Si jamais l'ancien gardien Wayne Thomas est un fidèle lecteur de La Presse+, on lui annonce en primeur qu'il devrait recevoir un coup de fil ce matin.

Mis à jour le 16 janv. 2019
Guillaume Lefrançois LA PRESSE

Cet appel, il le recevra d'Antti Niemi. Pourquoi? Parce que le gardien finlandais a repoussé 52 tirs hier, dans la victoire de 5-1 du Canadien contre les Panthers de la Floride. Il est donc passé à un arrêt d'égaler le record d'équipe du Tricolore de 53 arrêts dans un match.

Cette marque est partagée par Carey Price et Thomas. Le premier est assis dans le casier adjacent à celui de Niemi. Et Thomas? Il a disputé deux saisons à Montréal, en 1972-1973 et en 1973-1974, partageant le filet avec «Bunny» Larocque et Michel Plasse. Il a poursuivi sa carrière de 243 matchs avec les Maple Leafs et les Rangers.

On ne s'attendait pas à grand-chose quand on lui a mentionné le nom de Thomas. Et pourtant...

«Pas possible! C'était mon entraîneur des gardiens à San Jose. Je dois l'appeler!», a lancé Niemi dans un rare excès d'enthousiasme.

Quand on porte les couleurs d'une équipe plus que centenaire, on n'entre pas comme on veut dans le livre des records. Ça prend généralement une soirée spéciale, et c'est ce genre de soirée qu'a connue Niemi hier: 15 arrêts en première période, 16 en deuxième, 21 en troisième. Pour le battre, il a fallu que Mike Hoffman se déguise en Peter Forsberg et lui serve une majestueuse feinte.

Du reste, c'était un arrêt après l'autre, grâce à des jambières vives, qui s'activaient aussi vite que les «flippers» d'une machine à boules.

«On a tous apprécié ça. Quand un gardien joue comme ça, l'équipe en soutire beaucoup d'énergie et ça nous aide», a souligné Jesperi Kotkaniemi.

Un drôle d'animal

Interviewer Antti Niemi relève parfois de l'aventure. Timide, il livre des réponses généralement courtes, nous laissant toujours douter si ses pauses sont des virgules ou des points. «C'est un bon gars tranquille et humble», a décrit Max Domi dans le vestiaire.

Un gars humble qui n'a pas l'habitude d'entendre son nom dans les arénas. Au Centre Bell, ce sont généralement des «Ca-rey, Ca-rey» que l'on entend. Mais le temps d'un match, c'était le nom de l'autre gardien qui était scandé.

«Je ne sais pas si j'ai déjà entendu une foule crier mon nom. C'est assez spécial», a indiqué Niemi.

Sa réponse la plus étrange est certainement venue quand on lui a demandé où il classait sa performance d'hier dans sa carrière. «Dans mes deux dernières années, je dirais que c'est proche du top 10. C'est dur à dire.»

Cela dit, Niemi avait toutes les raisons de se sentir plus léger hier. Il venait de coller une troisième sortie impressionnante de suite, après ses 30 arrêts à Detroit et ses 45 arrêts à Dallas la veille du jour de l'An. Ça lui vaut une jolie efficacité de ,962 dans ces trois matchs.

Avant cela, rappelons-le, Niemi avait connu une première moitié de saison inquiétante, marquée par une pénible défaite de 6-5 à Tampa le 29 décembre. Après ce match, ses statistiques allaient comme suit: moyenne de 4,22, efficacité de ,870. Des chiffres qui ressemblaient à ceux du gardien en fin de parcours qu'il semblait être la saison dernière, quand le CH l'a réclamé au ballottage.

«Il y a quelques semaines, il n'était pas lui-même certains soirs, comme à Tampa. Ça arrive. Mais il revient, ça fait trois matchs très solides de suite et ça facilite notre travail. Tu le vois dans la ligue, c'est important d'avoir un deuxième gardien qui te donne un nombre X de matchs, pour que ton numéro 1 n'ait pas à jouer 70 matchs. Les joueurs ont confiance en lui. Ses habitudes de travail sont incomparables. Il travaille sans arrêt à l'entraînement», a souligné Claude Julien.

Julien l'a souvent dit; le CH devra faire preuve de prudence avec Price, sans savoir quand pourrait réapparaître sa mystérieuse blessure au bas du corps. Facile de le ménager quand vient le temps d'annuler sa participation au match des Étoiles. Un peu moins facile quand il s'agit de décider si on lui accorde un congé pour plutôt faire confiance à son auxiliaire. Le Canadien devra livrer une lutte de tous les instants pour participer aux séries. S'il y parvient, on doute que ce soit avec un coussin de 10 points! Chaque match comptera.

Avec ses récentes performances, Niemi facilite ces décisions pour Julien et son équipe.

- - -

En hausse: Shea Weber

Il avait connu une soirée difficile lundi à Boston. Il s'est repris de belle façon hier avec un but et une passe.

En baisse: Michael Chaput

Après sa pénalité en fin de match lundi, Chaput a commis une erreur qui a mené directement au seul but des Panthers.

Le chiffre du match: 7

Les Panthers ont subi hier une septième défaite de suite et accusent un retard de 15 points sur le Canadien. Les attentes étaient élevées pour la formation floridienne cette saison. Ça ressemble à une troisième exclusion de suite des séries.