Le travail discret, mais essentiel, de Phillip Danault avec le Canadien commence à faire écho à l'extérieur de Montréal.

MATHIAS BRUNET LA PRESSE

«Danault doit mériter de sérieuses considérations pour le trophée Selke (remis à l'attaquant défensif par excellence)», affirme le spécialiste des statistiques avancées, Mike Kelly, dans un texte publié hier sur le site thepointhockey.com.

«Phillip Danault n'a jamais reçu un seul vote pour ce trophée, mais il mérite au moins de se retrouver dans le top 5 cette année», poursuit Kelly, aussi à l'emploi de TSN et NHL Network. 

Les statistiques usuelles et son utilisation montrent déjà l'apport inestimable de Danault au sein du Canadien. À 26 ans, il connaît la meilleure saison de sa carrière à tous les chapitres.

Il a déjà 49 points en 76 matchs, sept points de plus que son sommet en carrière, trois points de moins seulement que Jonathan Drouin, pourtant utilisé dans un rôle offensif.

Sa fiche de +21 le place au troisième rang de l'équipe derrière son ailier gauche Tomas Tatar (+24) et Victor Mete (+22). Cette statistique demeure impressionnante puisqu'il doit affronter les meilleurs éléments adverses, soir après soir.

Danault est aussi l'attaquant utilisé le plus souvent en moyenne par l'entraineur Claude Julien, 17:44 par match, 24 secondes de plus que Max Domi, deuxième à ce chapitre.

Son taux de réussite lors des mises en jeu le place aussi au premier rang chez les centres réguliers de l'équipe, avec un taux de 54,7%. Jordan Weal et Nate Thompson ont un taux légèrement supérieur, mais ils viennent de se joindre à l'équipe; Danault a pris part à plus de 1200 mises en jeu de plus qu'eux cette saison.

Ses 45 points à égalité numérique le placent au 54e rang de la LNH, sur un pied d'égalité avec Nicklas Backstrom, Brendan Gallagher, Mika Zibanejad et Evgeni Malkin.

Mike Kelly évoque certaines statistiques avancées pertinentes pour étayer ses propos. Ainsi, Danault vient au quatrième rang de la LNH pour le nombre de mises en jeu disputées en zone défensive (642), derrière Bo Horvat, Anze Kopitar et Aleksander Barkov. Il en a remporté 54,8%, un taux comparable à celui de Horvat et Barkov, mais un peu moins de 5% que Kopitar. Le deuxième à ce chapitre chez le Canadien, Max Domi, en a disputé 379 de moins en zone défensive.

Danault viendrait aussi au cinquième rang de la LNH en terme du talent offensif qu'on lui oppose à chaque match. Les membres du premier trio des Leafs composé de John Tavares, Zach Hyman et Mitch Marner occupent les trois premiers rangs, suivi de Jakob Silfverberg, des Ducks d'Anaheim.

Une autre statistique méconnue, mais intéressante, publiée par Kelly a trait aux reprises de possession de rondelle à l'aide du bâton. Danault vient au deuxième rang à cet égard avec 161 reprises de rondelle, derrière Aleksander Barkov (203), mais devant Connor McDavid, Evgeni Malkin et Ryan O'Reilly.

Danault occupe une autre place dans le top 5 de la Ligue pour l'utilisation en infériorité numérique, 197,53 minutes, au quatrième rang derrière Anthony Cirelli, Travis Zajac et Blake Coleman.

Ce soir encore, pour ce match crucial contre les Blue Jackets à Columbus, Claude Julien tentera d'opposer Danault au meilleur trio adverse, celui de Pierre-Luc Dubois, Cam Atkinson et Artemi Panarin, même si la tâche s'annonce ardue pour le coach du Canadien en raison de la priorité accordée aux Jackets, l'équipe locale, pour le dernier changement.

Les acquisitions de Max Domi et Tomas Tatar, l'été dernier, constituent des coups de maître de la part de Marc Bergevin. Les deux viennent en tête des compteurs de l'équipe et ont aussi marqué plus de 25 buts. Mais ils ont coûté des joueurs importants, quoique indésirables.

Danault, lui, a été obtenu pour deux joueurs de location le 26 février 2016: Tomas Fleischmann et Dale Weise. Quelques semaines plus tard, ces deux-là n'appartenaient déjà plus à l'organisation des Blackhawks, après un printemps improductif.

Le Canadien, on le rappelle, a aussi obtenu un choix de deuxième ronde dans la transaction. Ce choix a permis de repêcher le défenseur gaucher Alexander Romanov, le défenseur par excellence lors du plus récent Championnat mondial junior.

Il s'agit incontestablement du chef-d'oeuvre de Bergevin. Une place parmi les finalistes au trophée Selke confirmerait au reste de la Ligue nationale les progrès gigantesques de Danault.

Mike Kelly le lui souhaite: «Les noms de Ryan O'Reilly, Patrice Bergeron et Mark Stone reviennent souvent dans les discussions pour le trophée Selke, avec raison, écrit-il. On doit aussi espérer que les gens appelés à voter se penchent sur le cas de Danault et son extraordinaire travail défensif cette saison. Il mérite plus qu'un simple bulletin de vote, il mérite de terminer dans le top 5 quand les votes auront été dépouillés.»

* * *

À LIRE

L'ancien agitateur Daniel Carcillo connaît bien le «code» du hockey. Richard Labbé a eu la bonne idée de lui demander son avis. Celui qui dénonce désormais la violence dans ce sport affirme que Paul Byron n'avait pas le choix de se battre en raison de la pression de ses pairs. Avec les résultats désastreux qu'on connaît...