Eugene Melnyk, le propriétaire des Sénateurs, a de nouveau suscité la colère de certains amateurs après avoir tenu des propos controversés lors d'une émission de radio à Ottawa, vendredi matin.

LA PRESSE CANADIENNE

Sur les ondes de CFRA 580, Melnyk a critiqué le maire d'Ottawa, Jim Watson, en plus de laisser planer que l'équipe est dans une meilleure situation sans Matt Duchene, Mark Stone et Ryan Dzingel, appréciés de la foule mais tout de même échangés.

Il a également critiqué les médias d'Ottawa, se rappelant une fois où il n'a apprécié du tout les tactiques d'un journaliste.

Melnyk n'a pas nommé ce membre des médias, mais le journaliste de TSN 1200 Ian Mendes a affirmé, sur Twitter, que Melnyk faisait référence à lui.

Melnyk n'a pas été tendre envers Watson, qui l'a critiqué pour son rôle dans la cahoteuse entente de développement d'aréna des plaines LeBreton, à deux pas de la Colline du Parlement.

« Il est tellement chanceux que je me retienne (d'en dire plus), a dit Melnyk, à l'émission de radio. Si j'étais lui, je ferais très attention à ce que je dis, parce que c'est très contre-productif. »

Melynk a également défendu le mouvement de personnel à la date limite des échanges, quand Stone, Duchene et Dzingel ont changé d'adresse en quelques jours.

« Si vous y pensez, ils recherchent tous des contrats de sept ou huit ans à l'âge de 27 ans, pour entre huit et 10 m $ par an, a t-il déclaré. Dans cinq ou six ans, ils seront tous près de la mi-trentaine, au moment où plusieurs jeunes joueurs vont pousser. »

Occupant le dernier rang de la LNH, les Sénateurs n'ont gagné que deux fois à leurs huit derniers matchs. Ils vont rejouer samedi, à Edmonton.