Jadis l’une des divisions les plus redoutables de la LNH, la Pacifique a faibli. Les Sharks demeurent une puissance, les Golden Knights s’accrochent au sommet, mais plusieurs clubs sont à la recherche de rédemption. Les Flames ont relancé leur organisation l’an dernier de façon brillante avec 107 points. Les Canucks, les Ducks, les Oilers, les Kings et les Coyotes, tous en phase de restructuration, tenteront de les imiter.

Mathias Brunet
Mathias Brunet La Presse

Sharks de San Jose

PHOTO ARCHIVES USA TODAY SPORTS

Brent Burns

Avec Karlsson, sans Pavelski…

Malgré des rumeurs l’envoyant avec une équipe de l’Est, dont le Canadien, le défenseur Erik Karlsson a choisi de demeurer avec les Sharks. Karlsson jouait sur une jambe en séries. Avant de se blesser, en janvier, il avait connu une séquence de 27 points à ses 18 matchs précédents. Avec Brent Burns, les Sharks maintiennent donc au sein de leur équipe les deux meilleurs défenseurs offensifs de la LNH.

Les Sharks perdent néanmoins leur capitaine Joe Pavelski, plus riche de 21 millions sur trois ans avec les Stars de Dallas. Un pari énorme de la part de Dallas pour un joueur de 35 ans, malgré ses 38 buts l’hiver dernier.

Les Sharks avaient déjà entamé leur transition. Logan Couture, 70 points l’an dernier, est le nouveau capitaine. Tomas Hertl, 25 ans, a connu une grande éclosion avec 74 points. Timo Meier, autre choix de premier tour comme Couture et Hertl, n’était pas très loin à 66 points. Evander Kane a marqué 30 buts et Kevin Labanc a surpris avec une production de 56 points.

Malgré ce virage jeunesse, on a retenu Joe Thornton, 40 ans, pour une saison supplémentaire. Il constituera un troisième centre de luxe. N’a-t-il pas obtenu 51 points l’an dernier ?

Le gardien Martin Jones n’est pas Carey Price, mais pas Antti Niemi non plus. Les Sharks ont les outils pour atteindre au moins le carré d’as à nouveau.

Le joueur sous-estimé

Kevin Labanc, repêché au sixième tour seulement en 2014, a flirté avec les 60 points. Il devrait jouer à la droite du premier trio avec Couture et Meier.

La recrue à suivre

Choix de deuxième tour en 2015, Dylan Gambrell, 23 ans, pourrait obtenir un poste à la droite du troisième trio. Il a obtenu 45 points en 51 matchs dans la Ligue américaine l’an dernier.

Qui devra en donner plus

Marc-Edouard Vlasic a obtenu seulement 25 points et une fiche de - 6. Il a en outre perdu son partenaire favori, Justin Braun, échangé aux Flyers de Philadelphie. Il doit jouer comme il l’a fait en séries.

Fiche en 2018-2019 : 46-27-9, 101 points

Classement en saison : 2es de la division

Parcours en séries : Finale d’association

Principaux départs : Joe Pavelski, Joonas Donskoi, Justin Braun, Gustav Nyquist

Principale arrivée : Dalton Prout

Golden Knights de Vegas

PHOTO ARCHIVES USA TODAY SPORTS

Max Pacioretty

Une fenêtre qui se rétrécit

La direction des Golden Knights a sacrifié sa pérennité l’an dernier pour une autre participation à la finale. Mais une mauvaise décision de l’arbitre a mis fin aux espoirs de l’équipe dans le septième match de sa série de premier tour contre les Sharks de San Jose. On tentera le coup à nouveau cette année avec le même noyau. La plupart des joueurs importants de cette équipe sont dans la fin de la vingtaine, sinon au tout début de la trentaine, outre le gardien Marc-André Fleury, bientôt âgé de 35 ans. 

Vegas peut donc espérer une autre très bonne saison, peut-être même deux. Mais il faudra cesser de sacrifier des espoirs et des choix au repêchage si l’équipe veut éventuellement se régénérer. La banque s’est vidée avec les départs de Nick Suzuki et d’Erik Brannstrom, et le choix de premier tour de 2018 cédé pour obtenir Tomas Tatar.

Avec l’arrivée des Pacioretty, Stone et Stastny depuis un an, il a fallu larguer des contrats ; Colin Miller, Erik Haula et Pierre-Edouard Bellemare ont changé de camp. Ils constituent des soustractions si l’on tient compte de la formation des séries éliminatoires.

Mais avec cinq choix dans les deux premiers tours en 2017, il reste encore quelques espoirs, parmi lesquels le centre Cody Glass et le défenseur Nicolas Hague. Le centre Peyton Krebs, hautement coté par plusieurs équipes, était encore disponible au 17e rang du plus récent repêchage. S’il se rétablit bien de sa blessure à un tendon d’Achille, comme on le prévoit, la relève au centre est assurée avec Glass et lui. Mais la direction pense d’abord à cette année pour l’instant.

Le joueur sous-estimé

Nate Schmidt est le pilier en défense. Son absence a fait mal en début de saison lorsqu’il a été suspendu pour dopage. Il a obtenu 30 points en 61 matchs après son retour.

La recrue à suivre

Jimmy Schuldt, 24 ans, l’un des défenseurs les plus convoités après la saison de la NCAA, a accepté l’offre de Vegas et disputé un match en fin de saison. Il est candidat à un poste en défense.

Qui devra en donner plus

William Karlsson a obtenu 56 points, dont 24 buts, après une saison de 43 buts et 78 points. Quel est le vrai Karlsson ?

Fiche en 2018-2019 : 43-32-7, 93 points

Classement en saison : 3es de la division

Parcours en séries : Défaite au premier tour

Principaux départs : Colin Miller, Erik Haula, Pierre-Edouard Bellemare, Ryan Carpenter

Principale arrivée : Jimmy Schuldt

Flames de Calgary

PHOTO ARCHIVES USA TODAY SPORTS

Johnny Gaudreau

Toujours puissants

Les Flames ont été surpris par l’Avalanche du Colorado au premier tour, mais il ne faudrait pas oublier leur magnifique saison de 107 points, pour le deuxième rang du classement général derrière le Lightning de Tampa Bay. Calgary sera à nouveau redoutable cette saison. L’équipe a perdu un James Neal improductif et un Mike Smith vieillissant, mais ceux-ci seront remplacés par Milan Lucic et Cam Talbot.

Tous les piliers reviennent, avec la signature récente du joueur autonome avec compensation Matthew Tkachuk, 34 buts et 77 points l’an dernier. Il donne beaucoup de puissance au deuxième trio puisqu’il n’est pas question de séparer Johnny Gaudreau, Sean Monahan et Elias Lindholm au sein de la première unité. Le défenseur Mark Giordano s’est présenté auréolé d’un premier trophée Norris en carrière. Il est bien soutenu par T.J. Brodie, Noah Hanifin et Travis Hamonic. L’un d’eux sera-t-il sacrifié pour alléger la masse salariale ?

Le plus gros point d’interrogation pour les Flames et leur brillant entraîneur-chef Bill Peters réside devant le filet. Dave Rittich, 27 ans, a disputé trois matchs de plus que Mike Smith en saison, mais on ne l’a pas utilisé en séries. Cam Talbot tentera de retrouver sa superbe après une saison désastreuse, autan à Edmonton qu’à Philadelphie.

Le joueur sous-estimé

Mikael Backlund solidifie le deuxième trio. Il a amassé 47 points l’an dernier et marqué 21 buts, pour égaler son sommet en carrière.

La recrue à suivre

Premier choix de l’équipe en 2017, un rang devant Ryan Poehling, Juuso Valimaki était un solide candidat à un poste en défense, avant de se blesser à l’entraînement. On le reverra quelque part en hiver.

Qui devra en donner plus

Quatrième choix au total en 2014, Sam Bennett n’a toujours pas débloqué, à 23 ans. Il n’a pas atteint la marque des 30 points lors des trois dernières saisons, après une année recrue de 36 points.

Fiche en 2018-2019 : 50-25-7, 107 points

Classement en saison : 1ers de la division

Parcours en séries : Premier tour

Principaux départs : James Neal, Mike Smith

Principales arrivées : Milan Lucic, Cam Talbot, Brandon Davidson

Ducks d’Anaheim

PHOTO ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE

John Gibson

En cure de rajeunissement

Les Ducks ont enfin décidé d’entamer une phase de rajeunissement, après une saison difficile. L’entraîneur du club-école, Dallas Eakins, a été embauché, après une courte expérience désastreuse à Edmonton il y a quelques saisons. Certains de ses jeunes joueurs pourraient obtenir une promotion, parmi lesquels Sam Steel, Sam Carrick, Max Jones et Troy Terry. Ondrej Kase, Nick Ritchie et Daniel Sprong, déjà avec l’équipe, pourraient monter en grade, de même que le jeune Maxime Comtois. Des postes sont ouverts avec le départ de Corey Perry et la perte de Ryan Kesler, blessé pour la saison, peut-être pour le reste de sa carrière. Eakins veut améliorer la vitesse de cette équipe un peu trop lourde et lente par le passé. Les Ducks ont terminé au dernier rang de la LNH au chapitre des buts marqués et des tirs au but l’an dernier.

La défense, par contre, pourrait rester sensiblement la même avec le retour du trio constitué de Cam Fowler, Josh Manson et Hampus Lindholm. Des jeunes comme Brandon Guhle, obtenu des Sabres de Buffalo dans l’échange de Brandon Montour et Jacob Larsson, premier choix de l’équipe en 2015, pourraient se greffer à ce noyau. Le gardien John Gibson représente une valeur sûre et constituait un bon candidat au trophée Vézina avant de voir l’équipe s’écrouler en deuxième moitié de saison.

Le joueur sous-estimé

Rickard Rakell n’a pas connu une très bonne saison en raison de blessures, mais il avait marqué plus de 30 buts lors des deux années précédentes.

La recrue à suivre

Maxime Comtois, 20 ans, a bien fait lors de sa courte audition à la fin de la saison dernière et a été un leader de l’équipe canadienne junior.

Qui devra en donner plus

Le capitaine Ryan Getzlaf a obtenu seulement 48 points en 67 matchs et une fiche de - 19, la pire du club.

Fiche en 2018-2019 : 35-37-10, 80 points

Classement en saison : 6es de la division

Parcours en séries : Exclus des séries

Principal départ : Corey Perry

Principale arrivée : Michael Del Zotto

Canucks de Vancouver

PHOTO ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE

Elias Pettersson

Les jeunes en vedette !

Après avoir constitué les cancres du repêchage pendant de nombreuses années, les Canucks voient enfin l’avenir avec optimisme grâce à des choix judicieux récemment. Elias Pettersson, cinquième choix au total en 2017, s’est établi dès sa première saison comme l’un des meilleurs jeunes centres de la ligue. Le défenseur Quinn Hughes, septième choix au total l’année suivante, n’a pas raté son audition en fin de saison avec trois aides en cinq matchs, et on compte beaucoup sur lui dès cette saison. À ces deux surdoués s’ajoutent Brock Boeser, actuellement blessé, et Bo Horvat. Une grande déception parmi ces jeunes premiers, Olli Juolevi, cinquième choix au total en 2016 devant Matthew Tkachuk, Clayton Keller, Mikhail Sergachev et Charlie McAvoy, entre autres. Il a vite été cédé (à nouveau) à la Ligue américaine, mais des blessures n’ont pas aidé son développement.

Pour entourer cette belle jeunesse, le DG Jim Benning a mis la main sur J.T. Miller du Lightning de Tampa Bay contre un choix de premier tour et sorti le chéquier pour attirer les joueurs autonomes Tyler Myers, Jordie Benn et Micheal Ferland. Obtenu des Panthers de la Floride pour Roberto Luongo il y a quelques années, Jakob Markstrom, 29 ans, a connu une saison intéressante l’an dernier, mais il sera menacé par un autre jeune loup, Thatcher Demko.

Le joueur sous-estimé

Alex Edler est un mal-aimé à Vancouver, mais bon an, mal an, il est le numéro un en défense. Son règne achève cependant avec la présence de Quinn Hughes.

La recrue à suivre

Avec Cale Makar, Kaapo Kakko et son frère Jack, Quinn Hughes sera un sérieux candidat au trophée Calder. Son poste à Vancouver est déjà assuré.

Qui devra en donner plus

On a tenté d’échanger Loui Eriksson tout l’été, sans succès. Les Oilers ont finalement opté pour James Neal, des Flames, en retour de Milan Lucic. Si seulement Eriksson, payé 6 millions par année, pouvait marquer plus de 11 buts…

Fiche en 2018-2019 : 35-36-11, 81 points

Classement en saison : 5es de la division

Parcours en séries : Exclus des séries

Principaux départs : Ryan Spooner, Ben Hutton, Derrick Pouliot

Principales arrivées : Tyler Myers, J.T. Miller, Jordie Benn, Micheal Ferland

Kings de Los Angeles

PHOTO ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE

Drew Doughty

La patience est de mise 

Les Kings ne s’attendaient pas à croupir dans la cave du classement, après une saison de presque 100 points l’année précédente. Ils ont sous-estimé l’effet du vieillissement. Les piliers Anze Kopitar, Dustin Brown, Jeff Carter, Jon Quick et Dion Phaneuf, tous âgés de plus de 30 ans, ont connu des saisons décevantes. Embauché à grands frais, Ilya Kovalchuk a obtenu seulement 34 points en 64 matchs.

On a commencé à rajeunir l’équipe au cours de l’hiver. Jake Muzzin a été échangé pour un choix de premier tour. On a racheté le contrat de Phaneuf cet été.

L’entraîneur-chef déchu des Oilers d’Edmonton Todd McLellan a été embauché pour redresser la barre. Kopitar est encore jeune à 32 ans. S’il ne commence pas la saison à Los Angeles, le jeune centre Rasmus Kupari, premier choix du club en 2018, gravira rapidement les échelons. En l’attendant, Adrian Kempe pourrait occuper le poste de deuxième centre. L’arrivée d’Alex Turcotte, cinquième choix au total en juin, est prévue dans un an. Il jouera avec Cole Caufield à l’Université du Wisconsin cet hiver. Le choix de premier tour obtenu dans l’échange de Muzzin, Tobias Bjorfot, a eu des répétitions avec Drew Doughty en matchs préparatoires. Vaut mieux tard que jamais pour une réinitialisation…

Le joueur sous-estimé

Derek Forbort est le partenaire de Drew Doughty depuis quelques années. Défenseur résolument défensif, il complète bien Doughty.

La recrue à suivre

Rasmus Kupari est le plus proche de la LNH, mais est-ce que ce sera dès octobre ? Il a obtenu 33 points en 43 matchs en Finlande, à Karpat, l’an dernier.

Qui devra en donner plus

Anze Kopitar est la locomotive de l’attaque. Ses 60 points l’an dernier constituent une déception, après une année de 92 points la saison précédente.

Fiche en 2018-2019 : 31-42-9, 71 points

Classement en saison : 8es de la division

Parcours en séries : Exclus des séries

Principal départ : Dion Phaneuf

Principale arrivée : Aucune

Oilers d’Edmonton

PHOTO ARCHIVES USA TODAY SPORTS

Connor McDavid

Place aux choses sérieuses

Le grand ménage a encore été fait à Edmonton. Cette fois, les têtes du DG Peter Chiarelli, de ses conseillers Craig MacTavish et Duane Sutter ont roulé. Ken Hitchcock n’a pas été retenu derrière le banc. L’ancien architecte des Red Wings de Detroit Ken Holland s’amène. Il a choisi un entraîneur réputé, Dave Tippett, un homme structuré. Holland n’a pas plié devant les menaces du jeune Jesse Puljujarvi, de retour chez lui en Finlande en attendant un échange. Milan Lucic a été échangé aux Flames pour James Neal, un ailier au potentiel offensif plus élevé. Le gardien Mike Smith a été embauché pour épauler Mikko Koskinen ; reste à savoir si Smith a encore de l’essence dans le réservoir.

Malgré les besoins criants à toutes les positions, Tippett n’a pas ouvert la porte aux jeunes. Ceux-ci doivent mériter leur poste. Il a agi ainsi partout où il est passé.

Le premier choix de l’équipe en 2017, Evan Bouchard, a été renvoyé dans la Ligue américaine malgré un tournoi des recrues intéressant. Tyler Benson et Caleb Jones, pressentis pour un poste après une saison prometteuse au sein du club-école, ont subi le même sort.

L’état de santé de Connor McDavid a suscité des craintes, mais il a pu revenir au jeu avant la fin du camp d’entraînement. Aux dernières nouvelles, Tippett ne souhaitait pas séparer la paire McDavid-Draisaitl. Zack Kassian sera sans doute leur ailier droit. Ryan Nugent-Hopkins pourrait jouer avec Sam Gagner et Neal.

En défense, les Oilers ont une bonne première paire avec Darnell Nurse et Adam Larsson. Oskar Klefbom est en quête de rédemption après avoir soigné une blessure à une épaule l’an dernier. Joel Persson, un joueur autonome embauché de Suède, semblait en voie d’obtenir un poste avant de se blesser en match préparatoire. Son absence pourrait ouvrir une porte au jeune Ethan Bear.

Le joueur sous-estimé

Le Québécois Alex Chiasson a relancé sa carrière l’an dernier à Edmonton en marquant 22 buts. Il a été récompensé avec un contrat de deux ans pour 4,3 millions.

La recrue à suivre

Le défenseur Ethan Bear, 22 ans, est l’un des rares aspirants à un poste régulier. Il a obtenu 31 points en 52 matchs l’an dernier dans la Ligue américaine.

Qui devra en donner plus

Adam Larsson est un défenseur défensif. Sa fiche de -28 ne le fait pas bien paraître. Il a coûté Taylor Hall.

Fiche en 2018-2019 : 35-38-9, 79 points

Classement en saison : 7es de la division

Parcours en séries : Exclus des séries

Principaux départs : Milan Lucic, Andrej Sekera, Kyle Brodziak, Jesse Puljujarvi, Tobias Rieder

Principales arrivées : James Neal, Riley Sheahan, Mike Smith

Coyotes de l’Arizona

PHOTO ARCHIVES ASSOCIATED PRESS

Clayton Keller 

Le temps des résultats

Le DG des Coyotes, John Chayka, a distribué les cadeaux depuis un an. Il a offert au Canadien un centre numéro un, Max Domi, et un autre jeune joueur de premier plan aux Blackhawks de Chicago, Dylan Strome. Voyons si le joueur obtenu pour Domi, Alex Galchenyuk, échangé à son tour, n’explosera pas à Pittsburgh.

Les Coyotes sont durs à suivre. Reconstruisent-ils ? L’acquisition de Phil Kessel, 32 ans, ne le suggère pas. Chayka veut qu’il devienne un leader pour les jeunes. Kessel a pourtant toujours prouvé qu’il était tout sauf un leader. Il complétera néanmoins le premier trio avec Clayton Keller et Nick Schmaltz, obtenu pour Strome, mais blessé peu de temps après son arrivée en Arizona. On pourrait aussi muter Schmaltz au sein du deuxième trio pour faire jouer dans le premier Derek Stepan, impressionnant au camp. Ça manque néanmoins de punch aux ailes après Keller et Kessel.

L’entraîneur-chef Rick Tocchet devra sans doute mettre encore à profit son système de jeu ultra-défensif pour survivre. À cet effet, l’arrivée du centre Carl Soderberg permettra de donner encore plus de structure à cette équipe.

La défense menée par Oliver Ekman-Larsson, Jakob Chychrun, Jason Demers et Nicklas Hjalmarsson est correcte, à condition que Chychrun reste en santé. On espère aussi un retour en santé du gardien Antti Raanta, brillant il y a deux ans avant de se blesser gravement au début de la saison dernière.

Le joueur sous-estimé

Jason Demers a raté de nombreux matchs en raison de blessures, mais à son retour, il a joué en moyenne 20 minutes par match et maintenu une fiche de + 9, la meilleure du club.

La recrue à suivre

Vers la fin du camp, on hésitait encore entre garder le premier choix de l’équipe en 2018 (5e au total), Barrett Hayton, dans la LNH avec un rôle limité ou le retourner dans les rangs juniors, où il n’a plus rien à apprendre.

Qui devra en donner plus

Christian Dvorak touchera 4,5 millions par année jusqu’en 2025. Il a disputé seulement 20 matchs l’an dernier, et n’a jamais atteint la barre des 40 points lors des deux années précédentes.

Fiche en 2018-2019 : 39-35-8, 86 points

Classement en saison : 4es de la division

Parcours en séries : Exclus des séries

Principaux départs : Alex Galchenyuk, Nick Cousins, Richard Panik, Kevin Connauton

Principales arrivées : Phil Kessel, Carl Soderberg