Les joueurs du Canadien le disent tous, les entraîneurs, les décideurs à l'étage supérieur, et peut-être aussi les vendeurs de bière trop chère dans les rangées: chaque match d'ici à la fin sera un peu comme un septième match pour cette équipe.

Richard Labbé LA PRESSE

Ce qui nous mène directement à la bonne nouvelle pour tout ce beau monde: depuis samedi, le Canadien a une fiche de 2-0 lors de ces «septièmes matchs». Ça inclut la victoire d'hier au Centre Bell, fort convaincante, par la marque de 4-2 contre le Lightning de Tampa Bay.

Bien sûr que ce n'était pas le « vrai » Lightning, si on veut; le gardien Eddie Pasquale est un habitué des ligues mineures et deux leaders en défense, Daniel Girardi et Victor Hedman, n'y étaient pas. Sans oublier que le club avait joué la veille à Ottawa.

Il y avait donc une porte ouverte, et puis le Canadien en a profité, puisqu'il le fallait.

«On savait qu'ils avaient joué le soir d'avant, et on voulait leur couper les jambes en partant et imposer notre rythme, a expliqué Phillip Danault. Je pense que c'est ce qu'on a réussi à faire.»

En effet. Les visiteurs ont bien saisi une avance d'un but à deux reprises, mais on n'a jamais senti le Canadien vraiment inquiété, mené de très belle façon par un échec avant soutenu, qui a souvent forcé l'adversaire à cafouiller avec l'objet. Aussi, il faut bien l'admettre, plusieurs joueurs du Lightning avaient choisi de s'offrir une soirée de congé, ce qui a mené à quelques gaffes bien visibles, dont celle de Mikhail Sergachev en troisième, qui a décidé d'aller tricher du côté opposé alors que Max Domi se préparait à couper fin seul vers le centre. Cela a mené au quatrième but du Canadien, celui qui permettait, en gros, de fermer les lumières.

C'est une défaite qui ne veut rien dire pour le Lightning, mais pour le Canadien, c'est une victoire qui veut tout dire. Parce qu'elle permet d'y croire et d'espérer.

Et puis, peut-être la meilleure nouvelle qui soit dans le camp montréalais: Carey Price, avec seulement 24 tirs dans sa direction, a eu droit à quelque chose qui ressemble à une soirée bien tranquille. On se répète parfois avec ça, mais c'est la clé du succès chez le Canadien: éviter de s'en remettre au gardien pour voler des matchs. En plus, cette petite soirée signifie que le gardien vedette sera frais et dispos au moment de débarquer sur la glace des Capitals, demain soir à Washington.

Alors voilà, avec deux matchs à faire, où nous en sommes dans cette histoire : demain soir à Washington, puis le dernier match de la saison, samedi soir, qui sera présenté ici face aux Maple Leafs de Toronto.

Est-ce que c'est possible? Bien sûr, mais ça va prendre un peu d'aide. Quelques joueurs du Canadien ont admis avoir passé un peu de temps à regarder les résultats à Columbus et à Toronto, hier soir. S'il fallait que cette saison en mode «reset», comme aime le dire Marc Bergevin, puisse se conclure avec une place en séries, ce serait assez inespéré comme résultat.

Mais il faudra que le Canadien enchaîne deux autres performances presque sans failles comme celle-ci et celle offerte à Winnipeg samedi soir. Il faudra que le Canadien termine son calendrier avec quatre victoires de suite, un exploit qu'il a accompli une seule fois cette saison, du 12 janvier au 18 janvier.

Ce ne sera pas facile. Mais les septièmes matchs le sont rarement.

En hausse: Artturi Lehkonen

Sans doute l'une de ses performances les plus inspirées de la saison. Il a conclu sa soirée avec un but et une aide.

En baisse: Jonathan Drouin

Le seul joueur du CH à finir le match dans la colonne des moins (- 1).

Le chiffre du match: 45

Le nombre de tirs du CH. C'est la 19e fois cette saison que l'équipe atteint la marque des 40 tirs.