Un observateur peu averti pourrait avoir l’impression de regarder le classement général de la LNH à l’envers : les Oilers d’Edmonton et les Sabres de Buffalo, les pires cancres de la Ligue nationale dans la dernière décennie, figurent en tête avec huit victoires en onze matchs.  

Mathias Brunet Mathias Brunet
La Presse

Ces deux équipes ont plusieurs points en commun. Les Sabres ont raté les séries éliminatoires lors de dix des douze dernières saisons. Ils n’ont pas remporté une ronde depuis 2007. 

Les Oilers ont raté les séries éliminatoires lors de douze des treize dernières saisons. Ils ont remporté une ronde depuis 2006. 

En conséquence, ces deux organisations ont bénéficié de plusieurs hauts choix au repêchage. Les Oilers ont repêché cinq fois dans le top 3 depuis 2010 et une sixième fois dans le top 4. Les Sabres ont eu trois choix dans le top 3 depuis 2014, et sept choix dans le top 8 au cours de la même période. 

Elles ont toutes deux changé d’entraîneur cet été. Dave Tippett à Edmonton et Ralph Krueger à Buffalo sont réputés pour être à l’écoute de leurs joueurs. 

Tippett et Krueger semblent avoir un bel ascendant sur leurs troupes jusqu’ici. Mais les deux équipes sont tirées par leurs grandes vedettes. 

Connor McDavid, premier choix au total en 2015, a 20 points en 11 matchs. Il était blanchi en troisième période hier et les Capitals menaient 3-1. Edmonton l’a finalement emporté en prolongation à la suite d’un superbe échange de passes entre McDavid et Leon Draisaitl. McDavid a terminé sa soirée de travail avec trois points et 27 minutes de temps d’utilisation. Draisaitl, troisième choix au total en 2014, a lui aussi amassé trois points pour porter son total à 18. 

PHOTO JASON FRANSON, LA PRESSE CANADIENNE

Connor McDavid et Leon Draisaitl

Comme Edmonton en 2015 avec McDavid, les Sabres ont eu la chance de mettre la main au premier rang du repêchage en 2018 sur l’un des meilleurs joueurs de sa génération, Rasmus Dahlin. À 19 ans seulement, le jeune homme a déjà 10 points en 11 matchs. Il vient au troisième rang en terme d’utilisation moyenne par match derrière Rasmus Ristolainen et Jake McCabe. 

Jack Eichel, deuxième choix au total en 2015 derrière McDavid, vient en tête des compteurs de l’équipe avec 14 points en 11 matchs. Mais les Sabres se sont fait ramener sur terre hier soir par les Rangers de New York avec une vilaine défaite de 6-2. Ils ont désormais une fiche de 8-2-1. 

Le gardien Carter Hutton expliquait cette semaine au confrère Elliotte Friedman les transformations à l’interne derrière les succès de l’équipe. 

Les meetings se font désormais plus souvent par sous-groupes. « Nous avons plusieurs jeunes joueurs et ça n’est pas facile pour un jeune de 19 ans de prendre la parole devant tout le monde. Ils craignent de piler sur les orteils des vétérans. Ils sont désormais plus confortables dans des groupes plus restreints, et l’arrivée de Marcus Johansson permet de faire le lien entre les jeunes et les plus vieux. Il est notre grand leader. »

Jack Eichel serait aussi un joueur transformé. Il ne panique plus lorsque l’équipe tire de l’arrière dans un match. « Le jeune Jack se frustrait. Maintenant, on reste tous fidèles à notre plan, même dans l’adversité. S’il reste droit, on le suit tous. »

À Edmonton, on gagne même si l’attaque compte sur une poignée de joueurs seulement et malgré la perte du défenseur Adam Larsson. Le jeune Ethan Bear a non seulement mérité un poste avec l’équipe, mais il permet de pallier la perte de Larsson.

Les jeunes Kailer Yamamoto, Evan Bouchard, Tyler Benson, Caleb Jones et Ryan McLeod peuvent ainsi se développer à leur rythme. 

Le Hockey News aujourd’hui nous rappelle sa prédiction de 2014 : il donnait les Sabres gagnants de la Coupe en 2020. Comme à Buffalo, les magasins de grandes surfaces d’Edmonton doivent sans doute grossir leurs stocks de chaises pliantes pour la parade du printemps. 

Faut-il rappeler le classement à pareille date l’an dernier ? Les Sabres de Buffalo commençaient lentement leur glissade, mais ils avaient encore une fiche de 6-4. Les Canucks de Vancouver trônaient en tête de la division Pacifique. Ils ont raté les séries. Les Ducks d’Anaheim avaient autant de points que les Sharks de San Jose, et un de plus que les Flames de Calgary. Les Blues de St. Louis étaient toujours au dernier rang dans la division Centrale. 

Voyons dans un mois si la tendance se maintient. Mais je dois vous l’avouer, j’ai un préjugé très favorable à l’égard de Ralph Krueger et Dave Tippett…

À lire

Pour tout savoir sur la défaite du Canadien, hier soir, lisez le contre-rendu de mes collègues Richard Labbé et Jean-François Tremblay. Par contre, je crois que les Sharks constituaient un adversaire nettement plus coriace que ne l'indique leur fiche. N'ont-ils pas atteint le carré d'as il y a quelques mois à peine ? Mine de rien, San Jose a remporté quatre de ses six derniers matchs et marqué 23 buts dans ces six rencontres. Ils remontent au classement assez rapidement d'ailleurs...