Les Panthers n'ont pas gagné un seul match en 2019, et on peut compter Jonathan Huberdeau dans le club des insatisfaits.

Mis à jour le 15 janv. 2019
Richard Labbé LA PRESSE

«Présentement, nous sommes un peu à plat. On ne travaille pas assez fort, a expliqué l'attaquant des Panthers après l'entraînement du matin au Centre Bell. On est dans la même situation que la saison dernière, faut juste commencer à gagner. On ne joue pas assez bien présentement.»

Huberdeau n'est pas heureux des résultats de son équipe, de toute évidence, et il a bien raison. Depuis le début de la présente année, le club de la Floride, en visite au Centre Bell pour y affronter le Canadien ce soir, a une fiche de 0-4-2, incluant une défaite sans appel de 5-1 il y a deux jours à Vancouver.

Ce n'est d'ailleurs pas un hasard si l'entraînement de ce matin a été plutôt bref ; au lieu de passer trop de temps sur la glace, les joueurs ont tenu une réunion d'équipe, histoire de mettre un peu les choses au clair.

L'attaquant québécois, le meilleur marqueur des Panthers cette saison avec 47 points, n'a récolté qu'un seul point à ses quatre derniers matchs.

«Je veux participer aux séries, a-t-il ajouté. C'est ma septième saison avec l'équipe, et j'ai goûté aux séries une seule fois. Avoir de longs étés, c'est pas le fun. Il faut que ça change.»

Et il faudra que ça change très vite sans quoi les Panthers devront rater les séries une autre fois. L'équipe de Sunrise n'a que trois victoires à ses 10 derniers matchs, et elle se retrouve en ce moment même à 12 points d'une place en séries.

Les plus pessimistes diront qu'il se fait tard, mais l'entraîneur Bob Boughner tente de garder le cap.

«Il faut mieux travailler lorsque nous sommes en possession de la rondelle, a-t-il expliqué ce matin. Et il faut commencer à récolter des points. C'est un peu le moment du désespoir pour nous. Nos joueurs en sont conscients.»

Dans cette ligue, toutes les équipes doivent composer avec les blessures, mais il faut bien reconnaître que ces Panthers n'ont pas été chanceux à ce chapitre, en particulier dans le cas de l'attaquant Vincent Trocheck, à l'écart du jeu depuis novembre en raison d'une blessure à la cheville droite. Le joueur américain avait obtenu 14 points en 18 matchs avant de tomber au combat.

«Sa date de retour au jeu a été revue et on espère maintenant qu'il sera de retour avec nous après la pause du match des Étoiles», a ajouté Boughner.

Pendant ce temps, ça ne va pas mieux pour Roberto Luongo. Le gardien des Panthers affiche un taux d'efficacité de ,892, lui qui n'a jamais affiché un taux sous la barre des ,900 depuis son arrivée dans la LNH, en 1999-2000.