Les experts hockey de La Presse répondent à cinq questions sur les séries éliminatoires de la LNH, qui se mettent en branle mercredi soir.

LA PRESSE

1- La série à ne pas rater au premier tour

Mathias Brunet: Toronto-Boston. Deux des meilleures équipes de la LNH, Toronto et Boston, s'affrontent pour une deuxième année de suite au premier tour. Toronto cherchera à venger son élimination de l'an dernier, mais le club a connu une fin de saison difficile.

Philippe Cantin: Blue Jackets-Lightning. Le plaisir des prédictions, c'est aussi de risquer un choix audacieux. Les «nouveaux» Jackets ont trouvé leur cohésion. Du suspense jusqu'au bout!

Richard Labbé: Bruins-Leafs. Une bonne vieille rivalité au premier tour, ça se prend toujours bien. Aussi, n'oublions pas que les Leafs étaient les favoris de quantité d'experts pour aller jusqu'au bout...

Guillaume Lefrançois: Penguins-Islanders. C'est un choc des styles entre les gros Islanders et les Penguins, toujours aussi excitants à voir jouer.

Alexandre Pratt: Blue Jackets-Lightning. Ce sont les deux meilleures équipes de l'Association de l'Est dans le dernier mois. Depuis le 7 mars, les Jackets ont un différentiel de +18 et le Lightning, de +16. Ce sera plus serré que prévu. 

Jean-François Tremblay: Islanders contre Penguins. Les Islanders sont devenus intéressants à suivre cette saison, mais de l'autre côté, on ne doit jamais parier contre les Penguins. 

2- La déception du premier tour

Mathias Brunet: Les Jets de Winnipeg. Les Jets ont peiné en fin de saison, avec trois victoires à leurs neuf derniers matchs. Ils affrontent les Blues, défaits seulement une fois en temps réglementaire à leurs 10 derniers matchs.

Philippe Cantin: Golden Knights. Les Golden Knights seront moins coriaces que prévu. Difficile de gagner à Vegas, mais les Sharks y voleront un match pour s'envoler avec la série.

Richard Labbé: Les Blue Jackets de Columbus. Les Blue Jackets se sont «paqueté» un club à la date limite des échanges, mais on a comme l'impression que leur tour sur le plancher des séries sera assez bref, merci...

Guillaume Lefrançois: Les Maple Leafs. Une fin de saison en queue de poisson, avec des déclarations de Mike Babcock qui laissent croire que ce n'est pas harmonieux dans les hautes sphères de l'équipe.

Alexandre Pratt: Les Flames. Superbes à cinq contre cinq. Mais leur efficacité en supériorité numérique depuis un mois n'est que de 4,8%. Pendant la même période, l'Avalanche a récolté plus de points au classement. 

Jean-François Tremblay: Les Maple Leafs de Toronto. Ils n'ont pas connu une bonne fin de saison, et ils sont poreux en défense. En séries, tout est une question de «momentum». 

3- La surprise du premier tour

Mathias Brunet: Les Hurricanes de la Caroline. Les Hurricanes ont le vent dans les voiles et rien à perdre. Ils pourraient surprendre les Capitals au premier tour, d'autant plus que Washington déplore la perte d'un joueur important, le défenseur Michal Kempny.

Philippe Cantin: Maple Leafs. Après une fin de saison décevante, les Maple Leafs se regrouperont. Leurs canons offensifs en mettront plein la vue aux Bruins.

Richard Labbé: Jordan Binnington (Blues de St. Louis). Un gardien recrue qui sort de nulle part et qui permet de sauver la saison d'une équipe? Ça arrive de temps à autre, et c'est arrivé avec Binnington, qui pourrait aussi permettre à son club de vivre un très beau printemps.

Guillaume Lefrançois: Les Golden Knights. Comme l'an dernier, ils sont de retour dans le rôle de négligés contre les Sharks.

Alexandre Pratt: L'Avalanche. Le gardien Philipp Grubauer est «dans sa zone». Depuis le 1er février, il a arrêté 94,8% des tirs dirigés vers lui. Seul Ben Bishop a fait mieux. 

Jean-François Tremblay: Les Hurricanes de la Caroline. Peut-être me suis-je laissé emporter par ce qui se passe en Caroline, mais il y a un peu de magie autour de cette équipe. Trop de monde a attendu trop longtemps pour cette participation aux séries.

4- Qui remportera la Coupe Stanley?

Mathias Brunet: Les Predators de Nashville. Ils n'ont pas de faiblesse et ont connu une grosse fin de saison.

Philippe Cantin: Les Predators. Les Predators ont assez d'expérience des séries pour gérer le coup avec succès. Ils sont puissants à toutes les positions et explosifs... en défense!

Richard Labbé: Le Lightning de Tampa Bay. Parce que ça doit bien faire cinq ans que je lui prédis le triomphe ultime et parce qu'il faut bien que ça finisse par arriver. Aussi, y a-t-il une seule faiblesse chez cette équipe? Je ne crois pas.

Guillaume Lefrançois: Les Capitals de Washington. Comme les Penguins, ils soulèveront le gros trophée pour une deuxième année de suite.

Alexandre Pratt: Les Blues. Aucun club dans l'Association de l'Ouest n'approche de leurs succès récemment. Depuis le Nouvel An: seulement 10 défaites en temps réglementaire et un différentiel de +44.

Jean-François Tremblay: Le Lightning de Tampa Bay. C'est presque le choix logique, et ça pourrait devenir un piège pour le Lightning. Mais ils sont tellement forts...

5- Qui sera l'autre finaliste?

Mathias Brunet: Les Bruins de Boston. Les Bruins pourraient surprendre Tampa Bay dans le carré d'as si ceux-ci déplorent l'absence de Victor Hedman pour une longue période.

Philippe Cantin: Les Capitals. Les Capitals reçoivent-ils tout le respect qu'ils méritent? Avec leur solide gardien, ils savent comment gagner. Et si Ovechkin est en feu, attention!

Richard Labbé: Les Predators de Nashville. Ils ont déjà goûté à la grande finale il y a deux ans, ils vont y goûter de nouveau cette année. Mais encore une fois, il leur manquera un petit quelque chose...

Guillaume Lefrançois: Les Flames de Calgary. Une équipe très complète qui a ce qu'il faut pour veiller tard ce printemps.

Alexandre Pratt: Le Lightning. Son parcours vers la finale sera difficile, et ce, dès le premier tour contre les Blue Jackets.

Jean-François Tremblay: Les Sharks de San Jose. Cette équipe a tout pour réussir, de bons jeunes joueurs, d'excellents défenseurs, le tout sous le leadership de Joe Thornton. En plus, Erik Karlsson vient de revenir au jeu.