La loterie du repêchage était sur toutes les lèvres le printemps dernier à Montréal. Le Canadien avait de réelles chances de gagner, et le premier prix était Rasmus Dahlin, un surdoué qui allait, en un coup de baguette magique, régler bien des problèmes du côté gauche de la défense. Cette année? Le Tricolore se retrouve dans le pire des deux mondes, exclu des séries, mais avec les moins bonnes chances des 15 équipes dans la loterie. Explications.

GUILLAUME LEFRANÇOIS LA PRESSE

Pariez sur le 15e rang

Comme le CH a terminé la saison avec la meilleure fiche des 15 équipes non qualifiées pour les séries, il n'aura que 1 % des chances de gagner le premier choix. Ces probabilités grimpent ensuite proportionnellement pour les deuxième et troisième choix, mais de très peu. Marc Bergevin a donc seulement 3,3 % des chances de gagner l'un des trois premiers choix. Le seul autre scénario possible, c'est que l'équipe reste là où elle est et qu'elle repêche au 15e rang. Il y a 96,7 % des chances que la soirée se déroule ainsi. Bref, il est peu probable que Bergevin soit aussi chanceux que l'an dernier, quand l'équipe avait grimpé d'une position pour réclamer Jesperi Kotkaniemi au troisième rang.

Les probabilités

Avec 3,3 % de probabilités, c'est donc une chance sur 33 que le Canadien a de repartir avec un choix au repêchage du top 3. Et, évidemment, une chance sur 100 pour le premier choix. Vous avez déjà joué à la roulette ? Sachez qu'il y a une chance sur 37 que votre chiffre sorte. Vous achetez un billet pour le 6/49 ? Pour gagner une participation gratuite, c'est une chance sur 8,3. Pour un simple prix de 10 $, c'est une chance sur 57. Bref, même si ça peut paraître bien mince, Bergevin a plus de chances de grimper au repêchage que de gagner 10 $ avec un simple billet de loterie !

Le fiasco des Sénateurs

Les Sénateurs d'Ottawa ont 18,5 % des chances de gagner le premier choix, 16,5 % pour le deuxième choix et 14,4 % pour le troisième choix. On parle donc de 49,4 % de probabilités de se retrouver dans le top 3, et 50,6 % pour le pire scénario, soit le 4e choix. Mais les Sénateurs étant un fiasco ambulant depuis deux ans, ce choix ne leur reviendra pas, mais ira plutôt à l'Avalanche du Colorado, résultat de la transaction qui avait envoyé Matt Duchene à Ottawa en novembre 2017. L'Avalanche faisait alors l'acquisition du premier choix des Sénateurs en 2018 ; or, si c'était un choix dans le top 10, les Sénateurs donnaient alors leur première sélection en 2019. Ottawa a obtenu le 4e choix l'an dernier.

PHOTO JEROME MIRON, ARCHIVES USA TODAY SPORTS

Jesperi Kotkaniemi

Revoici les Oilers

Les Oilers d'Edmonton ont eu droit au premier choix dans quatre des neuf derniers repêchages, ce qui leur a permis de sélectionner Taylor Hall, Ryan Nugent-Hopkins, Nail Yakupov et un certain Connor McDavid. Malgré cette chance inouïe, ils ont participé aux séries une seule fois au cours de cette période, ce qui leur vaut de la haine bien nourrie de la planète hockey. Après une autre saison catastrophique, les Oilers ont 6,5 % des chances de gagner le premier choix, et 20,4 % des probabilités d'être dans les trois premières équipes. Leur position la plus probable est le 8e rang (39,5 %).

Le fonctionnement

Ce ne sont pas des boules avec les logos des équipes qui sont dans le boulier, mais plutôt des boules numérotées de 1 à 14. Chaque équipe a un certain nombre de combinaisons qui lui sont rattachées, et c'est en tirant trois de ces combinaisons que l'on détermine qui obtient les trois premiers choix. C'est ainsi qu'en 2016, le Canadien était passé à une boule d'obtenir le premier choix et de repêcher Auston Matthews. Selon les informations du journaliste Chris Johnston, les trois premiers chiffres étaient 6, 8 et 5. Le CH détenait la combinaison 6-8-5-7. Mais c'est finalement le 13 qui est sorti, complétant une combinaison qui appartenait aux Maple Leafs.

PHOTO JUSTIN TANG, ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE

Matt Duchene

PHOTO NATHAN DENETTE, ARCHIVES LA PEESSE CANADIENNE

Auston Matthews