage ne fonctionnait pas. Les Rangers de New York ont donné un choix de première ronde et le défenseur Neil Pionk pour l’obtenir cet été. Les Penguins de Pittsburgh regrettent encore d’avoir repêché Derrick Pouliot un rang plus tôt cette année-là.

9- Slater Koekkoek, défenseur, Lightning de Tampa Bay

Le Lightning a une grande réputation en termes de repêchage, mais l’équipe n’est pas à l’abri de gaffes elle non plus. Koekkoek est toujours dans la LNH, avec Chicago, mais dans un rôle modeste. Filip Forsberg a été repêché un rang plus tard. Au moins, Tampa s’est repris neuf rangs plus loin avec Andrei Vasilevskiy.

2013

8- Rasmus Ristolainen, défenseur, Sabres de Buffalo

Malgré les critiques et les rumeurs d’échange, Ristolainen est toujours un défenseur dominant chez les Sabres. Il n’a jamais obtenu moins de 40 points au cours des quatre dernières saisons, mais on aimerait qu’il soit meilleur défensivement. Il demeure le joueur le plus utilisé du club depuis plusieurs années.

9- Bo Horvat, centre, Canucks de Vancouver

Horvat est au cœur de la reconstruction des Canucks. Il est devenu leur capitaine. Il ne produit pas autant que le jeune Elias Pettersson, mais c’est un joueur de soixante points ou plus depuis quelques années et un leader incontestable. Les Canucks ont obtenu ce choix en échangeant le gardien Cory Schneider aux Devils il y a sept ans.

2014

8- William Nylander, attaquant, Maple Leafs de Toronto

Un coup de circuit des Maple Leafs. Après deux saisons de 61 points en début de carrière, il s’acheminait vers une année de 71 points et 37 buts cet hiver. Le départ de Mike Babcock n’a peut-être pas nui dans son cas. Il a seulement 23 ans. Le meilleur est à venir.

9- Nikolaj Ehlers, attaquant, Jets de Winnipeg

Sans être une super-vedette, Ehlers demeure un ailier de premier plan. Il avait déjà deux saisons de plus de 60 points à son actif et produisait à un rythme de 68 points cette année au sein du deuxième trio avec Cody Eakin et Patrik Laine. Un joueur encore très sous-estimé.

2015

8-Zack Werenski, défenseur, Blue Jackets de Columbus

Sans doute la meilleure prise des vingt dernières années au huitième rang. L’arrivée de Werenski a transformé les Jackets et il forme sans doute avec Seth Jones le meilleur duo de défenseurs de la Ligue. Werenski, 22 ans, seulement, avait 41 points après 63 matchs, sa troisième saison de plus de 40 points en quatre ans.

9- Timo Meier, attaquant, Sharks de San Jose

Un ancien de la LHJMQ encore très sous-estimé dans la Ligue. Il a connu une grande éclosion l’an dernier avec 66 points, dont 30 buts, et en comptait 49 cette année malgré la saison difficile des Sharks. Incontestablement un ailier de premier ou deuxième trio.

2016

8- Alexander Nylander, attaquant, Sabres de Buffalo

Peut-être pas le meilleur choix au huitième rang. Au moins, les Sabres ont pu obtenir un solide défenseur, Henri Jokiharju, en l’échangeant à Chicago cet été. Le petit frère de William tarde toujours à produire. Il a 26 points en 65 matchs avec les Hawks. Charlie McAvoy a bien été repêché six rangs plus tard, mais plusieurs jeunes joueurs tardent encore à produire parmi les jeunes repêchés entre le défenseur des Bruins et lui.

9- Mikhail Sergachev, défenseur, Canadien de Montréal

L’échange de Sergachev au Lightning pour Jonathan Drouin a provoqué un vide important en défense à Montréal. Sergachev, 21 ans, a encore des choses à peaufiner, mais son temps d’utilisation augmente de saison en saison et il était employé en moyenne 25 minutes par rencontre récemment. Jon Cooper n’accorde pas ses minutes de jeu gratuitement.

2017

8- Casey Mittelstadt

9- Michael Rasmussen

2018

8- Adam Boqvist

9-Vitali Kravtsov

2019

8- Philip Broberg

9- Trevor Zegras

À LIRE

Choc en Nouvelle-Angleterre : Tom Brady quitte les Patriots. Les explications de Miguel Bujold.