C'est le club de l'heure dans la LNH qui se prépare à accueillir le Canadien, ce soir à Pittsburgh.

Richard Labbé LA PRESSE

Les Penguins sont au sommet du classement de l'Association de l'Est, mais surtout, ils offrent des performances assez inspirées à leurs fidèles ces jours-ci, eux qui viennent de remporter leurs 12 derniers matchs. Rien de moins.

«On réussit à trouver des façons de gagner, explique le gardien Marc-André Fleury. Tout le monde joue selon le système de l'équipe, et ça nous donne des chances de victoire chaque soir.»

Malgré les récents succès, la direction des Penguins a estimé que des renforts étaient nécessaires. Le club a donc acquis dimanche l'attaquant Brenden Morrow des Stars de Dallas. En plus, il a obtenu hier des Sharks de San Jose le défenseur Douglas Murray en retour d'un choix de deuxième tour au prochain repêchage et d'un choix conditionnel en 2014. Murray doit arriver à Pittsburgh aujourd'hui et ne sera pas en mesure de jouer ce soir. Morrow, lui, pourrait affronter le Canadien.

De toute évidence, les Penguins se préparent pour les séries.

«J'ai choisi les Penguins parce qu'ils ont des chances, a expliqué Morrow en arrivant à Pittsburgh hier. Je veux juste gagner une Coupe Stanley, je vais faire ce qu'il faut pour y arriver. C'est pour ça que je suis ici: parce que je veux gagner.»

Même si tout va bien dans le camp des Penguins, il y a quelques inquiétudes. Le cas de l'attaquant Evgeni Malkin, tout d'abord, qui n'a pas joué depuis le 9 mars en raison d'une blessure. Malkin, déjà victime d'une commotion cérébrale cette saison, s'est entraîné hier avec le reste de l'équipe. Le défenseur Kristopher Letang est lui aussi sur la touche, victime d'une blessure à l'aine. Il a raté les trois derniers matchs de l'équipe. «Si c'étaient les séries, je jouerais, a-t-il fait savoir hier. Je ne sais pas si je vais être là contre le Canadien. On verra avant le match.»

S'ils enchaînent les victoires à un rythme fou, les Penguins sont bien au fait de la saison magique du Canadien. Surtout ceux, comme Sidney Crosby, qui ont très bien connu l'entraîneur en chef Michel Therrien jadis à Pittsburgh.

«Je ne suis pas surpris des succès de Michel avec le Canadien, a fait savoir Crosby après l'entraînement d'hier. Il avait fait du très bon travail ici avec nous. Je vois des similitudes entre ce qu'il réussit avec le Canadien et ce qu'il avait réussi avec nous. Le Canadien est très compétitif à chaque match, le club est discipliné, et le message de Michel est le même qu'ici à l'époque.»