Charles-David Beaudoin, capitaine des Voltigeurs de Drummondville, n'a pas été retenu au camp principal du Canadien, mais il s'est assuré de laisser une bonne impression à l'occasion du dernier match simulé des recrues.

Mis à jour le 17 sept. 2014
Marc Antoine Godin et Richard Labbé LA PRESSE

«Je vais retourner à Drummondville avec de la confiance en sachant que je suis capable de jouer avec des joueurs de haut calibre, a dit le défenseur de 20 ans. Ce camp-là ne pouvait qu'être bon pour moi. Je voulais donner une bonne performance avant de quitter. C'était ma dernière chance d'impressionner. J'avais tout à gagner et rien à perdre en étant le dernier invité.»

En effet, le nom de Beaudoin ne figurait même pas sur la liste des invités au camp des recrues, la semaine dernière, et il a profité d'un forfait de dernière minute pour faire sa place. Il doit espérer que le Tricolore gardera un oeil sur lui et qu'on lui offrira un jour un contrat.

---

Bozon suit le rythme

Tim Bozon a franchi avec succès une nouvelle étape vers son retour au jeu en participant aux trois matchs simulés du camp des recrues et en ne se montrant pas dépassé sur le plan physique.

«C'était à la hauteur de mes attentes, car j'ai bien suivi le rythme», a confié l'ailier français. Bozon se remet d'une méningite qui a failli lui coûter la vie en mars dernier.

«Aujourd'hui c'était le dernier jour, tout le monde voulait prouver qu'il avait sa place au prochain camp, et il y avait un peu de fatigue. Mais je suis content de ce que j'ai fait sur la glace, même si au niveau du jeu, parce qu'avec les autres joueurs, on n'a pas nécessairement de chimie...»

---

Le défi de Thomas

L'attaquant Christian Thomas a donc réussi, sans surprise, à se trouver une place en vue du camp qui commence jeudi. À sa dernière année de contrat avec le CH, il comprend très bien l'ampleur du défi qui l'attend.

«J'espère avoir des chances de me faire remarquer lors des matchs préparatoires, a-t-il dit. Le camp des recrues, ce n'est que le camp des recrues. Il faut montrer ce que l'on sait faire contre les grands garçons au vrai camp.»

---

Avant d'affronter Price

Patrick Holland, un autre qui a des choses à prouver, a lui aussi hâte que ça commence pour vrai à compter de jeudi.

«Il faut montrer que l'on sait s'adapter au calibre de jeu de la LNH, a expliqué l'attaquant. Quand on arrive au vrai camp, c'est là que ça devient sérieux, intense. On lance sur Carey Price, on obtient des passes de P.K. Subban... Il faut montrer qu'on est capable de suivre le rythme.»