Le Canadien fera face aux Blue Jackets ce soir à Columbus, et pour Jordie Benn, il s'agit d'un heureux hasard. Car c'est avant d'affronter cette même équipe qu'il a compris la signification du maillot qu'il porte depuis bientôt deux ans.

Mis à jour le 18 janv. 2019
Richard Labbé LA PRESSE

«J'ai compris ce que ça voulait dire la première fois que j'ai mis le chandail avant un match [le 28 février 2017], raconte-t-il. J'ai dû m'arrêter un moment, me retrouver seul pour aller me voir dans le miroir et réaliser ce qui était en train de m'arriver: j'étais dorénavant un membre du Canadien de Montréal. C'était assez irréel...»

Benn, un type de l'Ouest (de la Colombie-Britannique, plus précisément), savait vaguement ce que le maillot voulait dire. Il avait entendu les histoires, tenté de comprendre les mythes. Il connaissait les gros noms qui avaient jadis patiné au Forum.

Mais rien ne pouvait le préparer à ce qu'il allait vivre en débarquant au Centre Bell.

«Je savais un peu ce que le Canadien représentait; je jouais à Dallas avant d'être échangé ici, et Dallas, c'est une ville de football et des Cowboys à part entière. Là-bas, le football, c'est pas mal tout ce qui compte. Alors c'est un autre environnement. Avec les Stars, j'ai bien disputé quelques matchs contre le Canadien, mais on ne peut pas vraiment comprendre tant qu'on n'a pas enfilé le chandail et joué devant les fans au Centre Bell. Le Texas est le paradis du football, mais Montréal, c'est le paradis du hockey.»

Peu à peu, le défenseur de 31 ans s'est mis à comprendre son rôle. À se trouver une place. Il ne fait certes pas partie des vedettes de l'équipe, mais cela lui va parfaitement. «Les gens qui me connaissent savent que je n'aime pas parler de moi... C'est une question de superstition d'abord. Mais je me sens vraiment à ma place ici, avec cette équipe. Sur la glace, les gars me facilitent la vie et ça me permet de mieux faire mon travail. Je ne sais pas si je connais les meilleurs moments de ma carrière, mais je gagne en assurance, et quand la confiance en soi est au rendez-vous, c'est plus facile de jouer au sommet de ses capacités.»

Jordie Benn affirme qu'il ne pense pas à la suite des choses, mais il comprend aussi sa situation: il est sans contrat en vue de la prochaine saison, et il pourrait devoir magasiner ses services sur le marché de l'autonomie le 1er juillet.

Il affirme qu'aucune discussion sérieuse n'a encore été amorcée avec la direction du Canadien à ce sujet, et il se dit prêt à patienter au terme de la présente saison avant de discuter d'un prochain contrat.

«Un nouveau contrat, ce n'est pas au coeur de mes préoccupations ces jours-ci, parce que je veux juste aider l'équipe à gagner, répond-il. Mais je veux continuer à jouer avec cette équipe, absolument. J'aime les gars dans ce vestiaire, j'aime être un membre de cette organisation, j'aime la ville. On verra bien. Il reste encore plusieurs matchs à jouer cette saison.»