Pour Steven Stamkos et le Lightning de Tampa Bay, tout s'est bien déroulé jusqu'à présent cette saison.

Mis à jour le 27 janv. 2019
JOSH DUBOW ASSOCIATED PRESS

Alors qu'ils se préparent à amorcer le dernier droit de la campagne après la pause du match des étoiles, les hommes de John Cooper savent qu'il ne leur reste pas grand-chose à faire pour terminer une autre année réussie.

Le Lightning est la meilleure équipe du circuit Bettman. La formation de Tampa Bay mène la LNH avec 76 points jusqu'à présent et détient une avance de 13 points sur son plus proche poursuivant au classement de l'Association de l'Est. Après avoir vu la Coupe Stanley lui glisser entre les doigts en 2015 et après s'être incliné lors du match ultime en finale d'Association en 2016 et en 2018, le Lightning aspire maintenant aux grands honneurs, rien de moins.

>>> Le hockey de la LNH vous passionne ? Abonnez-vous à notre infolettre Rondelle Libre pour recevoir en primeur le billet quotidien de Mathias Brunet.

« Nous avons tout de même un sentiment de travail inachevé, a reconnu Stamkos, lors du week-end du match des étoiles. Un nuage au-dessus de nos têtes qui nous pèsent. Je suis certain qu'il y a beaucoup d'équipes qui seraient ravies de se rendre en finale de la Coupe Stanley. C'est difficile à faire de nos jours. Mais les attentes sont très élevées envers l'équipe et nous avons amorcé la saison en pensant que cette année ce serait notre tour. »

Le Lightning croyait également que ce serait le cas il y a un an, lorsqu'ils ont pris les devants 3-2 dans la finale d'Association face aux Capitals de Washington. Ils ont par contre été tenus en échec par la troupe de Barry Trotz lors des deux matchs suivants et les Capitals ont trouvé le moyen de se faufiler jusqu'à la grande finale avant de soulever le précieux trophée.

Nikita Kucherov, qui est le meilleur pointeur de la LNH grâce à une récolte de 78 points, a soutenu qu'il était facile de cibler ce que le Lightning devait faire de différent cette fois-ci.

« Nous devons nous assurer de marquer des buts lors du sixième et du septième match et de bien jouer défensivement », a-t-il mentionné.

Le portrait des séries devrait se préciser au cours des 10 dernières semaines de la saison. Plusieurs courses importantes auront lieu dans les différentes sections en raison de la parité qui existe au sein du classement. Présentement, 23 des 31 équipes sont à cinq points d'une place en séries éliminatoires.

Même pour des équipes comme les Oilers d'Edmonton, qui ont été dans la tourmente pour une bonne partie de la saison, il y a encore de l'espoir.

Connor McDavid a été bombardé de questions quant aux difficultés de son équipe, mais le capitaine des Oilers a toutefois tenté de demeurer positif en soulignant que son équipe était qu'à trois points d'obtenir son laissez-passer pour les séries, malgré toutes les épreuves qu'ils ont traversées depuis le début de la saison.

Les luttes les plus serrées se trouvent dans la section Métropolitaine, où les Islanders ont surclassé les champions en titre de la Coupe Stanley de trois points, et la section Centrale, où les Predators de Nashville et les Jets de Winnipeg se retrouvent côtes à côtes avec une récolte de 64 points chacun.

Les Jets ont remporté six de leurs sept derniers matchs avant la pause, alors que les Predators ont rompu une période difficile - au cours de laquelle ils ont encaissé quatre revers en cinq rencontres - en remportant deux matchs, au Colorado et à Las Vegas.

« Pour nous, la chose la plus importante sera de retrouver nos joueurs blessés et d'essayer de voguer sur le momentum, a expliqué le gardien de but des Predators, Pekka Rinne. Nous avons manqué un peu de constance dans les dernières semaines. Avant la pause, nous semblions avoir retrouvé notre rythme. J'espère que nous allons pouvoir poursuivre sur cette lancée. »

Les Flames de Calgary se sont forgé une avance de cinq points aux dépens des Sharks de San Jose dans la Pacifique. Les Sharks et les Golden Knights de Vegas ont toutefois tous les outils nécessaires pour déloger les Flames d'ici la fin de la saison.

Après avoir connu un lent départ en début de saison, le défenseur des Sharks, Erik Karlsson a retrouvé ses aptitudes qui lui ont permis de devenir l'un des meilleurs défenseurs du circuit. Les Sharks devront choisir s'ils souhaitent lui offrir un contrat à long terme avant qu'il ne devienne joueur autonome le 1er juillet.

La formation de San Jose pourra offrir un contrat de huit ans après la date limite des transactions dans la LNH, le 25 février. Karlsson ne se préoccupe cependant pas de ce dossier pour l'instant.

« Je chéris chaque moment, a-t-il soutenu. Je ne vais pas parler de mon futur. Je profite de chaque seconde. Nous avons une bonne équipe et je suis excité pour ce qui s'en vient d'ici la fin de la saison. »