Charles Hudon ne veut pas quitter le Canadien. Mais il ne sait pas si le Tricolore aura de la place pour lui la saison prochaine.

Frédéric Daigle LA PRESSE CANADIENNE

C'est un Hudon très émotif qui s'est présenté devant les journalistes lors du bilan annuel de l'équipe, au Complexe sportif Bell de Brossard, mardi. Le jeune homme n'avait visiblement pas apprécié ce que Marc Bergevin et Claude Julien avaient à lui dire quelques minutes auparavant.

«C'est certain que ç'a été difficile. Je suis une personne qui veut jouer au hockey, qui veut toujours être sur la patinoire, a-t-il dit au sujet de la dernière campagne, au cours de laquelle il n'a été utilisé que pendant 32 rencontres et aucune après celle du 19 février. J'ai toujours eu confiance en Claude. C'est l'entraîneur et c'est lui qui prend les décisions. Mais c'est certain que je n'étais pas la personne la plus heureuse tout le temps, mais ça fait partie de la game.

«Ce que je voulais, c'était de jouer et d'être avec mes coéquipiers, mais ce n'est pas arrivé.»

Hudon souhaite demeurer avec le Canadien, à Montréal. Un séjour à Laval ne l'intéresse pas.

«J'ai eu une bonne rencontre avec Claude et Marc. On va garder ça entre nous. Je dois davantage afficher la hargne que j'affichais l'an passé. On met de côté cette saison et on verra pour la suite.

«Mon but, c'est de jouer pour le Canadien de Montréal. Je fais partie de l'organisation. On verra pour la suite, mais je veux en faire partie l'an prochain.»

Quant à l'article paru au début janvier dans lequel il était spécifié qu'il souhaitait changer de camp, Hudon affirme qu'il voulait davantage lancer un message.

«Ma demande, c'était juste de jouer au hockey. C'était plus pour faire réagir Marc et Claude. Je ne peux en dire plus», a-t-il conclu avant de prendre congé des médias au bord des larmes.

---

Voici en rafale d'autres déclarations glanées au bilan du Canadien de Montréal:

«C'est assurément plus positif qu'à pareille date l'an dernier. Nous avons de bons jeunes, de bons vétérans. La chimie était au rendez-vous. On s'en va donc dans la bonne direction. [...] Il ne manque pas grand-chose. À 96 points, de ne pas faire les séries, c'est plutôt rare.» - Phillip Danault

PHOTO BERNARD BRAULT, LA PRESSE

Phillip Danault

«Nous avons changé la culture de ce club; nous avons modifié l'attitude; mais au final, ça n'a pas été suffisant pour accéder aux séries. Nous avons connu un bon départ. Dès le premier jour du camp, nous étions prêts à nous battre. Tout le monde a donné tout ce qu'il avait dans ce vestiaire. Habituellement, c'est synonyme de succès. Il y toujours de petites choses que vous pouvez changer en cours de saison. Si nous avions pu le faire, nous serions probablement encore en train de jouer au moment où on se parle. À moins d'être champion, vous apprenez de chaque saison et tentez de vous améliorer l'année suivante.» - Brendan Gallagher

PHOTO BERNARD BRAULT, LA PRESSE

Brendan Gallagher

«La plus belle surprise pour moi, c'est que nous nous soyons serrés autant les coudes pour prouver à tous ceux qui nous prédisaient une mauvaise saison que nous étions meilleurs qu'ils ne le pensaient. Mais nous devrons le refaire l'an prochain.» - Andrew Shaw

PHOTO BERNARD BRAULT, LA PRESSE

Andrew Shaw

«Il faut qu'on regarde cette saison de façon positive. Si on nous avait dit au début de la saison que nous amasserions 96 points, nous aurions été certains de passer en séries. Le fait que l'Est a été une super puissance cette saison, c'est le sport. Parfois ça passe, parfois, ça ne passe pas.» - Jordie Benn

PHOTO BERNARD BRAULT, LA PRESSE

Jordie Benn

«Dès le départ, je me suis bien senti ici. Dans le vestiaire, nous avons un très bon groupe. Je pense que les partisans apprécient quand nous travaillons fort et c'est ce que nous avons fait toute l'année. C'est pourquoi ils sont demeurés avec nous jusqu'à la toute fin.» - Tomas Tatar, au sujet du plaisir qu'il éprouve de jouer à Montréal alors qu'il s'agit d'un marché étouffant pour d'autres.

«Nous avons gagné une tonne d'expérience. Nous sommes une jeune équipe de hockey et ça nous servira dans l'avenir. Nous nous sommes battus pour cette place en séries pendant les 30 derniers matchs. C'était beaucoup de pression et nous l'avons très bien gérée. D'être dans le coup jusqu'au tout dernier match, je pense que nous pouvons bâtir là-dessus pour l'an prochain.» - Tomas Tatar

PHOTO BERNARD BRAULT, LA PRESSE

Tomas Tatar

«C'était beaucoup plus difficile de se créer de l'espace en deuxième moitié de saison. Toutes les équipes faisaient du bien meilleur travail en défense.» - Jesperi Kotkaniemi, sur l'intensité et la qualité du niveau de jeu en deuxième portion de calendrier.

PHOTO BERNARD BRAULT, LA PRESSE

Jesperi Kotkaniemi

«J'aurais aimé jouer tous les matchs. Mais quand nous avons une équipe en santé comme la nôtre, c'est ce qui arrive. Je ne suis pas un gars de stats, mais j'aurais aimé avoir la chance de me prouver un peu plus. En même temps, l'équipe allait super bien. [...] Ce n'est pas ma décision. Je ne sais pas ce qui va se passer. Je vais travailler fort cet été pour me battre pour ma place au camp.» - Nicolas Deslauriers, au sujet de son utilisation par Claude Julien cette saison.

PHOTO BERNARD BRAULT, LA PRESSE

Nicolas Deslauriers