Le défi, quand on affronte un club ordinaire comme les Flyers, c'est de ne pas verser dans un profond sommeil. Mais le Canadien n'a pas su relever ce simple défi, jeudi soir à Philadelphie.

Mis à jour le 13 déc. 2013
Richard Labbé LA PRESSE

Comprendre par là que les membres du CH ont dormi pendant de grands bouts, surtout en début de match. Quand ils se sont enfin réveillés, c'était déjà trop tard, et ce sont les Flyers qui ont pu l'emporter assez facilement par la marque de 2-1.

> Le sommaire du match

En gros, le Canadien a passé sa soirée à ne pas trop patiner, à ne pas trop forcer le jeu et à se fier un peu trop aussi à Carey Price, qui ne peut quand même pas tout faire seul. Incluant, on le devine, marquer des buts.

«Une performance décevante en ce qui me concerne, a résumé l'entraîneur-chef Michel Therrien. Je m'attendais à plus de hargne de notre part, surtout en début de match. Je pensais qu'on allait imposer le rythme.»

Pis encore pour le Canadien, un soldat a été perdu en cours de route. Le défenseur Alexei Emelin a été expulsé du match en deuxième période, à la suite d'un coup de coude à l'endroit du rival Steve Downie.

Ce qui veut dire qu'Emelin pourrait voir «B.Shanahan» apparaître sur son écran de téléphone portable au cours des prochaines heures, la ligue ayant l'habitude de revoir de près ce genre de coup.

> Mathias Brunet: Alexei Emelin mérite une suspension

«Je ne peux pas commenter puisque je n'ai pas vu le coup, mais j'ai été surpris qu'il (Downie) revienne au jeu...», s'est contenté de dire Michel Therrien.

Emelin a été expulsé à 16:15 de la deuxième, quand Downie est resté étendu sur la glace. Le joueur des Flyers est toutefois revenu au jeu en troisième période, comme l'a très bien vu le coach montréalais. Les Flyers n'ont toutefois pu profiter de cette pénalité de cinq minutes imposée à Emelin sur le jeu.

Michael Raffl et Claude Giroux ont marqué pour les joueurs en orange et noir, les deux fois à la suite de belles passes de Jakub Voracek, et ce fut bien assez face à ce Canadien mou et désintéressé. Alex Galchenyuk a sauvé l'honneur en fin de rencontre, avec seulement 56 secondes au cadran, mais ce ne fut pas suffisant.

L'attaque du Canadien, en panne mardi soir contre les Kings de Los Angeles, s'est retrouvée en panne une fois de plus. Steve Mason, le gardien des Flyers, a été menacé si peu souvent qu'on se demande s'il a vraiment eu à prendre sa douche au terme de la rencontre... En tout, le Canadien a tiré 21 fois sur Mason, alors que les Flyers ont obtenu 27 tirs sur Price.

«C'est une question d'éthique de travail, et notre jeu de transition n'est pas à point, a ajouté Michel Therrien. Ça va nous prendre plus d'intensité que ça. On ne les a pas pris à la légère, non, mais on a commencé à jouer pas mal trop tard...»

Michaël Bournival et Francis Bouillon ont dû sauter leur tour jeudi soir, laissant leur place dans la formation à George Parros et à Douglas Murray.

Le Canadien passera maintenant les prochaines heures dans la région de Long Island, où il va affronter les Islanders samedi soir.

* * *

Ils ont dit

> Carey Price: «C'est le genre de match où l'on doit connaître un bon départ. Les Flyers ont un bon jeu défensif, on ne les a pas pris à la légère. Ils ont plusieurs bons joueurs au sein de leur équipe.»

> Josh Gorges: «Je n'ai pas vu ce qui est arrivé sur le coup d'(Alexei) Emelin, mais c'est sûr que ce n'est pas facile de passer à seulement cinq défenseurs et de perdre un joueur de son calibre. Mais nous avions réussi à nous mettre dans le trouble bien avant ça...»

> Daniel Brière: «C'était un peu bizarre que de revenir ici... En même temps, la direction des Flyers a démontré beaucoup de classe envers moi avec cet hommage à l'écran. J'ai trouvé qu'on avait peut-être un peu mal commencé le match, mais ce n'est pas un manque d'effort qui explique cette défaite-là, selon moi.»