La Ligue nationale de hockey a annoncé jeudi après-midi que ses activités sont suspendues jusqu’à nouvel ordre, en réponse à la pandémie mondiale de COVID-19.

Guillaume Lefrançois Guillaume Lefrançois
La Presse

Simon-Olivier Lorange Simon-Olivier Lorange
La Presse

« À la lumière des derniers développements reliés au coronavirus, après consultation auprès d’experts médicaux et après une conférence téléphonique du Bureau des gouverneurs, la LNH annonce aujourd’hui une pause de la saison 2019-2020, qui commence avec les matchs de [jeudi] soir », a dit la LNH dans un communiqué.

« Étant donné que nos ligues partagent beaucoup d’édifices et de vestiaires et qu’il nous semblait inévitable qu’un membre de la communauté de la LNH [soit affecté par le coronavirus], il ne nous semblait plus approprié de continuer à jouer nos matchs pour le moment », peut-on lire dans la courte déclaration.

« Notre but est de reprendre l’action aussitôt que ce sera approprié et prudent. […] D’ici là, nous remercions les partisans pour leur patience et nous souhaitons que vous demeuriez en santé », poursuit-on.

La LNH a été critiquée par plusieurs, ces dernières heures, pour avoir tardé à faire connaître sa décision. « La LNH a tenté de suivre les recommandations des experts médicaux et des autorités locales, tout en se préparant pour tout développement, sans prendre de décisions hâtives ou inutiles », lit-on dans le communiqué.

L'Association des joueurs (NHLPA) a rapidement réagi en estimant, dans un communiqué, que cette décision de la ligue était « appropriée » dans les circonstances.

Selon l'informateur de TSN Darren Dreger, la suspension des activités couvre tout : les voyages, les entraînements sur glace et les réunions. Le mot d'ordre de la ligue est « rentrez à la maison et restez à la maison jusqu'à nouvel ordre », écrit Dreger, sur Twitter.

De son côté, le Canadien a indiqué qu’aucun membre de l’organisation n’accorderait d’entrevue en lien avec cet enjeu. Un groupe de médias couvrant les activités de l’équipe a demandé à la direction de s’entretenir avec Paul Byron, représentant du Canadien au sein l’Association des joueurs, et avec Geoff Molson, président de l’équipe. Cette demande a été déclinée.

La seule réaction de l'équipe a été un communiqué laconique publié en milieu d'après-midi.

« Le Club appuie la décision de la LNH, qui prend ainsi les mesures nécessaires afin de contrôler le risque de propagation du coronavirus (COVID-19), a écrit l'équipe. Le Club prend très au sérieux la santé et la sécurité des partisans, des employés ainsi que de tous les joueurs et le personnel de l'équipe.

« Les détenteurs de billets sont invités à conserver leurs billets. Ils recevront une communication ultérieurement pour être informés des procédures à suivre, selon la suite des événements. »

Jusqu'à quand ?

Il reste maintenant à savoir quand cette suspension sera levée.

Selon le collègue de TSN Frank Seravalli, les équipes ont été invitées à fournir les disponibilités de leur aréna respectif jusqu'à la fin du mois de juillet. En temps normal, la finale peut se conclure au plus tard vers la mi-juin. La cérémonie de remise des trophées individuels est d’ailleurs prévue pour le 17 juin à Las Vegas, tandis que le repêchage – organisé par Montréal – est à l’agenda les 26 et 27 juin. Évidemment, toutes ces dates deviennent maintenant hypothétiques.

Par ailleurs, la Ligue américaine a elle aussi suspendu son calendrier, ce qui signifie que le club-école du Canadien, le Rocket de Laval, est en pause.

Au hockey junior, les commissaires des trois ligues au pays, dont Gilles Courteau de la LHJMQ, se réunissent jeudi matin pour statuer sur « les prochaines étapes à suivre » dans ce dossier. Aux États-Unis, la USHL, principale ligue junior au pays, a déjà annoncé la suspension de ses activités.

Mercredi, la NBA, dont plusieurs équipes partagent les arénas avec des clubs de la LNH, a annoncé la suspension de sa saison. Deux cas de COVID-19 ont été diagnostiqués chez les joueurs du Jazz de l'Utah.