Le Canadien pourra profiter de la trêve des prochaines semaines pour prendre des décisions importantes concernant son avenir.

Mathias Brunet Mathias Brunet
La Presse

L’équipe cèdera-t-elle à la tentation de promouvoir Cole Caufield dans les rangs professionnels malgré les réticences de Marc Bergevin ?

PHOTO D’ARCHIVES ANDRÉ PICHETTE, LA PRESSE

Cole Caufield durant le camp des recrues du Canadien l’an dernier.

Le jeune défenseur gaucher Jordan Harris, dont la saison à Northeastern est terminée lui aussi, se verra-t-il offrir un contrat de façon à terminer l’année dans la Ligue américaine, si le jeu reprend, et lutter pour un poste l’an prochain ?

Alexander Romanov signera-t-il son contrat avec le Canadien ces prochaines semaines, avec la suspension des activités dans la KHL ?

Voilà trois jeunes au cœur du plan de réinitialisation du CH, susceptible d’avoir un impact important d’ici un à trois ans.

Mais il ne suffit pas de posséder de brillants espoirs. Il faut en prendre soin. Et les indices révélés ces derniers temps n’annoncent rien de bon. Interviewé sur les ondes de TSN au début du mois, Jesperi Kotkaniemi, premier choix de l’équipe en 2018, troisième au total, n’a pas voulu commenter les déclarations de son directeur général Marc Bergevin (au cours de notre entretien du 29 février) sur son éthique de travail à améliorer.

PHOTO D’ARCHIVES HUGO-SEBASTIEN AUBERT, LA PRESSE

Le centre du Rocket de Laval Jesperi Kotkaniemi, à l’entraînement du Rocket de Laval le 18 février dernier.

Par contre, Kotkaniemi a lancé un cri du cœur étonnant, et préoccupant : il s’est dit heureux d’être dirigé à Laval par des entraîneurs qui prennent le temps de lui enseigner les notions du jeu dans ses moindres détails. « À Montréal, nous sommes laissés à nous-mêmes, a-t-il confié. Il faut deviner les choses, j’imagine. »

Quelques jours plus tard, au confrère Raphaël Doucet, du 91,9 Sports, un autre choix de première ronde, Michael McCarron, a évoqué sa relation difficile avec Claude Julien et l’absence de communication au sein du CH. McCarron, échangé depuis à l’organisation des Predators de Nashville, a lui aussi été impressionné par les méthodes de Joël Bouchard et de ses entraîneurs du Rocket.

Vivre une relation difficile avec son coach n’a rien de singulier ou d’alarmant. McCarron a d’ailleurs avoué lui-même ne pas avoir offert de très bonnes performances lorsque Julien a remplacé Michel Therrien. Par contre, il s’agit d’un autre choix de première ronde à révéler un manque de communication au sein de l’équipe.

PHOTO D’ARCHIVES GRAHAM HUGHES, PRESSE CANADIENNE

Pour voir le plan réussir, il faut prendre soin des jeunes. L’entraîneur Claude Julien, derrière Tomas Tatar (90), Jordan Weal (43), Nick Suzuki (14), Nick Cousins (21) et Brendan Gallagher (11) le 14 décembre 2019 contre les Red Wings de Détroit.

Raphael Doucet rapportait d’ailleurs en ondes récemment avoir recueilli sous le sceau de la confidentialité le témoignage de quatre jeunes joueurs lui ayant confirmé n’avoir jamais eu droit à une conversation avec l’entraîneur en chef.

La matière essentielle à un plan de réinitialisation ou de reconstruction réussi repose évidemment sur les jeunes. Comment alors espérer réussir si on ne s’occupe pas d’eux ?

Nick Suzuki est l’un des rares jeunes, avec Victor Mete, à s’être établi à Montréal sous l’autorité de Claude Julien. Suzuki est un spécimen rare. Il n’a pas besoin de beaucoup « d’entretien ». Il n’a jamais bronché d’ailleurs lorsque l’entraîneur l’a critiqué publiquement après certains matchs plus difficiles.

PHOTO D’ARCHIVES FRANÇOIS ROY, LA PRESSE

Nick Suzuki glissant sur la glace après une chute en compagnie de Calle Jarnkrok, des Predators de Nashville.

Le Canadien entre dans une période névralgique. La banque de jeunes n’a jamais été aussi prometteuse; du moins la production de la manne actuelle dans les circuits juniors, la NCAA ou l’Europe surpasse largement celle des cuvées précédentes.

Ces jeunes, il faut les entretenir, leur donner un peu d’amour; le fouet à l’occasion, mais il demeure inacceptable de voir un jeune de la trempe de Kotkaniemi se sentir isolé comme il dit l’avoir été chez le Canadien.

Si les choses ne changent pas de façon drastique d’ici l’an prochain, cette organisation pourrait avoir de mauvaises surprises l’an prochain et la suivante.