Aucun amateur de sport ne va s’étouffer dans son breuvage malté pré-Super Bowl : Carey Price affrontera les Blue Jackets de Columbus dimanche après-midi au Centre Bell, et ce, même s’il était en poste face aux Panthers de la Floride samedi et contre les Sabres à Buffalo jeudi.

Simon-Olivier Lorange
Simon-Olivier Lorange La Presse

En fin de matinée, dans son point de presse d’avant-match, Claude Julien a confirmé que son gardien de confiance « se sent bien », et il a laissé entendre qu’on pourrait le voir encore très souvent au cours des 29 derniers matchs du calendrier. Tant et aussi longtemps, en fait, que le Canadien estimera qu’il peut réalistement accéder aux séries éliminatoires.

En cela, le scénario ressemble drôlement à celui de l’an dernier. Price avait disputé la quasi-totalité des matchs du dernier tiers de la saison. Ce n’est qu’à l’ultime duel de la campagne, unique partie sans impact sur le classement pour l’équipe, que le réserviste Charlie Lindgren a vu de l’action.

PHOTO OLIVIER JEAN, ARCHIVES LA PRESSE

Charlie Lindgren

L’entraîneur-chef du Canadien a toutefois prévenu qu’il s’appliquerait à « bien gérer » le repos de son gardien, en ménageant sa charge de travail à l’entraînement. « Ce n’est pas nécessaire de le mettre devant le filet et de lui donner 200 lancers tous les jours », a-t-il illustré.

Cet aspect est primordial chez les gardiens les plus occupés du circuit. Connor Hellebuyck, des Jets de Winnipeg, a récemment expliqué à La Presse que sa routine était également calibrée stratégiquement en y incluant des moments de repos choisis. Cette saison, Hellebuyck pointe au troisième rang des gardiens qui ont disputé le plus de minutes dans la LNH. Le premier ? Price, avec 2542 minutes, réparties sur 43 rencontres.

Julien a également mentionné que l’allure des matchs disputés dicterait également l’utilisation de son gardien. Par exemple, les Panthers n’ont généré que sept chances de marquer à forces égales, samedi. Même si le Tricolore a passé beaucoup de temps en infériorité numérique, Price n’est pas sorti lessivé de ce duel.

Le défi sera différent contre les Blue Jackets, une équipe autrement plus agressive que les Panthers, comme l’a souligné Julien. Price devra s’attendre à recevoir souvent de la visite dans son demi-cercle.

« C’est une équipe qui travaille fort [grind], qui utilise son physique et attaque le filet, a énuméré Julien. Ça ne veut pas dire qu’on doit changer notre façon de jouer. On doit être prêts à faire face à ça. »

L’entraîneur n’a pas confirmé si la formation serait la même que celle de samedi. Il est donc possible que Ryan Poehling soit appelé en renfort. Certains joueurs « ne sont pas à 100 % », et une décision sera prise dans leur cas au terme de la période d’échauffement.

Bonne chance à Laurent Duvernay-Tardif