• Accueil > 
  • Sports > 
  • Hockey 
  • > Avalanche: MacKinnon et Bednar ont vite tourné la page 
Source ID:fef9879532ca3bf6a3d9442bcb42c9ad; App Source:StoryBuilder

Avalanche: MacKinnon et Bednar ont vite tourné la page

Dans les derniers instants de la défaite de... (Photo Martin Chamberland, La Presse)

Agrandir

Dans les derniers instants de la défaite de l'Avalanche du Colorado face aux Flames de Calgary, mercredi, Nathan MacKinnon (notre photo) a été aperçu en train d'enguirlander son entraîneur Jared Bednar.

Photo Martin Chamberland, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
ALEXIS BÉLANGER-CHAMPAGNE
La Presse Canadienne

L'incident a rapidement fait le tour de la planète LNH, mais pour Nathan MacKinnon et Jared Bednar, la page a été tournée quelques instants plus tard lors d'une discussion dans le corridor menant vers le vestiaire de l'Avalanche du Colorado au Saddledome de Calgary.

Dans les derniers instants de la défaite de 5-3 de l'Avalanche face aux Flames, mercredi, MacKinnon a été aperçu en train d'enguirlander son entraîneur. En lisant sur ses lèvres, certains ont cru voir MacKinnon dire «fais ton travail» à Bednar.

«Je croyais que notre gardien aurait dû être retiré et il ne l'avait pas fait. C'était stupide de ma part d'évacuer de la frustration de cette manière», a raconté MacKinnon vendredi, après l'entraînement de l'Avalanche en prévision de son duel de samedi contre le Canadien au Centre Bell.

«Nous avons parlé après le match. Bednar est probablement le gars le moins sensible au monde et tout est correct, a ajouté MacKinnon. J'adore jouer pour lui.»

L'entraîneur-chef de l'Avalanche du Colorado, Jared Bednar.... (Photo Martin Chamberland, La Presse) - image 2.0

Agrandir

L'entraîneur-chef de l'Avalanche du Colorado, Jared Bednar.

Photo Martin Chamberland, La Presse

Bednar a affirmé ne pas avoir été choqué par l'incident. Puisque l'Avalanche était sur le point d'encaisser un huitième revers en neuf sorties (1-6-2), il était même normal à ses yeux que ses joueurs soient frustrés. 

«Nous venions de disputer deux bons matchs, mais nous les avons perdus tous les deux. [...] Ça ne m'a pas du tout dérangé, a dit Bednar. C'est ce que j'aime de Nathan et de certains de nos joueurs - cette passion qu'ils ont. C'est ce qui les rend si bons. Mon travail en tant qu'entraîneur est de les aider à canaliser leur énergie, m'assurer que leur passion les tire dans la bonne direction et nous aidera à gagner. Nous avons parlé dans le corridor et tout est correct.» 

De son côté, le capitaine de l'Avalanche, Gabriel Landeskog, semblait heureux d'avoir vu MacKinnon s'excuser devant les caméras. 

«C'est certain qu'il va grandir de cette expérience, a dit le Suédois âgé de 26 ans. Nous sommes tous émotifs et nous voulons tous gagner. C'est normal d'être frustré quand vous traversez une séquence difficile, mais ce n'est pas le bon signal à envoyer à l'équipe et à nos partisans.» 

L'Avalanche (20-16-8) espérera donc rebondir samedi face au Canadien (23-17-5). En vertu d'un calendrier chargé et d'un retour à Montréal en provenance de St. Louis tard dans la nuit, Claude Julien avait donné congé à sa troupe vendredi. 

Après un court creux de vague, l'offensive de l'Avalanche a recommencé à produire à plein régime. Avant les matchs de vendredi, Mikko Rantanen, MacKinnon et Landeskog occupaient respectivement les deuxième, quatrième et 15e rangs des marqueurs dans la LNH. Ils ont accumulé un total de 18 points à leurs trois dernières sorties. 

C'est plutôt du côté de la défensive et devant le filet que des correctifs doivent être apportés. 

«Nous faisons du bon travail pour limiter le nombre de tirs de l'adversaire, mais nous accordons trop de chances de qualité comme des échappées, des deux contre un ou des lancers sur réception à partir de l'enclave», a noté MacKinnon. 

«Nos gardiens ont été inférieurs à la moyenne, a ajouté Bednar au sujet des performances récentes de Semyon Varlamov et Philipp Grubauer. Ce n'est pas en vertu d'un manque d'effort ou de volonté lors des derniers matchs, mais ils vont devoir nous offrir du meilleur hockey.» 

Samuel Girard a brisé son bâton durant l'entraînement... (Photo Martin Chamberland, La Presse) - image 3.0

Agrandir

Samuel Girard a brisé son bâton durant l'entraînement de l'Avalanche, vendredi.

Photo Martin Chamberland, La Presse

De la visite pour Girard

Le défenseur de l'Avalanche Samuel Girard en sera à son deuxième match dans la LNH au Centre Bell. Âgé de 20 ans et originaire de Roberval, l'ancien des Cataractes de Shawinigan aura de nombreux partisans dans les gradins. 

«Le "fan club" des Cataractes devrait venir, ça fait une soixantaine de personnes, je pense, et il devrait y avoir environ 250 personnes qui vont descendre du Lac-Saint-Jean, a indiqué Girard. Ça va faire beaucoup de monde pour nous encourager. 

«C'est toujours spécial de pouvoir jouer devant ma famille et mes amis. C'est une belle expérience de jouer au Centre Bell. J'ai grandi en regardant le Canadien. Je venais ici pour voir des matchs. C'est particulier de les affronter ici.» 

À sa deuxième saison dans la LNH, Girard a jusqu'ici accumulé deux buts et 11 aides en 44 rencontres. Il a un temps de jeu moyen de 19:52, ce qui le classe au quatrième rang parmi les défenseurs de l'Avalanche. Il s'agit aussi d'une hausse de plus de deux minutes par match par rapport à la saison dernière (17:42).




Infolettre Rondelle Libre
Recevez en primeur le billet quotidien de Mathias Brunet

la boite: 1600166:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer