John Tavares est maintenant à Los Angeles, aux bureaux de l'agence CAA qui le représente. Au cours des prochains jours, le joueur autonome le plus convoité rencontrera un à un les prétendants qui voudront lui offrir son prochain contrat.

Mis à jour le 26 juin 2018
Jean-François Tremblay LA PRESSE

Selon Pierre LeBrun, il discutera en personne avec six équipes, et le Canadien n'en fait pas partie pour l'instant.

Les Stars de Dallas, les Bruins de Boston, les Maple Leafs de Toronto, les Sharks de San Jose et le Lightning de Tampa Bay, ainsi bien sûr que les Islanders de New York, seraient les meneurs dans ce derby. LeBrun ajoute que le clan Tavares s'entretiendra aussi avec deux ou trois équipes au téléphone, et qu'il pourrait ensuite accepter de rencontrer leurs représentants en personne. Les Sharks et les Bruins présenteront leur boniment dès aujourd'hui.

Les Islanders ont tout fait au cours des dernières semaines dans un dernier effort pour plaire à leur capitaine et joueur de concession. Lou Lamoriello est arrivé comme président des opérations hockey, le directeur général Garth Snow et l'entraîneur-chef Doug Weight ont été congédiés, et Barry Trotz est devenu le nouveau pilote de la formation. Lamoriello et Trotz ont déjà expliqué leur vision d'avenir à Tavares.

Évidemment, ajouter un joueur de la trempe de John Tavares demandera à sa nouvelle équipe un peu de comptabilité créative. On s'attend à ce qu'il signe l'un des contrats les plus coûteux de l'histoire du hockey.

Et c'est là que l'absence du Canadien dans le jeu de séduction peut décevoir. De un, le Canadien dispose d'un montant substantiel sous son plafond salarial pour attirer des joueurs d'élite. De deux, l'équipe aurait enfin pu régler une fois pour toutes sa faiblesse au centre.

Il y a désormais quatre avenues possibles que le directeur général Marc Bergevin peut emprunter pour boucher le trou au centre de ses premiers trios, mais chacune a ses conséquences.

- La première est de se tourner vers les autres joueurs de centre autonomes disponibles, dont Paul Stastny et Tyler Bozak figurent au sommet de la liste. Le problème est qu'ils coûteront très cher, probablement bien trop cher pour leur rendement réel.

- La deuxième est de regarder à l'interne et de donner la chance à Jonathan Drouin ou Max Domi de s'imposer à cette position cruciale. Mais ces joueurs seraient peut-être plus à l'aise, et plus utiles, à l'aile. Il y a aussi la possibilité de donner un rôle plus offensif à Phillip Danault, mais ce serait probablement un contre-usage.

- La troisième est de regarder du côté des transactions, où un joueur de centre comme Ryan O'Reilly, par exemple, est disponible du côté de Buffalo. Encore une fois, la rareté semble avoir surchauffé le marché, si on en croit les récentes rumeurs.

- La quatrième est d'attendre tranquillement que se développent les joueurs de centre d'avenir du Canadien, comme Ryan Poehling ou le troisième choix du dernier repêchage, Jesperi Kotkaniemi. Le problème, évidemment, est qu'ils ne sont pas encore prêts à transporter le Canadien. Et le problème très personnel de Bergevin est qu'il pourrait fort bien ne plus être en poste quand ils feront leurs débuts dans la LNH.

Bref, un beau problème pour Bergevin, qui joue peut-être cet été sa carrière avec le Canadien. Au moins, le DG peut voir dans la décision de Tavares un peu de positif: il peut immédiatement tourner son attention vers une autre solution à son problème au centre.

C'est fini pour Carr, Fucale et Grégoire

Le Canadien a annoncé hier avoir soumis des offres qualificatives à quatre joueurs autonomes avec restriction: Phillip Danault, Jacob De La Rose, Kerby Rychel et Michael McCarron.

Passons rapidement sur Danault, dont l'avenir ne faisait aucun doute en raison de ses états de service impeccables. Pour De La Rose, il semble avoir plu à ses patrons dans son rôle accru, surtout après le départ Tomas Plekanec. Pour Rychel, il a démontré une certaine fougue lors de son rappel en fin de saison. Enfin, tout indique que le Canadien n'a pas jeté l'éponge dans le dossier McCarron, dont on attend toujours que le mastodonte démontre les qualités nécessaires pour jouer dans la LNH.

En revanche, ça signifie que le Canadien laisse partir cinq joueurs qui deviendront autonomes le 1er juillet: Daniel Carr, Zachary Fucale, Jérémy Grégoire, Logan Shaw et Tom Parisi.

Attardons-nous sur Carr. Le Canadien compte déjà sur d'autres joueurs qui lui ressemblent et qui sont meilleurs. Il avait pourtant fait croire qu'il était un homme nouveau avec 3 buts et 6 aides en 12 matchs en décembre, au moment de son rappel. Il a toutefois sombré dans l'oubli à mesure que la saison progressait.

De son côté, Fucale s'est retrouvé coincé dans un ménage à trois chez le Rocket, avec Michael McNiven et Charlie Lindgren, et il était de toute évidence le négligé. Son sort s'est scellé le 6 mars dernier, au moment de son rappel d'urgence par le Canadien. L'entraîneur-chef Claude Julien avait choisi de ne pas l'envoyer dans la mêlée même si Lindgren avait cédé quatre fois en première période face aux Devils du New Jersey.

Pour Grégoire, la situation est plus mystérieuse. Il avait connu la saison dernière ses meilleurs moments dans la Ligue américaine, avec 12 buts et 13 aides. Il avait impressionné par sa fougue et son sérieux et il était devenu l'un des porte-parole québécois les plus intéressants de la franchise lavalloise.