Première période mardi. Henrik Borgstrom chute. Soudainement, la poreuse défense des Panthers s'ouvre devant Victor Mete. S'il y en a un qui peut comprendre ce que Moïse a ressenti devant la mer Rouge dans le temps, c'est bien le numéro 53 du Canadien.

Mis à jour le 18 janv. 2019
Guillaume Lefrançois LA PRESSE

Profitant de l'espace qui s'ouvre, Mete traverse l'enclave, passe derrière Phillip Danault et Aaron Ekblad et tente un tir des poignets. Le gardien James Reimer étire la jambière droite et le bloqueur. Il réussit l'arrêt visiblement sans le savoir, cherche devant lui la rondelle, qui est dans les airs et aboutit dans le filet protecteur.

Mete amorce un geste de célébration, qui devient aussitôt un geste de déception.

«Je n'avais aucune idée où était la rondelle. Je croyais avoir battu le gardien, mais j'aurais peut-être dû garder la rondelle une demi-seconde de plus, nous racontait Mete, hier, après l'entraînement. Je pensais que je l'avais battu sous son bras, mais ensuite, j'ai perdu la rondelle de vue, puis j'ai compris qu'elle était sortie du jeu.

«Dans ma tête, je me disais: "Est-ce que ça va finir par rentrer?!" Mais bon, tant que je continue à obtenir des chances...»

Phénomène rare

Le Canadien affronte les Blue Jackets à Columbus ce soir. Pour Mete, il s'agira d'un 87e match dans la Ligue nationale.

Les 86 premiers matchs se sont plutôt bien déroulés. Il présente une fiche de +16 et son partenaire depuis 12 matchs est un certain Shea Weber. Pour un joueur de 20 ans repêché au 100e rang, c'est un début de carrière inespéré.

Mais il y a ce satané premier but qui se fait toujours attendre. On dit «satané» parce que justement, à voir la réaction de Mete après son occasion de mardi, ça le chicote. Ses coéquipiers sont visiblement au fait que ce but se fait toujours attendre.

«Après le match, Joel Armia m'a dit: "Ne t'inquiète pas, ça va venir. Si tu n'avais pas de chances de marquer, je m'inquiéterais, mais tu en as deux par match. Quand ça va débloquer, tu vas voir, ça va rentrer!"»

Il y a aussi cette réaction de Carey Price, pris d'un fou rire en fin de match, après que Mete eut raté un filet désert sur un dégagement.

Cela dit, le cas de Mete est encore loin de se comparer à celui de Mike Komisarek, qui avait dû attendre à son 123e match avant d'enfiler son premier but dans la LNH. C'est d'ailleurs la plus longue attente pour un joueur qui a amorcé sa carrière avec le Canadien, selon nos recherches.

- - -

Plus longues séquences avant de marquer un premier but dans la LNH chez le Canadien

Mike Komisarek: a marqué à son 123e match

Lyle Odelein: 93e match

Victor Mete: jouera son 87e match ce soir

Craig Ludwig: 86e match

Al Langlois: 76e match

- - -

Komisarek, Odelein et Ludwig n'ont toutefois jamais été réputés pour leur attaque. (On ne croit pas que Langlois l'était non plus, mais le recruteur qui l'a découvert en 1957 n'avait toujours pas répondu à notre message texte au moment de publier.)

Mete, lui, a été repêché précisément pour ses qualités offensives. À sa dernière année dans les rangs juniors, il a inscrit 44 points, dont 15 buts, en 50 matchs. «Je marquais mes buts à l'embouchure du filet, je battais des joueurs de vitesse ou je les déjouais, mes tirs provenaient du haut des cercles des mises en jeu, dans le haut de l'enclave. Pas de gros tir sur réception de la ligne bleue», décrit-il.

De telles occasions se présentent toutefois moins à Mete dans la LNH, si bien qu'il tire au but moins d'une fois par match (76 tirs en 86 matchs).

Mete peut se consoler. Les autres joueurs avec lui sur la liste ci-haut ont tous connu de longues carrières, même si celle de Komisarek s'est essoufflée un peu vite. Odelein et Ludwig ont tous deux disputé plus de 1000 matchs dans la LNH, en plus de gagner la Coupe Stanley.

Les autres statistiques

Sans être robuste comme l'étaient Odelein et Ludwig, Mete est tout de même fier de son jeu défensif. Et il a bien raison!

Avec Weber, il forme en effet un tandem d'une grande efficacité. Le vétéran et le jeunot ont passé 175 minutes ensemble sur la patinoire à cinq contre cinq cette saison, généralement contre une opposition relevée; l'adversaire n'a marqué que 2 buts pendant ces 175 minutes.

Résultat: Mete occupe le quatrième rang de tous les défenseurs de la LNH*, avec 1,5 but accordé par tranche de 60 minutes qu'il passe sur la patinoire à cinq contre cinq. Derrière lui au cinquième rang: Weber, à 1,59.

«Ma priorité est d'empêcher l'autre équipe de marquer. On affronte les meilleurs trios en ce moment, donc si on les blanchit, on a de bonnes chances de gagner», rappelle-t-il.

Mete est bien au fait de ses statistiques défensives. «Je sais que ça fait longtemps qu'on ne s'est pas fait marquer de but à cinq contre cinq. Il y a eu le but à quatre contre quatre à Boston, mais à cinq contre cinq, je crois que ce n'est pas arrivé depuis le match à Tampa.»

Vérification faite, Mete a les bonnes informations. Lui et Weber étaient sur la patinoire quand Brad Marchand a ouvert la marque à Boston lundi, à quatre contre quatre. Avant cela, il faut remonter au 29 décembre à Tampa. Ce soir-là, Tyler Johnson et Adam Erne avaient tous deux marqué contre le duo Mete-Weber. Depuis, le tandem a fermé la porte et les gardiens du Tricolore ont réparé les erreurs commises.

Il est encore trop tôt pour savoir si Mete deviendra un joueur d'impact offensif dans la LNH. Mais s'il offre du jeu défensif adéquat tout en participant à la relance de l'attaque, il se donnera des arguments pour demeurer un défenseur du top 4.

Canadien c. Blue Jackets, ce soir, 19h

* Minimum 400 minutes jouées